More

    6,4% de croissance, le Sénégal de Amadou Ba et le Sénégal à nous autres !

    Amadou(Dakar) S’il y a un Sénégalais qui va vivre dans son quotidien de tous les jours – n’en rions pas – un taux de croissance de 6,4% au terme de cette année, cela doit être certainement le tout puissant ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Monsieur Amadou Bâ, parce que moi, comme bien d’autres «Ndool» (pauvres), qui tire le diable par la queue sans trouver l’ombre d’un franc la journée, c’est un tout autre Sénégal que je vis et ce tous les jours.

    Il y a peu, en octobre dernier pour ne pas aller chercher trop loin, nous apprenions, tous, du Fonds monétaire international, que le Sénégal cédait du terrain sur la liste des pays les plus pauvres au monde, en passant de la 27e en 2014 place à la 25e en 2015 avec un Produit intérieur brut de 934,6 dollars par habitant et par an, soit 561 340 francs CFA par habitant et par an ou encore 46 778, 33 francs CFA par habitant et par mois.

    Si je considère que le taux de croissance peut être défini par la variation de l’année N et l’année N-1 (Pib N – Pib N-1/Pib N-1 X 100), je me demande par quelle alchimie, le génie de la finance sénégalaise et la réalité socio économique que vivent les ménages et les entreprises de Galsen, ont provoqué une variation ayant évolué à la puissance N pour arriver à un résultat aussi exponentiel.

    Pour ce qui me concerne et je peux me tromper, j’ai toujours retenu que le PIB est la somme de : Consommation des ménages (C) + Investissements des entreprises (I) + Dépenses publiques (G) + Exportations – Importations (X-M) ; et donc par conséquent le gros de la somme dépensée dans le pays pendant un an.

    Si j’estime donc que nous sommes 14 millions d’habitants, nous aurons alors tous dépensé cette année, avec le rang de 25e pays le plus pauvre au monde, la somme globale 7 858 milliards 760 millions de francs CFA.

    La compréhension que j’ai donc de la déclaration de l’argentier lors de la rencontre avec les dirigeants du secteur privé national, c’est que nous aurons dépensé plus que ces dernières années. C’est la seule chose qui explique une variation considérable et le résultat final de 6,4% de croissance au terme de 2015. C’est la seule compréhension que j’en ai et qui s’explique selon M. Ba par des résultats «remarquables» observés par exemple dans le sous-secteur agricole.

    A lire également  Abéné: Des hôteliers dénoncent l’installation d’une unité industrielle

    Grâce notamment «à une politique mieux orientée et un accompagnement effectif du gouvernement en termes de mise à disposition de moyens adéquats, dans un contexte de bonne pluviométrie.» Le Sénégal a, qui sait, un bâton magique qui multiplie par 10 puissance N le sous-secteur agricole lui permettant ainsi d’atteindre des résultats spectaculaires après une saison pluvieuse de trois mois aux plus sur an 1.

    Cette embellie économique, que je ne vois pas et qui justifie un sacré boom concrétisé par une croissance estimée à 6,4%, trouve aussi son explication dans : le « dynamisme du secondaire » favorisé, entre autres, par « l’amélioration de l’offre énergétique », le renforcement des activités de construction, la relance des industries chimiques, et le maintien de la vigueur des activités des services. Il parle aussi de la poursuite des investissements structurants et de l’amélioration du climat des affaires.

    A lire également  Marché interbancaire : Légère progression en juillet

    Si M. Ba persiste et signe en maintenant que les Sénégalais ont dépensé bien plus en 2015 et que notre richesse nationale, soit la somme de nos actifs, est bien plus importante en 2015 qu’avant, je lui dirai que, nous, notre Pib qui n’est pas un stock mais un flux, n’a guère fructifié, au contraire.

    A l’image des Sénégalais, je paie toujours au prix fort le courant et le carburant alors que le prix du baril du pétrole a été divisé par deux. Ceux qui ont un peu de moyens et font des achats dans les supermarchés qui fleurissent dans nos quartiers depuis Me Wade se rendent comptent qu’ils paient une taxe. Notre aéroport reste toujours l’un des plus chers au monde. Notre tourisme est sans touriste. Notre tiébu jën (riz au poisson) est au «yaboy». Notre santé anesthésiée. Notre éducation en vacances forcée perpétuelle. Notre téléphonie et Internet très salés. Et patati et patata.

    Vous savez pour moi, les statistiques, c’est comme le bikini. Ca montre tout sauf l’essentiel !

    Charles FAYE (IGFM)

    Articles récents

    PSG : Très bonne nouvelle pour Idrissa Gana Gueye

    Lors de la victoire du Paris Saint Germain (PSG) face à Nice 3-0, Idrissa Gana Gueye a été contraint de céder sa place à...

    LES NOMINATIONS DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    Monsieur Pierre FAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n° 624.511/C, précédemment Ministre-Conseiller, Conseiller technique au Cabinet du Ministre des Affaires...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020 Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL,...

    FORMES SÉVÈRES DU CORONAVIRUS : UN NOUVEAU MÉDICAMENT À L’ÉTUDE AU SÉNÉGAL

    Aucun remède n’a, jusque-là, été trouvé contre le virus de la Covid-19. Pour autant, les scientifiques du monde entier se tuent à...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles