L’ATLÉTICO MADRID SE SORT DU PIÈGE ROSTOV

L’Atletico Madrid a assuré l’essentiel chez les Russes de Rostov, en s’imposant sur la plus petite des marques grâce à un but de Carrasco.

Pas de spetacle mais un résultat qui comptera L’Atletico Madrid d’Antoine Griezmann s’est imposé sans briller à Rostov (1-0) pour conserver la tête de la poule D et envisager sereinement la suite. Yannick Carrasco, déjà buteur décisif lors du choc contre le Bayern (1-0), a sorti les siens d’un mauvais pas. L’international belge a repris victorieusement un centre de Juanfran (62e) pour libérer les Colchoneros du piège russe qui se refermait doucement sur eux.

Bien loin de sa flamboyante prestation dans le jeu contre Grenade (7-1) en Championnat d’Espagne d’il y a quatre jours, l’Atletico se satisfera pleinement de la belle opération comptable qu’il a réalisée. Leaders avec 9 pts devant les champions d’Allemagne (6 pts), les hommes de Diego Simeone auront l’occasion de valider leur qualification pour les 8e de finale dès la prochaine journée, en cas de victoire contre les mêmes Russes le 1er novembre. Au coup de sifflet final, le soulagement sur le visage des Madrilènes en disait long sur leur difficulté à faire sauter le verrou russe.

L’entrée en jeu de Gameiro n’a pas pesé

Face au bloc bas et resserré des locaux, Antoine Griezmann s’est beaucoup déplacé pour offrir des solutions à ses compagnons d’attaque. Carrasco a notamment profité d’une subtile remise du Français pour se présenter face au gardien, mais ce dernier s’est montré impérial (11e). Mais à l’image du Belge, dont la maladresse a été imitée par Angel Correa (3e, 24e), les Colchoneros ont longtemps péché dans la finition pour concrétiser leur large domination.

Fâchés avec ses buteurs, les Madrilènes s’enlisaient lentement dans le bourbier de l’Olimp-2, au rythme des nombreuses fautes des locaux, avant que Carrasco frappe et inscrive un quatrième but en deux matches, après son triplé contre Grenade. Griezmann, de la tête, aurait pu faire le break (83e) et éviter quelques sueurs froides aux siens en toute fin de match, quand la frappe de Christian Noboa était déviée des poings par un Jan Oblak vigilant (88e). Entré en cours de jeu (57e), Kévin Gameiro n’aura pas pesé. Mais l’essentiel est ailleurs: l’Atletico garde les commandes de son groupe, et peut préparer sereinement le choc au Séville FC dimanche, histoire de conserver celles de la Liga.

Commentaires

commentaires