More

    A cœur ouvert : Mon aventure avec « Moussa salté »

    images

    Depuis ce matin, j’ai une faim de loup qui me ronge l’estomac. Mon mbaraan d’hier soir est plus que pingre.  Bilahi, ma bagn goor gou nay ! Un garçon peut avoir tous les défauts du monde mais, moom, je ne supporte pas. Il peut être nerveux, nul au lit, bavard ou avoir des dents de phacochère. je  supporte même qu’il soit un coureur de jupons, grawoul… Tôt ou tard, il te reviendra. Mais pingre, moom, je ne supporte pas. L’addition du dîner tournait autour de 100.000 francs Cfa. Le repas fini, on  regagne son appartement pour une partie de lutte bien intense. Etant vainqueur à deux reprises, je pensais avoir droit à un cachet bien grand mais voilà qu’il me dépose vers minuit avec un simple baiser me soufflant qu’il m’aimait et qu’il voulait m’épouser dans les plus brefs délais… Comme je le hais ! Je regrette de ne lui avoir pas coupé la langue d’un coup de dents. C’est tout ce qu’il mérite. Tcham ! Niaka diom…  Pourquoi les nantis sont les plus avares ? Doy na waar. Même mon copain mécanicien ne me ferait pas ce coup. Qu’il attende de voir qui accepte d’épouser une petite queue à l’éjaculation précoce. Même s’il assure les préliminaires, loolou yor’ou ma mann. Ki dafa dof sakh ! Il ne mérite même pas qu’on s’attarde sur son sujet.

     

    MA RENCONTRE AVEC MOUSSA SALTE

     

    Quand le  malheur me prend il ne me lâche pas de si tôt, je suis ainsi faite. Et le lendemain me voilà plus fauchée qu’un rat de mosquée. Je décide de sortir de ma chambre pour faire un tour dans les environs. Qui sait ? J’enfile ma minijupe en blue jean et un bustier rose clair. Sans soutien-gorge ni slip, je deviens plus que sexy. Surtout avec un maquillage discret et des cheveux détachés, je suis plus que top. Et c’est parti pour la chasse !

    Arrivée à hauteur d’Itécom, je tombe sur un groupe de mecs. Des étudiants, il me semble. Je les salue avec un large sourire en les dépassant. L’un d’eux attire mon attention. Le coup de foudre dès le premier coup d’oeil. Mon Dieu, quel thiof ! Celui-là se lave avec du lait Bridel. Dieu fait des merveilles, je te jure. Je m’imagine déjà dans ses bras ! Ça fait longtemps que je n’ai ressenti une telle chose.  Et tenez-vous bien, c’est réciproque. Il s’approche de moi en vrai gentleman. Svelte, teint noir, cheveux crépus. Mon regard s’attarde sur la dentition…  Rien à dire, impeccable : «J’ai l’impression de t’avoir vue quelque part… Comment tu t’appelles, chou ?» lance Moussa en avançant vers moi. Son joli sourire, dans une bouche pulpeuse encerclée d’une moustache, me fait un effet indescriptible. Il se rend vite compte que son excuse est bidon. Il rit à nouveau et cette fois ci deviens plus direct :«tu me plais bien, dit-il en bégayant. Viens  manger avec nous,  on part chez Nana, c’est juste en face d Ucad 2». Sans un mot, nous rejoignons la bande qui nous dépassait de quelques mètres. Je restais silencieuse tout au long du trajet même pendant le repas. Qu’il est magnifique,  mon Moussa ! Comme je l’aime, c’est vraiment l’homme de mes rêves. Je m’imagine déjà en robe de mariée l’embrassant avec force. Yalla moussal gnou si thiatt rèk.

     

    L’AMOUR QUAND TU NOUS TIENS…

     

    On se quitte vers 15 heures en se donnant rendez-vous le soir dans sa chambre au pavillon N. Une fois chez moi, je ne parviens même pas à me concentrer sur mon roman, tant son image me poursuit. Le temps me semble si long… C’est devenu plus clair dans mon esprit, je suis tombée dingue de  Moussa ! Et je suis prête à tout pour le conquérir. Je vais arrêter le mbaraan, lui rester fidèle jusqu’à ce qu’il m’épouse. S’il le faut, je ne coucherai pas avec lui, il croira que je suis une sainte. Et pour la lune de miel je me referai une virginité. Wawaww ! Diar na ko. Je sais me sacrifier quand il le faut. J’annule tous mes rendez-vous du soir. Mets mon portable en mode avion. Et ferme la porte de l’appartement à clef au cas où un mbaraan débarquerait sans m’avertir.

    A lire également  Affaire Médinatoul Salam: les Thiantacounes menacent de s'immoler par le feu

     

    SURPRISE

     

    Enfin vingt heures. Je fais ma toilette, file ma plus jolie robe de soirée. Belle, élégante, parfumée, je prends le chemin du campus, n’ayant aucun sou, à cause du pingre d’hier, je fais de l’autostop. Mon bienfaiteur, un adolescent qui sans doute a volé la voiture de ses parents, ne m’attire guère. Je fais la sourde oreille face à ses avances. Toutes mes pensées se tournent vers Moussa, mon Moussa, mon prince charmant.  Enfin au pavillon N. il m’ouvre la porte et me serre dans ses bras, m’embrasse sur la bouche me soufflant que je suis ravissante.  Putain je manque de m’évanouir : ce n’est pas possible, un rat est en putréfaction dans sa bouche… Ki mo khassaw ! Ce n’est pas possible comme ses aisselles puent. Même tenue que ce matin. Pire : le col de sa chemise est noir de saleté. Je prends place à coté du lit, espérant qu’il va prendre un bain avant de m’approcher. Hélas, non ! il s’assied prés de moi en enlevant ses chaussures… Une odeur de camembert empeste jusqu’au couloir. Impossible de contenir ma colère. Je lui lance perfide :«fallait me dire que vous avez coupure d’eau au campus, j’allais vous rapporter une bouteille d’eau». Sa candeur est touchante : «du tout, me répond-il.  Pourtant,  je me suis lavé hier soir». Et il enchaîne : «Mais tu es ravissante chérie ! Viens dans mes bras». Et il me colle contre lui au point de m’étouffer. Je tousse fort en le repoussant pour ne pas dégueuler. Je me dégage en catastrophe et prétexte la visite inattendue d’une tante, pour me sauver, lui promettant de repasser plus tard. Mon découragement est alors à son paroxysme, je décide de tourner la page d’oublier Moussa Salté pour toujours. Mais l’amour, quand tu nous tiens… Son image me hante pendant toute la soirée. Je me dis que c’est impossible qu’il soit l’homme si charmant rencontré ce matin. Ne pouvant pas l’oublier, je prends mon courage à deux mains et jure de le changer par mes propres astuces. Quel défaut une femme amoureuse et décidée ne peut-elle pas changer chez son homme ? Aucun.

    A lire également  Affaire Médinatoul Salam: les Thiantacounes menacent de s'immoler par le feu

    Le lendemain, je retourne dans sa chambre. Mon Moussa reviens juste de l’entrainement. Très viril dans son maillot rouge. Un coup d’œil sur son truc, gros comme je l’adore, fait un petit mouvement à travers sa culotte. La sueur  dégouline sur tout son corps. J’esquive sa bise habituelle pour ne pas mourir asphyxiée.  Je croise les doigts, priant qu’il file directement sous la douche. Mais non, il s’assied à nouveau à mes côtés. Je suis pédagogique : «mon chéri, tu peux aller prendre ton bain.  je peux t’attendre, après je te fais un bon massage. Tu dois être éreinté». Son refus est catégorique cette fois-ci. Moussa m’explique, avec un brin d’énervement : «je n’ai pas du tout envie de me laver. En plus l’eau est un peu froide ces temps-ci» Je reste inerte face à sa réplique. Moi, si habile à façonner les hommes, me voilà dans une situation inédite. Le marchand ambulant qui entre dans la chambre me donne une autre idée. Je passe à l’offensive : «c’est un vendeur de parfum. Je veux t’acheter un parfum moussa, j’aime les bonnes odeurs». Et d’autorité, ,en roulant les yeux je lance au bana-bana : «un bon parfum pour mon champion». A ces mot moussa se lève brusquement et dit au vendeur :«Ce n’est pas la peine boy, je n’aime pas me parfumer, c’est trop féminin. Man goor Yalla la. Je ne me parfume jamais. Ni ne me lave chaque jour, je suis ainsi fait !»

    Articles récents

    Mansour Faye : « Si l’Ofnac me convoque je n’irai pas repondre »

    Mansour Faye, était l’invité de grand jury de la Rfm, ce dimanche. A propos de la plainte déposée contre lui à l’Ofnac...

    Rififi aux GMD: La Direction appelle à la réconciliation, lundi

    Malgré les grèves répétées de certains travailleurs des Grands Moulins de Dakar depuis près de trois mois, la direction générale de l'entreprise...

    Magal à Ngabou : Sokhna Aïda rompt le silence

    Sokhna Aïda Diallo a réagi aux mesures annoncées par la police religieuse de Touba, Safinatoul Amane, dans le cadre de la célébration...

    Mali : La mère de Sidiki Diabaté arrêtée pour complicité d’avortement .

    C’est une étape de plus dans la tentaculaire affaire  de violence conjugale contre l'ex-compagne de Sidiki Diabaté.   La mère...

    Voici Les Bouffons De La République…Les 6 Fous Au Pouvoir

    Les bouffons de la République. Ils sont au nombre de 6. Deux au Palais, deux dans le gouvernement et deux dans la...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles