More

    Soudan du Sud: la menace d’un génocide

    Deux semaines après l’annonce par des experts de l’ONU d’un « nettoyage ethnique » en cours dans plusieurs régions du Soudan du Sud, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU organise mercredi 14 décembre une session spéciale pour tenter de prévenir un génocide.

    Déjà à la mi-novembre, Adama Dieng, le conseiller spécial de l’ONU sur la prévention du génocide, avait affirmé devant le Conseil de sécurité avoir vu au Soudan du Sud « tous les signes qui montrent que la haine ethnique et le ciblage des civils peuvent déboucher sur un génocide si rien n’est fait pour l’empêcher ».

    La montée de la violence

    La situation humanitaire dramatique du Soudan du Sud, en proie à une guerre civile depuis décembre 2013 qui a fait plusieurs dizaines de milliers de morts et plus de 2,5 millions de personnes déplacées, continue de se dégrader. Depuis l’échec d’un dernier plan de paix en juillet dernier, les violences sont en forte hausse, les populations se déchirent dans des affrontements à caractère ethnique qui laisse entrevoir le pire entre les factions rivales.
    Une délégation du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme qui s’est rendue pendant dix jours dans les villes de Bentiu (nord), Malakal (nord-est) et Wau (nord-ouest) pour y rencontrer les responsables gouvernementaux, les membres de la société civile et les victimes du conflit, ont fait un rapport alarmant sur l’évolution de la situation sur place. La chef de la délégation, Yasmin Sooka a déclaré à son retour : « Partout où nous sommes allés dans le pays, nous avons entendu des villageois dire qu’ils étaient prêts à répandre du sang pour récupérer leurs terres…Beaucoup nous ont dit que le point de non–retour avait été atteint », ajoutant : « Il y a déjà un processus régulier de nettoyage ethnique en cours dans plusieurs zones du Soudan du Sud… (qui se traduit notamment) par la faim extrême, des viols collectifs et la destruction de villages. » Et de conclure : « Tout est là pour que ce qui s’est passé au Rwanda se répète, et la communauté internationale a l’obligation de l’empêcher. »

    Une jeune nation déchirée

    Dernier né du continent, le Soudan du Sud est devenu indépendant en 2011 au prix d’une longue lutte avec le Soudan dont il s’est détaché. Cette lutte pour la libération a été menée par deux chefs de guerre, Salva Kiir devenu président et Riek Machar, ancien vice-président, lorsqu’en 2013 ils s’opposent et plongent le pays dans une guerre qui a fait depuis des dizaines de milliers de morts et plus de 2,5 millions de déplacés.

    A lire également  Génocide en Bosnie : l'ex-président Radovan Karadzic condamné à la perpétuité

    En août 2015, un accord de paix est signé entre les deux camps qui décident de créer un gouvernement d’union nationale. Mais pendant les négociations pour la création de ce nouveau gouvernement, en juillet 2016, les oppositions réapparaissent et les combats reprennent à Juba (la capitale) dans le sud du pays entre les deux chefs et leurs fractions armées. Aujourd’hui, les chefs historiques seraient en Afrique du Sud et leurs armées respectives, après de fortes défections, se seraient recomposées pour reprendre les combats qui se sont étendus de manière diffuse à d’autres régions. Mais l’affrontement politique s’est doublé d’un affrontement ethnique, opposant principalement les Dinka (ethnie du président) aux Nuer (ethnie de Riek Machar), rejointes par d’autres groupes victimes ou acteurs du conflit (plus de 60 ethnies au Soudan du Soudan), qui divisent profondément la jeune nation.

    A lire également  Abdou Khafour Toure: L’histoire de marché Bou bess, patrimoine de Guédiawaye !

    Une population affamée

    Face à la guerre, aux violences inter-ethniques et à la faim, d’après Inès Dal, chargée de programme sur le Soudan du Sud à Première Urgence Internationale, « 1,8 millions de personnes se sont déplacées à l’intérieur du pays et 1,2 millions de personnes se sont réfugiées dans les pays voisins en Ouganda, en République démocratique du Congo ou en Ethiopie. » Une situation qu’explique Inès Dal pour partie : « Le taux d’inflation en juillet 2016 a atteint 661% dans le pays (le plus haut taux d’inflation du monde) et le coût des denrées alimentaires est monté à 770%. Du coup, la population n’a plus accès aujourd’hui à la nourriture, et on estime que sur une population de 12 millions de Sud-Soudanais, 3,6 millions de personnes ont besoin d’assistance alimentaire d’urgence et n’ont plus accès aux denrées alimentaires suffisantes ». De plus, les récoltes à venir seront très insuffisantes et les ONG estiment que près de 4,6 millions de personnes auront besoin d’assistance alimentaire en 2017.

    RFI.FR

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles