2ème cycle du Festival Gorée cinéma : La Révolution est dans la rue

arton11502Il sonnait 00h 27 quand le second cycle du Festival Gorée cinéma s’est terminé dimanche passé. Au programme, il y avait un «rencard» avec la rue. En effet, les films The revolution won’t be televised et Tunisia clash, respectivement réalisés par Rama Thiaw et Hind Meded, évoquent la lutte des jeunes, qui sont pour la plupart rappeurs, pour la démocratie.

La jeunesse sénégalaise, bien qu’enregistrant un taux de chômage inquiétant, et n’ayant presque pas de perspectives d’avenir, peut au moins se targuer d’avoir sa liberté d’expression. Un luxe que ne peut s’offrir la jeunesse tunisienne, muselée qu’elle est par un système qui ne tolère aucune contradiction avec sa politique.

Tunisia clash, un combat pour la liberté
Mais quand on a humé l’air de la liberté,  même pour une période aussi courte que 9 mois, retourner à la censure équivaut à un suicide. Dans ce contexte, des jeunes rappeurs tunisiens voyant leur avenir s’écrire en pointillés, après avoir fait tomber «le dictateur Ben Ali», vont prendre le «micro», au péril de leur vie, pour dénoncer le recul démocratique. Ainsi durant 3 mois, Hind Meded a accompagné ces jeunes qui sont victimes de leur «surplus d’ambition» dans un pays qui a cru se débarrasser de l’autoritarisme en renversant le pouvoir de Ben Ali. Mais ce que les Tunisiens ont oublié c’est qu’ils ont renversé un pouvoir mais pas un système. Ce dernier a continué dans son élan répressif à museler la population. Le pouvoir sachant qu’avec internet, la censure est impossible, il décide d’activer une vieille loi de Ben Ali qui envoie en prison toute personne fumant du cannabis. C’est ainsi que la police tunisienne se sert de cette loi pour orchestrer des complots sur les rappeurs, jugés «trop dérangeants» car participant à conscientiser la population.
C’est ainsi Weld el 15 est condamné à 8 mois de prison à cause d’un joint de cannabis. En prison, il est torturé et humilié. Mais étant aimé par la jeunesse pour son franc-parler, à sa sortie, il continue à dénoncer les dérives du système. Weld el 15 est vite identifié comme un ennemi public par les autorités qui se lancent à ses trousses. Le rappeur est obligé d’entrer dans la clandestinité dans son propre pays, jusqu’au jour de son procès. A la question des journalistes de savoir pourquoi il est venu à son procès tout en connaissant le verdict avant le délibéré, le jeune rappeur de 26 ans répond qu’il est venu tester les juges. Weld el 15 est condamné à 2 ans de prison. Il fera appel et sa peine est ramenée à 6 mois. Il sera libéré puis emprisonné un mois après sa sortie. Son camarade Emino, humilié, a perdu tout espoir et décide de rejoindre Daesh en Syrie.

The revolution  won’t be televised
Il n’est plus un secret que Thiat et Kilifeu du groupe Keur gui ont combattu pour renverser le pouvoir de Wade. Ainsi on retient du film de Rama Thiaw, un chef d’œuvre sur le plan technique, que le modèle de Y’en a marre est en train d’être repris un peu partout en Afrique. Thiat a grandi dans une famille de «révolutionnaires». Kilifeu, ayant grandi dans une famille pauvre, savait à 13 ans qu’il allait se révolter un jour mais ne connaissait pas la date exacte. Maintenant qu’ils ont participé activement à la défaite de Wade, Thiat et Kilifeu ont un nouvel objectif : «élire un président de la République Nts», c’est-à-dire, répondant au Nouveau type de Sénégalais qu’ils préconisent !
mgaye@lequotidien.sn

Comments are closed.