Avec Barth

 

Personnellement, j’ai toujours souhaité que l’affaire de la fusillade de la Mairie de Mermoz soit jugée. Parce qu’elle est encore pendante devant la justice. Et le fait de vider les affaires contentieuses participe d’une bonne administration de la justice et de la crédibilité de l’institution judiciaire. Mais surtout, pour permettre à mon jeune camarade de se défendre et recouvrer entièrement la liberté et se défaire des quolibets tels que « cow boy, far west, assassin ».

Je souhaite aussi que notre justice fasse preuve d’indépendance pour dire le Droit, rien que le Droit. Ce que je regrette par contre, c’est le contexte dans lequel cette affaire a été réactivée. Et c’est pourquoi, je nourris quelques craintes sur cette indépendance de la justice. Dias est jugé en correctionnelle juste après avoir marché avec l’Opposition. Après avoir clairement exprimé son choix pour un candidat socialiste à la prochaine présidentielle. Bref, après avoir défié le Ps et BBY.

Et là, j’interpelle directement le ministre de la Justice, l’ex défenseur des Droits de l’Homme devenu subitement le défenseur d’un Homme. Monsieur le ministre, votre nomination avait suscité beaucoup d’espoirs. Cependant, votre magistère laisse entrevoir l’image d’un homme faible de caractère, en proie aux manipulations et autres nauséeuses combines comme un vil politicien. L’administration de la justice souffre actuellement d’un mal corrélé à votre présence. Votre départ sera certainement la méthode clinique pour guérir ce mal.

J’espère enfin que mes camarades socialistes vont revivre dans le silence de leur conscience cette folle journée de décembre 2011 pour continuer à se mobiliser comme par le passé, pour assister et soutenir notre camarade. Les faits sont toujours les mêmes : la Mairie de Mermoz a été attaquée par des nervis ; Barthélémy est toujours membre du Parti socialiste. Par conséquent, notre attitude doit être la même : solidarité avec Barth. C’est pourquoi, j’espère revoir cette communion des responsables socialistes au tribunal dont le premier d’entre nous comme il l’a toujours fait.

Dans le long combat mené ensemble depuis des années pour l’avènement de la République des Valeurs, Barthélémy a joué une partition non négligeable. A ceux parmi nous qui tentent de diaboliser l’enfant du parti, je rappelle seulement que Dias est un des nôtres. Et on ne lâche jamais les siens surtout ses enfants.

Etre aux côtés de Barth est un devoir pour tout militant socialiste. Ne pas le faire, c’est manquer de grandeur. C’est accepter le prisme déformant de la rancœur et des préjugés. Macky Sall l’avait déjà dit : Bartélémy n’a fait que se défendre. Ousmane Tanor Dieng l’avait souligné : c’est l’institution municipale qui a été attaquée par des nervis commandités.

Il reste alors au juge de le confirmer.

Tous au tribunal !

Moussa TAYE

Parti socialiste

Commentaires

commentaires