More

    Comment Abbas Jaber a tenté de dépouiller Suneor

    Suneor OkWWW.DAKAR7.COM Après plusieurs années de lutte, les travailleurs de Suneor viennent d’obtenir gain de cause. Le gouvernement du Sénégal accepte enfin de franchir le Rubicond, en se séparant de M. Abbas Jaber et de trouver un nouveau repreneur pour Suneor. C’est le Premier ministre, M. Mohammed Boune Abdallah Dionne lui-même qui a reçu en audience M. Abbas Jaber, en présence du ministre de l’Economie et des Finances, M. Amadou Bâ pour lui signifier la volonté de l’Etat du Sénégal de mettre fin à leur compagnonnage sur Suneor.

    Même si le ministre de l’Economie et des Finances, au sortir de la rencontre avec le Premier ministre parle de «séparation à l’amiable», il reste que l’attitude de M. Abbas Jaber, après la reprise de ce qui était la Sonacos avant de devenir Suneor, avait fini par irriter plus d’un. Tant, tous dans les actes posés par l’homme, tendaient vers une liquidation de l’entreprise. Pis, tous les engagements pris au départ par M. Abbas Jaber pour relancer la filière arachide, à travers un redressement de Suneor, n’ont jamais été respectés. D’aucuns fustigent même l’attitude des autorités qui ont longtemps laissé faire l’homme d’affaires, sans réagir.

    Pourtant, que d’espoirs avaient suscité au départ en 2004, M. Abbas Jaber, lorsque, poussé par Karim Wade, à l’époque, tout puissant, il venait de reprendre la Sonacos. M. Abbas Jaber bénéficiait également du soutien des travailleurs qui ont tout fait pour que ce soit lui, l’adjudicataire de l’entreprise. Il est vrai que les promesses ne manquaient pas. La Sonacos se trouvant alors dans une zone de turbulence où les compteurs étaient presque au rouge, son engagement à investir, dès les cinq premières années de sa reprise, 17 milliards de F Cfa dans l’outil de production, était perçu comme une aubaine. «Non seulement, il ne l’a pas fait, mais il a créé des sociétés écrans qu’il positionnait petit à petit pour asphyxier Suneor. Il avait établi des conventions de partenariat avec ces sociétés écrans qu’il a lui-même crées», dénonce Samuel Ndour, le Secrétaire général du syndicat des travailleurs de cette entreprise.

    Mise place de sociétés écrans

    Dans sa volonté de «dépouiller» Suneor, Abbas Jaber avait mis en place sept sociétés écrans : Advens, M2A, Imis, Tamaya, Sdsha, Its et Copaco. Des sociétés qui pouvaient se placer ainsi en amont comme en aval de toutes les activités de Suneor. Ces sociétés se plaçaient comme fournisseurs de la Suneor, ne manquant pas de faire de la surfacturation dans toutes les commandes que Suneor effectuait auprès d’elles. C’étaient elles aussi qui se chargeaient d’acheter, à bas prix, certains produits que Suneor mettait sur le marché. Pour elles, Suneor était devenue une société de manufacture.

    C’est fort de ce constat que les travailleurs de Suneor vont, pour la première fois, en mars 2009, sortir un mémorandum adressé au Président de la République de l’époque, Me Abdoulaye Wade. Dans ce mémorandum où ils demandaient à l’Etat de reprendre Suneor des mains de M. Jaber, les travailleurs s’inquiétaient de voir celui-ci, procéder au «siphonage» de l’entreprise. Mémorandum resté sans suite. Et, ce qui devait arriver, arriva. La procédure de mise en état de faillite de Suneor est lancée en 2011. Et, en 3013, ses capitaux propres deviennent tout simplement négatifs. Acculé, le syndicat des travailleurs, ne sentant aucune réaction des autorités, décide de reprendre la lutte et de lancer une campagne de dénonciation, afin de pousser ces dernières à réagir.

    A lire également  Début de la saisie-vente des biens de Dakar Dem Dikk

    Ce n’est que le 28 octobre que le Premier ministre fera enfin une sortie dans ce dossier pour indiquer que Suneor, du fait du rôle important qu’elle joue pour la filière arachide, sera relancée. Le Premier ministre rassure en même temps les travailleurs, en soutenant que tous les emplois seront maintenus. C’est dans ce sillage d’ailleurs que l’Etat va dépêcher l’Inspection générale d’Etat (Ige) et deux cabinets privés pour auditer Suneor. Les rapports de ces audits se trouvent depuis mai 2014 entre les mains des autorités qui tarderont toujours à réagir. Le 11 novembre 2014, lors de sa Déclaration de politique générale, le Premier ministre, M. Mohamed Boune Abdallah Dionne, soutient que l’Etat avait étudié le dossier Suneor et que, lors de son prochain passage à l’Assemblée nationale, il annoncera les mesures prises par le gouvernement pour relancer l’entreprise.

    A lire également  Le Saes annonce une série d’actions et dégage sa responsabilité par rapport à des ‘’perturbations’’ futures

    De son côté, M. Abbas Jaber n’abdique pas. C’est ainsi, qu’en février 2015, il tente de vendre les usines de trituration de Suneor de Ziguinchor et de Kaolack. Pour l’usine de Dakar située à Bel-Air, c’est le terrain sur lequel, elle est bâtie, que certains soupçonnent M. Jaber de vouloir vendre. Le syndicat des travailleurs suivi par l’Etat, s’y oppose et M. Jaber ne peut que reculer. Dans ce climat tendu, le Premier ministre revient à l’Assemblée nationale, le 12 juin 2015, pour révéler que le gouvernement venait de lancer un ultimatum à M. Jaber lui enjoignant d’investir ou de lâcher Suneor. Le 17 de ce même mois de juin, M. Mohamed Boune Abdallah Dionne, encore lui, assène que M. Jaber allait quitter Suneor à la fin du mois. Une promesse qui tardera à se concrétiser, jusqu’à ce que le patron d’Advens dépêche à Dakar des représentants de son groupe basés à Paris pour vendre l’atelier de fabrique d’emballages de Suneor à Bel Air. Ces derniers se verront opposer une vive résistance de la part des travailleurs et obliger ainsi l’Etat à prendre finalement la décision de se séparer de M. Jaber.

    www.dakar7.com

    Articles récents

    FORMES SÉVÈRES DU CORONAVIRUS : UN NOUVEAU MÉDICAMENT À L’ÉTUDE AU SÉNÉGAL

    Aucun remède n’a, jusque-là, été trouvé contre le virus de la Covid-19. Pour autant, les scientifiques du monde entier se tuent à...

    Urgent-Touba : Serigne Mountakha donne le Ndiguel pour la célébration du Grand magal…

    La décision a été confirmée par le Khalife général des Mourides, Serigne Mountakha Mbacké. Regardez...

    Limogeage de Me Moussa Diop: 3e mandat, l’arbre qui cache la forêt

    Me Moussa Diop a été limogé ce mercredi 02 septembre 2020 de la direction générale de Dakar Dem Dikk (DDD). Un limogeage...

    LE CÉLÈBRE GENTLE MARA CONDAMNÉ À 3 MOIS DE PRISON ET 4 MILLIONS FCFA

    Diab Seck alias Gentle Mara est envoyé à l’hôtel zéro étoile, loin des strass et des paillettes, pour un séjour de 3...

    SUSPECTÉE D’AVOIR TUÉE SA FILLE ENCEINTE DE 6 MOIS : AWA DIOUF ARRÊTÉE À SALY

    Rebondissement dans l’affaire de la fille qui a été retrouvée morte dans les toilettes de son domicile sis au village de Mbafaye,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles