A République, manifestation de policiers contre la «haine anti-flics»

PoliciersLes policiers ont manifesté à l’appel de certains syndicats, mercredi 18 mai, pour dénoncer la « haine anti-flics » et demander plus de «fermeté » vis-à-vis des « casseurs » – une première après deux mois d’affrontements parfois violents lors des manifestations contre le projet de loi travail. Avec plus de 350 membres des forces de l’ordre blessés depuis le début des manifestations, les syndicats voulaient défendre leurs collègues pris à partie lors de la mobilisation contre le projet de loi El Khomri. Des slogans tels que « Tout le monde déteste la police » sont de plus en plus entendus dans les manifestations. Leur puissant syndicat Alliance (affilié à la CFE-CGC, syndicat de salariés et principalement de cadres), rejoint par d’autres organisations syndicales, a convié les policiers, hors service et en civil, à des rassemblements statiques dans une soixantaine de villes. Le plus important s’est tenu sous haute protection sur la très symbolique place de la République à Paris, où se réunit chaque soir depuis la fin de mars le mouvement citoyen Nuit debout.

«Il y a des blessés de part et d’autre»

Le directeur général de la police nationale, Jean-Marc Falcone, a évoqué sur Europe 1 des fonctionnaires « un peu exaspérés », « soumis à une grosse pression » depuis les attentats de 2015, qui « se font agresser verbalement et physiquement ». « Dans quelle profession on pourrait tolérer d’être caillassés, insultés, sans manquer de sang-froid à un moment ? », demande en effet Frédérique, une policière « de bureau » venue par solidarité avec ses collègues « toujours sur le qui-vive ». « Dans (les) manifestations (contre la loi travail), il y a des blessés de part et d’autre », tient-elle à rappeler. De son côté, Sadi, policier depuis dix-sept ans, raconte que les conditions de travail sous état d’urgence aggravent la situation : «Avec l’état d’urgence, on est en permanence sollicités, et on a de moins en moins la possibilité de faire des relèves. Ça crée des tensions dans les familles et au travail. La fatigue se fait sentir. Ça fait partie des éléments qui peuvent expliquer les dérapages. Avec la fatigue, les policiers finissent par avoir les nerfs qui lâchent.» Les forces de l’ordre ont notamment été mises en cause après qu’un jeune homme a perdu l’usage d’un œil, à la fin du mois d’avril à Rennes, et une trentaine d’enquêtes de la «police des polices» (Igpn) ont été ouvertes.

Lemonde.fr

Comments are closed.