Qui est Abdel Fattah al-Burhan, le nouvel homme à la tête du Soudan?

Le général Abdel Fattah al-Burhan Abdelrahmane prêtant serment le 12 avril 2019 à Khartoum.
Le général Abdel Fattah al-Burhan Abdelrahmane prêtant serment le 12 avril 2019 à Khartoum. Sudan TV, AFP


Le général Abdel Fattah al-Burhan Abdelrahmane a pris vendredi la succession d’Aouad Ibn Aouf, qui dirigeait le Soudan depuis la destitution d’Omar el-Béchir. Militaire respecté par ses pairs, il est peu connu des Soudanais.PUBLICITÉ

Le général Abdel Fattah al-Burhane Abdelrahmane a prêté serment vendredi 12 avril. Il est le deuxième militaire à prendre la tête de la transition au Soudan en deux jours. Les Soudanais l’ont découvert lorsque le général Aouad Ibn Aouf, chef du Conseil militaire de transition depuis la veille, a démissionné. Après avoir reçu les commandes du pays après la destitution du président Omar el-Béchir, ce dernier avait finalement jeté l’éponge en voyant les manifestants ayant provoqué le renversement de Béchir par l’armée maintenir leur sit-in, braver le couvre-feu des militaires et reprendre les mêmes slogans, y changeant uniquement le nom d’Omar el-Béchir pour le sien.

Pour les protestataires, le général Aouad Ibn Aouf incarnait encore le régime Béchir et ses trente années de règne sans partage. L’armée leur a répondu en nommant Abdel Fattah al-Burhane, un général issu des mêmes académies mais qui, lui, « n’a jamais été sous le feu des projecteurs », a affirmé à l’AFP un officier.

« Un profil adéquat »

Il a été au cours de sa carrière attaché de Défense à Pékin, mais il est surtout « un très haut gradé de l’armée, un commandant qui sait mener ses troupes », a ajouté l’officier soudanais, sous le couvert de l’anonymat. « Le général Abdel Fattah al-Burhane est beaucoup plus apprécié au sein de l’armée. Cela pourrait lui donner une assise beaucoup plus confortable », estime également Bastien Renouil, le correspondant de France 24 dans la région.

Commentaires

commentaires