More

    3e édition du Gala Foddé Fouta au Grand Théâtre: Baaba Maal assure le show, les organisateurs se ratent avec les parrains

    La 3e édition du gala de l’association «Foddé Fouta» (Servir le Fouta), a vécu, samedi dernier, dans une ambiance bon enfant. La soirée, animée par Baaba Maal et le Daandé Lenol, s’est tenue au Grand du Théâtre.

    Le Grand Théâtre a vibré, samedi dernier, au rythme du Daandé Lénol de Baaba Maal, à l’occasion de la 3e édition du gala de l’association «Foddé Fouta» (Servir le Fouta). L’auteur de «Bouyel» a, en effet, assuré un spectacle rythmé d’ambiance lors de cette nuit du Fouta qui a débuté à 00 heure 50 par une projection de films sur les deux parrains de cette édition 2016. A savoir Mamadou Racine Sy et Oumar Bocoum. Une projection qui a suscité des frustrations dans la salle auprès d’une bonne  partie du public.

    En effet, les organisateurs ont fait la part belle au parrain du département de Matam, Oumar Bocoum, ne réservant qu’une portion congrue de la présentation au parrain du département de Podor, Racine Sy. Ce qui  a irrité plus d’un. Ainsi, si Racine Sy a eu droit à une vidéo d’à peine 3 minutes avec uniquement des photos à l’appui, le film sur Bocoum, avec des témoignages, a duré près d’un quart d’heure.

    Mais, certainement conscients du ressentiment de ce déséquilibre flagrant, les organisateurs ont voulu rectifier le tir. Ce, en lisant le parcours couronné d’un Cv étoffé de Racine Sy, par la voix du micro central. Ce qui, malheureusement, n’a pas été bien perçu par le public qui attendait déjà l’arrivée des artistes.

    Ainsi, lorsque le rideau s’est ouvert, après la prestation d’Abdourahmane Diallo, le groupe Bidew Bu Bess a mis le feu dans la salle, notamment avec «My feeling». Puis, ce fut autour de Baaba Maal de faire son entrée en scène en rendant hommage à la femme avec le titre «Chérie». Le fils du Fouta, en bon artiste, sentant la salle un peu calme après ce premier titre, renverse la tendance en se mettant aux rythmes du tama et du sabar, ce qui a fait bougé le public.

    A lire également  OPINION : Macky Sall, une force tranquille qui rassure

    Baaba Maal de rendre hommage ensuite aux parrains de la soirée. «Foddé, au même titre que le Daandé Lénol, a bien pesé son nom. C’est-à-dire que chacun de nous doit accomplir son devoir dans sa vie. Mansour Seck et moi, s’il n’y avait pas un espoir de voir naître un jour, un jour de paix et de liberté, un jour où nous verrions une nouvelle génération dans tous les domaines, qui serviront de leaders pour la jeunesse africaine qui a besoin de repères, si nous n’étions pas conscients que la jeunesse est l’avenir, nous aurions laisser la musique depuis longtemps», a-t-il lâché d’emblée.

    Puis, le chanteur d’entonner le titre «Kaladio», repris en chœur par le public, avant de rendre hommage à sa communauté les «Thioubalo» et de faire un clin d’œil aux parrains. Ce qui n’a pas laissé indifférente la délégation de Oumar Bocoum, dirigée par Khadim Samb, qui est monté sur scène pour l’arroser de billets de banque. Racine Sy, très discret dans son fauteuil de Vip, se fera juste bouger un peu par  Baaba Maal en s’approchant de lui.

    Dans le titre «The Travaler», l’artiste s’est souvenu de ses voyages d’antan. «Quiconque qui vit sur terre est un aventurier». Baaba a aussi offert, en version acoustique, le morceau «Maayo Wadi Ndiayam».  Le «Roi du Yéla» de se lancer ensuite avec «Wango arti», avant de boucler par du «Ndaga», devant un public qui s’en est donné à cœur joie avec des pas de danses endiablés.

    Le Populaire


    lookdakar

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles