Abdoul Mbaye sur son inculpation : «Pas de faux, point de tentative d’escroquerie »

Abdoul

Au  cours de sa conférence de presse qu’il a tenu ce samedi, l’ancien Premier Ministre et le désormais patron de l’ACT, Abdoul s’est lavé à grande avec arguments et preuves à l’appui. Il a balayé d’un revers de main toutes les accusations à lui faite dans ce conflit qui l’oppose à son ex-épouse.

«Le Doyen des juges m’a inculpé pour complicité de faux commis sur des documents administratifs en 2013-2014, usage de faux, et tentative d’escroquerie portant sur les biens de mon ex épouse. Monsieur Adama THIAM, officier d’état civil aujourd’hui à la retraite, est visé comme étant l’auteur principal du faux. Cette inculpation est assortie d’un contrôle judicaire visant à limiter ma liberté de déplacement hors du territoire. Le Doyen des juges a précisé que les articles 137, 45 et 46 du Code Pénal étaient visés », commence-t-il par rappelé. L’ancien PM de s’interroger : «Comment une affaire privée de divorce a été transformée en ridicule complot d’état ? Du faux qui n’existe pas et de la tentative d’escroquerie sans préjudice ni plaignant : une innovation de la justice sénégalaise ».

En effet, convoquant l’article 365 du Code Pénal dispose que « ne pourront donner lieu qu’à des réparations civiles les soustractions commises par des maris au préjudice de leurs femmes, par des femmes au préjudice de leurs maris, par un veuf ou une veuve quant aux choses qui avaient appartenu à l’époux décédé, Abdoul Mbaye renseigne « donc une tentative d’escroquerie au préjudice d’une épouse ne peut donner lieu à une procédure pénale sanctionnée par une inculpation et une mise sous contrôle judiciaire ». Une manière d’écarter la tentative d’escroquerie  que le  juge à convoquer pour prévoir une peine complémentaire portant privation de droits civiques et civils (art.34), notamment de vote et d’éligibilité.

Relatant le déroulé de sa situation matrimoniale, l’ancien Premier Ministre précise qu’on accuse « le sieur Adama Thiam d’avoir commis un faux avec ma complicité. Or d’une part le faux n’existe pas. Je ne vois pas la forme que ma complicité peut revêtir si tant est que l’ordonnance modifiant le régime matrimonial a été transmise par le greffier en chef directement à l’officier d’état civil conformément à la loi ».

 En conclusion, je n ‘arrive donc pas à identifier le faux dont j’aurais pu être le complice sans avoir accès aux documents d’état civil, et sans les avoir établis. Ce faux dont on parle ne m’a du reste pas encore été présenté », fait savoir le patron de l’ACT qui rappelle que « c’est depuis 1994 que nous (son épouse et lui ) avons ensemble décidé de faire commuer ce régime de communauté en régime de séparation de biens, et avons adressé une requête conjointe (ce que ni moi, ni la dame A.D n’ont jamais contesté) au juge des mariages, soit donc au Président du Tribunal départemental de Dakar.

dakar7.com

Comments are closed.