TOPS/FLOPS PSG-BÂLE : RABIOT ÉTINCELANT, AREOLA HÉSITANT

La grosse activité de Rabiot, les inspirations de Verratti, la frilosité de la défense parisienne : retrouvez les Tops et les Flops de ce PSG-Bâle (3-0).

Rabiot, omniprésent au milieu
De retour comme titulaire pour ce match, Adrien Rabiot a été très actif dans l’entrejeu. D’abord positionné en relayeur droit, puis en sentinelle devant la défense, le jeune Parisien a apporté sa présence physique et a su remonter les ballons avec hargne et conviction. Auteur d’une belle occasion sur une frappe lointaine, il est à l’origine de l’ouverture du score en lançant parfaitement Matuidi sur la gauche. Il a été intenable dans l’entrejeu et sans doute le plus constant.

Verratti, précieux comme toujours
Il n’a pas encore son rayonnement habituel en ne faisant pas toujours les bons choix, notamment sur son jeu long encore perfectible, mais il a encore fait vibrer le Parc des Princes par ses dribbles courts et autre coup du sombrero dans sa propre surface. Ballotté, comme Rabiot, entre le poste de sentinelle et de relayeur droit, il a couvert pas mal de terrain et a encore touché un nombre important de ballons (136, stat Opta).

Cavani continue sur sa lancée
L’Uruguayen a multiplié les appels de balle devant mais n’a pas toujours été servi dans de bonnes conditions. Le manque de fluidité du jeu parisien ne lui a pas permis de se retrouver souvent devant le but adverse. Il a toutefois manqué quelques opportunités. Mais au final, il finit par un bilan honorable d’un but et d’une passe décisive. Il reste ainsi sur 12 buts sur ses 8 derniers matches toutes compétitions confondues.

Flops

La charnière brésilienne du PSG a souffert
Si impériaux habituellement, Thiago Silva et Marquinhos sont passés à côté de leur première période. On se demande même si le capitaine parisien n’a pas la tête ailleurs avec cette prolongation de contrat au PSG qui tarde à se concrétiser. Loin d’être aussi serein que d’habitude, le numéro 2 du PSG a été dépassé par la vivacité de Doumbia et n’a jamais su contenir les assauts adverses. De même que son compère Marquinhos, régulièrement pris de vitesse et globalement timoré. Les deux Brésiliens se sont un peu repris lorsque les Bâlois étaient plus à la peine physiquement en seconde période.

Les hésitations d’Areola
Le portier parisien ne s’est pas montré rassurant dans sa cage. S’il a signé une bonne parade en première période, il a manqué d’autorité sur les centres et corners adverses. On l’a ainsi vu spectateur sur les grosses occasions bâloises qui ont amené le ballon à heurter ses montants. Cela a fragilisé sa défense, qui s’est souvent retrouvée en difficulté sur les offensives bâloises.

Ben Arfa, encore une entrée manquée
Le constat est peut-être sévère car il manque de temps de jeu. Mais Hatem Ben Arfa n’a rien montré lors de leur entrée dans ce match. Encore une fois. Sorti du banc à dix minutes de la fin, l’international français a ainsi manqué la plupart de ses transmissions et a même mis en danger son équipe sur deux passes mal assurées vers l’adversaire. Ne se montrant pas vraiment collectif, il a voulu faire la différence tout seul et finit avec une seule frappe à son actif qui est passée largement au-dessus. Pas sûr que cela plaise à Emery. Jesé, entré à cinq minutes de la fin, a montré à peine plus, l’Espagnol ayant manqué une belle occasion dans la surface mais servant tout de même Cavani sur l’action du penalty.

Commentaires

commentaires