Malnutrition : Taux de prévalence acceptable de 15% à Thiès

La région de Thiès affiche un “taux de prévalence satisfaisant et acceptable” de malnutrition chronique DE 15 % chez les enfants âgés entre 6 et 59 mois, comparé à la moyenne nationale estimée à 18 pour cent, selon la coordonatrice de la Cellule de lutte contre la malnutrition de la région de Thiès, Néné Hawa Sy.

Des actions essentielles en nutrition multisectorielle doivent cependant être menées par la communauté à travers la pratique de l’exercice physique chez la petite enfance et les enfants d’âge scolaire, mais aussi dans le domaine de l’éducation nutritionnelle à l’école, a-t-elle estimé, indique l’agence de presse sénégalaise.

Elle s’exprimait lors d’une réunion du comité régional de développement (CRD) consacrée à la revue annuelle 2016 des projets de nutrition des collectivités locales de la région de Thiès et présidée par l’adjoint au gouverneur chargé du développement, Ibrahim Ismaël Ndiaye. La rencontre a enregistré la présence des préfets des départements, des maires et élus des collectivités locales, et des acteurs au développement et partenaires.

Dans son intervention, Néné Hawa Sy a aussi fait état des difficultés et contraintes liées à la réalisation des objectifs, qui se résument entre autres à l’exploitation et la consommation de sel non iodé dans certaines collectivités, comme Kayar, Joal et Mbour.

Il y a également les difficultés liées à un régime alimentaire non diversifié, la mobilité des femmes au niveau des zones de pêche et la faible motivation des acteurs communautaires, a-t-elle énuméré.

Devant cette situation, dit-elle, la CLM préconise des actions pour renforcer la communication sur l’alimentation diversifiée et riche en nutriments et développer les interventions pro- nutrition à travers le maraîchage et l’élevage de petits ruminants.

De même, sont souhaités une bonne organisation des relais communautaires en association ou réseau, des initiatives pour faciliter l’appui des associations des acteurs communautaires par les collectivités locales et la tenue de comités locaux de développement sur la nutrition, ainsi que le renforcement de la coordination et la synergie avec les autres intervenants dans la nutrition qui sont dans les districts respectifs.

La CLM est en train de mener des actions avec des GIE pour une production de 100.000 tonnes de sel iodé, en vue d’inciter les ménages à en consommer, afin que 90 pour cent des populations consomme ce type de sel.

D’autres actions concernent la fortification de l’huile en vitamine A et la farine blé en fer/acide folique, pour éliminer les carences en micronutriments au sein des
populations.

Selon Néné Hawa Sy, face à l’insuffisance pondérale globale et à la malnutrition chronique, la CLM organisé des séances de sensibilisation, avec 1.645 causeries pour des changements de comportement.

Elle ajoute aussi que 178.630 enfants de 0 à 5 ans ont été dépistés, avec des mesures prises pour inciter les ménages à une consommation saine et riche en nutriments. Selon elle, la nutrition est un investissement rentable pour l’atteinte des objectifs du développement durable (ODD).

‘’Le droit à l’alimentation, à la santé et à la vie doit être au cœur des actions de tous les acteurs, Etat, comme collectivités locales et partenaires au développement, afin que des résultats probants soient atteints face à la malnutrition’’, soutient Mme Sy.

senego

Commentaires

commentaires