Musique : Solange Knowles, des armes dans la voix

« Ne le prenez pas mal si vous ne pouvez pas chanter, le monde entier vous appartient. » Avec ces mots ironiques adressés à la communauté blanche, Solange Knowles donne le ton. Son album « A Seat at the Table », sorti le 30 septembre, a déjà fait couler beaucoup d’encre. Pas seulement parce que la sœur de Beyoncé a livré un opus soul et R&B étonnamment maîtrisé comparé à ses deux précédents disques.

Sa voix se pose comme un souffle sur des arrangements dépouillés et jazzy (nappes d’orgue rétro, beat électronique, basse lourde) donnant à l’ensemble une émouvante fragilité. La crème du hip-hop (Lil Wayne, Q-Tip) et du R&B (The-Dream, Kelly Rowland) l’a rejointe, ajoutant à l’intensité des compositions. Surtout, la tout juste trentenaire offre un cadeau à sa communauté d’origine.

Il y a quelques mois, son aînée Queen B célébrait la femme noire et reprenait un extrait d’un discours de Malcolm X dans son album Lemonade. Solange, elle, multiplie les messages d’espoir et de soutien aux Africains-Américains, comme dans son single « Don’t Touch my Hair ».

Célébrer la culture noire ne signifie pas qu’on rejette la culture blanche

Simple calcul marketing ? Difficile à croire : la chanteuse a commencé à plancher sur son album il y a quatre ans, à un moment où le discours pro-Blacks était moins à la mode sur la scène pop internationale. Dans un interlude intitulé « Tina Taught Me », elle cède la parole à sa mère, Tina Lawson : « Je pense que tout commence par le fait d’accepter qu’être noir est tout simplement beau […]. Et cela me rend vraiment triste que nous ne soyons pas autorisés à exprimer cette fierté d’être noirs. Et si on le fait, on est considérés comme étant anti-Blancs. Non, nous sommes simplement pro-Blacks, et il n’y a pas de mal à cela. […] Parce que célébrer la culture noire ne signifie pas qu’on rejette la culture blanche. »

Au fond, ces paroles résument bien toute la complexité du projet de Solange comme de celui des autres stars africaines-américaines qui s’aventurent aujourd’hui sur le terrain de la fierté noire : créer un disque communautaire sans heurter ou exclure un public blanc qui consomme leur musique.

 

Commentaires

commentaires