More

    Affaire Benalla : le ministre de l’Intérieur se défausse sur le préfet et le cabinet de Macron

    Lors de son audition à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, s’est défendu de toute faute dans l’affaire Benalla, et renvoyé la responsabilité d’éventuels manquements au préfet de police et au cabinet d’Emmanuel Macron, selon France 24

    Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a été auditionné lundi 23 juillet, à l’Assemblée nationale, par la commission des Lois, sur l’affaire Alexandre Benalla, du nom de l’ex-collaborateur d’Emmanuel Macron mis en examen pour des violences en marge des manifestations du 1er mai à Paris.

    Entendu par la commission des Lois de l’Assemblée, le ministre de l’Intérieur doit répondre à une série de questions sensibles. Pourquoi le numéro 2 du gouvernement, qui était au courant des faits dès le 2 mai, n’a-t-il pas réagi plus tôt, en saisissant la « police des polices » ou la justice ? L’opposition accuse le pouvoir d’avoir voulu étouffer l’affaire.

    A lire également  Gamou de Medina Baye: Le ministre de l'Intérieur refuse d'assouplir les contrôles des pèlerins

    En commençant l’audition, Gérard Collomb a tout d’abord affirmé vouloir « faire toute la lumière » sur cette affaire qui « a légitimement affecté » les forces de l’ordre. Le 18 juillet 2018, le journal « Le Monde » a diffusé une vidéo dans laquelle on voit Alexandre Benalla, proche collaborateur du chef de l’État, en train de frapper et malmener des manifestants le 1er mai, alors qu’il accompagnait les forces de l’ordre en tant « qu’observateur ». Le jeune homme de 26 ans porte alors un casque de CRS. D’autres vidéos, publiées peu après, montrent avec un brassard « Police » et un poste de radio de la police.

    A lire également  Mauritanie: un accident fait 11 morts et plusieurs blessés

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles