Mali : l’ex-putschiste Amadou Sanogo prêt à « dire sa part de vérité » durant son procès

Quatre ans après son coup d’État au Mali, Amadou Sanogo comparaîtra mercredi pour l’enlèvement et l’assassinat de militaires en 2012. Un procès crucial pour les parties civiles. Le prévenu s’est dit prêt à « dire sa part sa vérité ».

Plus de quatre ans après son coup d’État au Mali, le chef de l’ex-junte Amadou Sanogo doit être jugé, à partir du mercredi 30 novembre, à Sikasso, pour « assassinat et complicité » d’assassinat de 21 militaires. Un procès « qui représente un pas important dans la lutte contre l’impunité des crimes graves commis depuis 2012 dans le nord et le sud du pays et pour le reste de l’Afrique », se félicite, dans un communiqué, la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), qui s’est constituée partie civile dans l’affaire.

De son côté, les avocats du prévenu, qui comparaîtra avec 17 co-accusés, ont indiqué que leur client était prêt à affronter ses juges. « Il veut dire sa part sa vérité », a affirmé à l’AFP Me Ismael Touré à Sélingué, une localité à 120 km au sud de la capitale Bamako où est détenu le chef de l’ex-junte malienne . « Face aux multiples violations de la loi pour convoquer mercredi le général Sanogo, la défense plaidera dans un premier temps pour le report du procès », a-t-il toutefois indiqué, sans plus de détail.

source:France24

Commentaires

commentaires