ABDOU KARIM SALL, RESPONSABLE A L’APR ET DG DE L’ARTP

« L’opposition est en train de vaciller, si Barhélemy Dias a envie de montrer aux Sénégalais qu’il est courageux…  »
Le leader de l’Alliance pour la République (Apr) à Mbao et Directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (Artp) se lâche. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, hier, Abdou Karim Sall assène ses vérités sur l’actualité politique et fait des révélations dans le secteur de la téléphonie.

Monsieur Sall, un mouvement dénommé « And Ak Aks, doolel Macky Sall » vient d’être mis en place. Qu’est-ce qui sous-tend cela ?

En fait, ce n’est pas moi qui ai mis en place le mouvement. Il a été mis en place par des gens qui, à un moment donné, ont senti la nécessité de venir m’accompagner dans le combat que je mène au quotidien auprès du Président. Le mouvement a été mis en place par des jeunes qui ont eu à l’implanter partout, dans presque toutes les communes, mais également dans beaucoup de régions du Sénégal. L’objectif principal de ce mouvement, c’est de renforcer notre base politique partout, dans le seul et unique objectif d’assurer une écrasante majorité pour la formation politique dans laquelle je milite, la formation politique du président de la République, l’Apr.

Récemment, vous étiez dans le Fouta, à Orkadiéré. Que pouvez-vous nous dire sur cette descente dans votre ville natale ?

Je suis natif de Orkadiéré. Et c’est là-bas que j’ai fait mes études primaires. Et j’y ai mes parents et mes amis d’enfance. Raison pour laquelle, il m’arrive très souvent d’y aller. La particularité de cette fois-ci est que les jeunes, les élèves et étudiants de mon village, avaient organisé les «72 heures de Orkadiéré», et ils ont eu l’amabilité de me choisir comme parrain. J’ai voulu y aller pour assister aux «72 heures» et repartir. Mais, ils n’ont pas voulu que ce soit ainsi. Ils se sont organisés, et j’étais agréablement surpris par l’accueil qui m’a été réservé en tant que fils de ce village. L’accueil a été exceptionnel, et je dois dire que cela ne peut pas se faire sans qu’on ait eu à parler un peu de politique. J’en ai profité pour demander à mes amis et parents, qui n’étaient pas de l’Apr, de venir joindre notre formation politique. Et l’élément le plus marquant, c’est que le principal bailleur du Pds, au niveau du village, et qui se trouve en ce moment à l’étranger, a fait une forte délégation, pour venir m’amener ce qu’on appelle communément en Pulaar le «Tedu ngal». Il a acheté des bœufs et un chameau pour dire qu’il est très fier que je sois natif de ce village, et qu’il est prêt à s’engager à mes côtés, pour le développement de ce village. Parce que nous sommes en train de mener beaucoup d’activités dans le social. Étant aussi très engagé dans le social, il a pensé qu’il était important qu’on se donne la main pour travailler pour notre village. Et je peux dire, aujourd’hui, que tout le village est également avec nous, pour soutenir le Président Macky Sall. Et c’est un point important qu’il faut capitaliser dans le cadre de cette visite.

Et comment se porte l’Apr dans votre fief de Mbao ?

Je dois dire, avec beaucoup de fierté, que notre parti se porte très bien à Mbao. Depuis que nous sommes sortis des Locales, on n’a pas arrêté nos activités politiques. Et d’ailleurs, nous sommes, aujourd’hui, au siège de notre parti, pour nous permettre de nous retrouver à tout moment, et de recevoir tous ceux qui veulent nous rejoindre. C’est également un siège très bien équipé sur le plan des technologies de l’information et de la communication, et nous avons créer quatre emplois, ici. Le parti est en train de se massifier. Nous enregistrons tous les jours des personnes qui nous viennent de l’opposition. Et ceci est dû simplement au fait que nous sommes constamment sur le terrain pour être aux côtés des populations, pour les accompagner de manière générale. Aujourd’hui, sans risque de me tromper, je peux dire que nous sommes l’unique formation politique qui peut traîner des foules dans la commune de Mbao. Mais, je n’inscris pas seulement mes actions à l’intérieur des frontières de Mbao. Je les inscris également dans le département de Pikine, où je suis le coordonnateur des cadres du département. Je mène des activités avec mes camarades dans les autres communes pour renforcer, de manière significative, le parti. Ce qui est important pour nous, c’est de gagner avec une différence considérable les Législatives de 2017. Et après avoir gagné ces élections, notre souhait sera de donner au Président un deuxième mandat. C’est à notre portée.  Aujourd’hui, nous avons dépassé une période d’incompréhensions, de tensions, dans le département, et nous sommes dans la logique de travailler, la main dans la main, pour renforcer notre base politique et accompagner le Président, partout, au Sénégal.

L’actualité récente, c’est la sortie de Barthélemy Dias, qui démissionne du bureau de l’Assemblée et appelle au départ du Ps du gouvernement et de « Benno ». Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Barthélemy Dias a qualifié « Benno bokk yakaar » d’escroquerie. Je pense que tout le monde est en train de rire sous cape. Il doit être logique avec lui-même. S’il démissionne de son poste de membre du bureau, il faut qu’il démissionne aussi de son poste de député à l’Assemblée nationale. Parce que, à ce que je sache, Barthélemy Dias a été élu sur la liste de « Benno bokk yakaar ». Par conséquent, si « Benno » est une escroquerie, il faut qu’il en tire la seule conséquence qui s’impose : qu’il quitte définitivement « Benno bokk yakaar ». Son comportement est incohérent, et il doit savoir qu’on ne peut pas tromper les Sénégalais. Mieux, on est à quelques encablures du renouvellement du bureau de l’Assemblée nationale. Qu’il démissionne, aujourd’hui, c’est du populisme. Il ne faut pas qu’on insulte l’intelligence des Sénégalais. S’il a envie de démissionner, qu’il démissionne de son poste de député. Car, il sait pertinemment, compte tenu de sa position, aujourd’hui, vis-à-vis de sa formation politique, qu’il n’a aucune chance d’être reconduit dans le bureau de l’Assemblée nationale. Il ne faut pas que Barthélémy Dias nous prenne pour des demeurés. S’il est intelligent, il n’est pas au-dessus de la moyenne nationale. Qu’il garde les pieds sur terre. On ne peut pas faire des déclarations d’éclats de cette manière pour embobiner les sénégalais. Ce qu’il a fait, c’est ça l’escroquerie. S’il a envie de montrer aux Sénégalais qu’il est courageux, qu’il est capable de démissionner, qu’il démissionne de son poste de député. Parce que c’est le « Benno bokk yakaar » qu’il qualifie d’escroquerie, qui lui a permis d’être à ce stade-là.

Et l’affaire Petro Tim qui ne cesse de défrayer la chronique ?

Après que les ministres en charge du secteur, que le Premier ministre, lui-même, se sont prononcés sur cette affaire, je ne trouve pas nécessaire qu’on se prononce sur cette affaire qui a bénéficié des éclairages nécessaires. Ce qui est important, aujourd’hui, c’est de considérer qu’on est dans une troisième phase de cet épisode. C’est Frank Timis qui a décidé de prendre en charge la question le concernant, parce que le débat tourne autour de lui. Maintenant qu’il a esté en justice, je pense qu’on doit observer et laisser la justice faire son travail. J’estime que nous avons une justice indépendante, qui va se prononcer de la manière la plus juste et la plus transparente possible. On est dans une phase d’accusation. Et quand on dit accusation, ça ne veut pas dire grand-chose. Car, on peut être accusé de tous les péchés d’Israël, mais ça ne fait pas de vous un pécheur. Chacun est libre d’accuser qui il veut, mais le plus difficile, c’est de prouver la véracité de ces accusations. Ça ne peut pas nous émouvoir, ni nous perturber outre mesure.

Que pensez-vous de la marche de l’opposition de ce vendredi 14 octobre ?
Vous savez, une opposition qui est en train de vaciller, de se chercher un canevas, saisira toutes les occasions pour se mettre sous les projecteurs afin d’avoir une certaine légitimité. La question qui intéresse, aujourd’hui, les Sénégalais, c’est comment l’Etat a fait passer le taux de croissance à plus de 6% ? Qu’est-ce que le Plan Sénégal émergent a déjà eu à son actif en termes de réalisations ? Parce que le gaz et le pétrole ne sont pas encore sortis de terre. On est encore à l’état d’exploration. On fait autant de tintamarre, autant de bruits, c’est pour faire fuir les investisseurs qui voudraient venir au Sénégal. Et je pense qu’on rend un mauvais service à notre pays. On gagnerait à être sereins, à travailler ensemble, l’opposition comme l’Etat, pour que les projets qui sont en vue, puissent avoir un impact considérable dans la vie des Sénégalais.  Maintenant que l’opposition marche tous les jours, ce n’est pas un évènement du tout. Ils sont dans leurs rôle. Les objectifs ou les raisons pour lesquelles ils marchent sont des raisons infondées. Et les populations savent que c’est des raisons infondées. Il est inutile de faire dans l’agitation, ça ne servira pas à grand-chose.

Il y a aussi débat autour du fichier électoral…

Sur la question concernant le fichier électoral, j’ai entendu dire qu’Oumar Sarr du Pds s’y est appesanti. Mais, le Sénégal est une véritable démocratique, une démocratie majeure, qui a connu deux alternances. Les Sénégalais ont atteint un niveau de maturité tel, que le fichier électoral ne peut pas élire un président de la République. Si le fichier électoral pouvait élire un président de la République, Wade ne perdrait jamais les élections. Donc, il faut qu’il arrête de leurrer les Sénégalais.  Ce qui est important, c’est de sensibiliser le peu de militants qu’ils ont pour qu’ils aillent s’inscrire sur le fichier électoral. Il est grand temps, avec le taux de participation que nous avons connu, de faire un toilettage sérieux, pour connaître qui est vivant, qui ne l’est pas, qui doit quitter, qui doit rester dans le fichier électoral. C’est une action à saluer et le gouvernement du Sénégal est en train de la mener. Qu’ils arrêtent de parler d’un ministre de l’Intérieur qui est coloré. Lors de l’élection présidentielle de 2012, c’est Ousmane Ngom qui a conduit les élections, alors qu’il était ministre de l’Intérieur, et ça n’a pas empêché le Pds de péricliter. Je pense, donc, que c’est un faux débat.

Pour parler un peu de l’Artp, où en êtes vous avec l’identification des abonnés ?

Ce que nous avons demandé, c’est qu’avant la date butoir, tout détenteur de numéro soit formellement identifié au niveau des systèmes d’information des opérateurs. Parce que la question de l’identification est une question de sécurité nationale. C’est un devoir également pour les opérateurs d’identifier leurs clients. Car, c’est contenu dans leur cahier de charges, mais également dans le Code des télécommunications de 2011. C’est une obligation de le faire. Aujourd’hui, nous sommes dans une situation, sur le plan de la sécurité, sur le plan de la cyber sécurité, qui fait qu’il est important,  que ceux qui utilisent le téléphone, soient formellement identifiés. C’est pour cela qu’il y a de cela 4 mois, nous avons lancé une opération qui consistait à permettre aux opérateurs d’avoir une connexion avec une base de données virtuelles, une base miroir de la Daf (Direction de l’automatisation des fichiers), afin de pouvoir authentifier et contrôler les informations qui leur sont données par les clients. Après qu’on ait fait cela, nous avons demandé à tous les clients de pouvoir s’identifier, et nous avons donné 6 mois. Et le délai expire le 10 novembre. Donc, nous demandons à tous ceux qui ont des numéros de téléphone de se mettre en rapport avec les opérateurs pour leur identification. Il n’est pas, aujourd’hui, permis, qu’on achète dans la rue, ou quelque part, une carte Sim, à travers laquelle, on s’inscrit avec le numéro d’autrui. La plupart des Sénégalais ont des numéros qui sont inscrits à travers des noms d’autres personnes. Donc, ce que nous voulons, c’est que tout détenteur de numéro de téléphone s’identifie avec sa propre identification.

Et la portabilité que vous a lancée l’an dernier, quel bilan en tirez-vous ?

Le bilan que nous en tirons est très positif. Positif dans la mesure où la portabilité avait pour objectif de permettre à tout utilisateur d’avoir la possibilité de choisir un opérateur en fonction de la qualité du service rendu, en fonction de la qualité commerciale, en fonction d’un certain nombre de paramètres. Nous avons tous une relation affectueuse avec les numéros de téléphone que nous détenons. Il était, donc, extrêmement pénible de quitter un opérateur en laissant son numéro derrière. La portabilité a permis à ceux-là qui voulaient quitter un opérateur  pour aller chez un autre de partir avec leur numéro. Donc, ça même, si c’est un seul client qui avait manifesté son intention de quitter et qui a quitté, je pense que nous avons réussi. Surtout qu’après avoir fait le bilan, on s’est rendu compte que plus de 3000 Sénégalais ont quitté leur opérateur d’origine pour aller vers un autre opérateur, pour des raisons diverses. Donc, la portabilité, qui est un levier de concurrence, que nous avons lancé, il y a de cela un an au Sénégal, un levier qui n’existe pas dans beaucoup de pays africains. Nous sommes l’un des rares pays africains à avoir la portabilité. Donc, c’est heureux de constater qu’après avoir lancé la portabilité, des Sénégalais ont pu en bénéficier. Si chaque opérateur fait un effort pour garder ses propres clients en améliorant la qualité de service, la qualité commerciale, en améliorant la qualité des offres, c’est formidable, et on aura réussi la portabilité.

Aujourd’hui, au Sénégal, il y a un problème de couverture réseau, notamment dans les zones frontalières. Quelle est la solution à cette équation ?

Vous savez, il faut sérier les problèmes. Car, il y a deux ou trois types de problèmes dans la question que vous posez. Vous posez, d’abord, le problème de couverture. Vous posez également le problème de la qualité de service. Mais également un autre problème, le problème des frontières. En ce qui concerne la couverture, jusqu’à une date récente, Orange n’avait aucune obligation dans son cahier de charges en termes de couverture. Tigo n’a aucune obligation de couverture. Et c’est cela que nous sommes en train de corriger. Dans le nouveau cahier de charges de Orange, quand ils ont obtenu la 4G, nous en avons profité pour leur mettre des obligations de couverture. Nous sommes aussi en train de discuter avec l’opérateur Tigo pour lui mettre des obligations de couverture. Vous savez, quand un opérateur n’a pas d’obligation de couverture, nous n’avons pas la possibilité de le contraindre à couvrir les zones. La première phase, nous l’avons dépassée, c’est d’obliger les opérateurs à couvrir des zones à travers leur cahier de charges, mais également de mesurer cette couverture. Nous venons de sortir d’une campagne de mesure, et nous avons, aujourd’hui, les niveaux et les taux de couverture pour chaque opérateur, sur l’étendue du territoire national. Nous l’avons terminé, et nous sommes en discussion avec les opérateurs, pour leur dire, dans telle ou telle localité, nous avons telle couverture. Car, on ne peut pas parler de qualité de service là où il n y a pas de couverture. Donc, la qualité de service, c’est dans les zones qui sont couvertes. Nous avons terminé également la semaine dernière, la mesure de la qualité de service rendue aux usagers. Et nous sommes également en discussions avec les opérateurs pour dire à chacun : « Voilà ton niveau de qualité de service ». Et sur ça, les opérateurs ont bel et bien des obligations. Donc, nous comptons, dans les jours à venir, se mettre autour d’une table avec les opérateurs pour leur signifier les qualités de service  qui sont rendus et que nous avons mesurés, afin que des corrections soient apportées. Nous avons  terminé la région de Dakar et nous sommes en train de mesurer les autres parties du Sénégal. Mais, avant d’entamer les mesures au niveau des autres régions, nous allons, d’abord, discuter avec les opérateurs pour que des corrections soient apportées dans Dakar.

Pouvez-vous donner plus de précisions par rapport à la couverture ?

Concernant la couverture, c’est trois types de couverture. Vous avez la couverture en «out-door»  et la couverture à l’air libre. Vous avez la couverture «in door» et vous avez la couverture «in car». La couverture «in door», c’est quand vous êtes à l’intérieur d’un bâtiment. On peut avoir une couverture «out door», sans pour autant avoir une couverture à «in door». On peut avoir une couverture «in door» et «out door», sans pour autant avoir une couverture «in car». C’est-à-dire que vous êtes dans un véhicule, vous empruntez l’autoroute à péage, vous filez à une certaine vitesse, il faut que vous ayez la couverture. Donc, tout ça nous sommes en train déjà de mesurer et nous connaissons déjà à Dakar le taux de couverture pour chaque opérateur, que ce soit «out door» ou «in door» et «in car». Maintenant, nous allons regarder tout ça. Car, il ne suffit pas d’avoir la couverture, parce que vous pouvez avoir le réseau sans pour autant émettre un appel, tout dépend du niveau de qualité du signal que vous avez. Après avoir mesuré les couvertures, nous allons mesurer les qualités de service, et nous y travaillons. C’est d’ailleurs l’un des plus grands chantiers que nous avons entamés. C’est la qualité de service rendue aux usagers. Car il faut distinguer dans le jargon des télécommunications, la qualité de service et la qualité d’expérience. La qualité de service, c’est des indicateurs que communiquent de manière générale les opérateurs. Mais, ce qui est plus pertinent, c’est la qualité de l’expérience de l’utilisateur. C’est-à-dire,  la perception, le rendu par l’utilisateur, lui-même. Nous avons des terminaux, avec des applications qui nous permettent d’avoir le ressenti du client lui-même. Et nous avons terminé ce travail, et d’ici quelques jours, si Dieu le veut, nous allons entamer la discussion avec les opérateurs. Cela veut dire que nous avons la claire conscience qu’il y a des choses à améliorer dans le domaine de la qualité de service rendu aux usagers, aussi bien pour l’internet, que pour les données.

Où en êtes vous avec la 4G ?

La 4G, nous avons déjà donné la possibilité à la Sonatel de l’avoir, et elle en train de la déployer. Elle a des obligations pour la 4G en termes de qualité de service, mais aussi en termes de couverture. Elle a l’obligation de couvrir les axes routiers en 4G et de couvrir 70% des populations en 5 ans, et d’avoir une couverture supérieure à 95% en 10 ans. Donc, nous avons des obligations très serrées pour l’opérateur Orange en ce qui concerne la 4G. Mais, nous sommes  en discussions avec les autres opérateurs. Nous sommes en discussions très avancées avec un opérateur qui viendra dans les mois à venir prendre la 4G. L’objectif de l’Etat est que notre pays soit au rendez-vous de ces nouveaux types de réseaux, mais aussi au rendez-vous des Tic.

Il y a cette amende de près de 14 milliards infligée à Orange qui a été ramenée à 1,5 milliard, ce qui a fait débat…

Vous savez, moi je reste dans les frontières, dans les limites de mes compétences. Car, il faut distinguer deux choses. Parce que les gens font énormément d’amalgame entre le redressement et la sanction. Notre rôle, en tant que régulateur, c’est de procéder au contrôle régulier. C’est ce que nous avons fait  cette année. Et nous nous sommes rendu compte que sur la base de ce que les opérateurs déclaraient et qu’on facturait, et nos contrôles sur le terrain, il y a des écarts. Je l’ai dit, pour Orange, nous avons trouvé un écart de l’ordre de 9 milliards à peu près. Pour Tigo, nous avons trouvé un écart de 6,6 milliards. Et nous leur avons envoyé les factures, et nous exigeons à ce que ces factures soient payées intégralement. Nous sommes en train de terminer les contrôles au niveau de Expresso. Si on se rend compte également qu’il y a un écart, nous allons leur adresser une facture complémentaire, et nous exigerons que ça soit payé. Ça, c’est de l’opérationnel, c’est de la gestion, et c’est notre quotidien, en tant que régulateur, de procéder à des vérifications et contrôles. L’autre élément, c’est une amende, une sanction, par rapport aux manquements. Nous l’avions constaté, en ce qui concerne l’application d’un décret. Après avoir constaté cet écart, la Direction générale, après plusieurs échanges,  a transmis un dossier en proposant à ce que des sanctions soient prises à l’encontre de Orange qui ne respectait pas le décret sur trois points. Le Collège, qui est dans son rôle également, a apprécié en décidant de la sanction. C’est la sanction des 13,9 milliards. Après quoi, l’opérateur a fait un recours gracieux, et c’est prévu dans le Code des télécommunications. L’opérateur qui estime être lésé avait deux possibilités. La première, c’est le recours gracieux. Et après ça, s’il n’est pas satisfait, le recours contentieux. Ils ont fait un recours, et le Collège a examiné le dossier, et a décidé de ramener la sanction à 1,5 milliard. Le Collège est dans son rôle, il a la prérogative, après avoir examiné une situation et de nouveaux éléments, en fonction des éléments du dossier, de procéder à une révision de ces sanctions.

Le Populaire.

Comments are closed.