Portrait: Henri Saivet, attaquant des Lions

Fraîchement débarqué dans le Forez après une aventure pour le moins compliquée au Royaume de Sa Majesté, Henri Saivet réalise un come-back surprenant en venant prendre du temps de jeu à Saint-Etienne.

2007-2011 : La formation :

Saivet n’est qu’un gamin lorsqu’il débarque du côté de la Gironde, il n’a que 17 ans et se révèle être le benjamin de l’effectif professionnel de Bordeaux. Le natif de Dakar apprend lentement aux côtés des Alou Diarra, Planus, Chalme, Trémoulinas, Chamakh ou encore Gourcuff sous les ordres de Laurent Blanc alors entraîneur des Girondins.  D’ailleurs, avec le recul, on peut se dire que la formation accompagnée par ces joueurs a dû être efficace car Saivet a été formé au sein d’un groupe de futurs champions de France 2008-2009. Ainsi, il apprend progressivement ce qu’est être joueur de foot de haut niveau aux entrainements, lors de ses courtes apparitions sur tapis vert (la première le 17 mai 2008) mais aussi via des prêts (au SCO d’Angers en Ligue 2 en 2010-2011).  En 4 ans, compte tenu du départ de nombreux cadres ayant contribués au titre de 2009, du changement d’entraîneur (départ de Blanc remplacé par Tigana en 2010) et du prêt plutôt réussi du côté d’Angers, Saivet obtient une chance de jouer dans l’équipe bordelaise.

2011-2014 : la confirmation :

A compter de la saison 2011-2012, Saivet change de statut, il incarne désormais le renouveau bordelais, mais aussi se fait vitrine de la formation à la girondine. Il est d’abord placé par Francis Gillot, le nouvel entraîneur, dans un rôle principalement offensif (ailier ou milieux offensif), où sa percussion, sa vitesse et sa qualité de passe sont optimisés, il devient un des points forts de l’équipe. Les statistiques sont en sa faveur, en 3 saisons (2011-2014) il dispute 91 matchs, preuve que Saivet se montre performant et régulier sur la durée.

2014-2015 :  les blessures :

Suite à sa bonne saison 2013-2014, Saivet figure comme l’un des cadres du vestiaire et l’arrivée du nouvel entraîneur Willy Sagnol ne remet pas en cause son rôle de titulaire incontestable. Saivet est alors en pleine confiance, Sagnol le repositionne en milieu relayeur, les performances du joueur se montrent remarquables, et le brassard de capitaine de l’équipe de Bordeaux est de plus en plus fréquemment porté par Henri Saivet. A ce moment-là, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possible, toutefois, la situation se dégrade assez vite, non pas à cause de tensions dans le vestiaire, mais plutôt à cause des blessures qui s’accumulent. Ainsi, entre 2014 et 2015, le néo international sénégalais se voit écarté des terrains en raison d’un genou récalcitrant. Le joueur s’accroche, montre sa force de caractère et arrive tout de même à jouer quelques 14 matchs de championnats de France au final.

2015-2016 : l’échec outre-manche :

A la fin de la saison 2014-2015, Henri Saivet suscite la convoitise de quelques clubs à l’image de Newcastle United (ou le club qui s’est autodétruit en appliquant une politique de transfert 100% ligue 1 pour finir cette année en deuxième division anglaise). Une offre de 6,7 millions d’euros est évoquée, Bordeaux semble intéressé, Saivet, lui, semble très emballé par ce nouveau défi où argent, ambiance, intensité, stades et joueurs sont d’un autre calibre que notre bonne vieille Ligue 1 (il se dit que la qualité de la bière anglaise aurait aussi pesé dans la balance chez Henri Saivet, mais cela ne doit pas s’ébruiter). Bref, Saivet n’hésite pas longtemps avant de traverser la Manche, mais c’est plutôt Bordeaux qui ralentit les négociations et qui finalement cède le joueur au mercato hivernal aux Magpies. Au départ, l’histoire a tout d’un conte de fée et comme de nombreux joueurs de Ligue 1 rejoignant trop tôt l’Angleterre, l’aventure va se transformer en cauchemar.  Choc culturel, climatique, ou chocs infligés sur les terrains, Saivet n’arrive pas à s’imposer, lui qui fût les années précédentes aimé du côté de Bordeaux se fait maltraiter du côté de Newcastle. Le bilan est très décevant, Saivet est écarté du groupe, il passe la majeure partie de la saison en tribune regardant ses coéquipiers jouer au ballon sans lui, la preuve en chiffres, une seule titularisation en championnat en 6 mois. Saivet n’aura pas marché dans les traces de son prédécesseur Sissoko au milieu de terrain.

2016-2017 : le renouveau chez les verts ?

Le 24 août 2016, Saivet s’engage via un prêt à l’ASSE sur demande de Galtier. Positionné milieu relayeur dans la continuité du rôle que Sagnol lui avait donné, Saivet doit désormais prouver qu’il a encore de quoi faire basculer l’issue d’une rencontre, de quoi faire fantasmer certains clubs (à commencer par Newcastle qui demeure le club propriétaire). Saint-Etienne, d’un point de vue salarial aura consenti un effort, espérons que Saivet en fasse de même pour retrouver un temps de jeu correct. Il a toutes les cartes en main pour réussir, il complète un milieu de terrain en difficulté du côté de Saint-Etienne afin d’apporter un peu de jeunesse et de fougue. Souhaitons-lui bon courage, et témoignons-lui tout le soutien du peuple vert.

Sources : Eurosport, France Football

Commentaires

commentaires