More

    Affaire Benalla: les députés d’opposition déposent une motion de censure

    Après avoir claqué la porte de la commission d’enquête parlementaire sur l’affaire Benalla, l’opposition continue l’affrontement avec le gouvernement. Les députés Les Républicains et la gauche ont déposé des motions de censure qui doivent être examinées mardi 31 juillet prochain. Un baroud d’honneur avant la trève estivale.

    Les motions de censure de l’opposition n’ont aucune chance d’être votées puisque la République en marche a la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Mais l’objectif n’est pas de faire tomber le gouvernement. Il s’agit plutôt de maintenir la pression jusqu’à la fin de la session extraordinaire au Parlement en obligeant le Premier ministre Edouard Philippe à venir se défendre devant les députés lors d’un débat qui offrira une nouvelle tribune médiatique aux attaques contre le chef de l’Etat autour de l’affaire Benalla.

    A lire également  Coup de force au Mali : la Cedeao, l’Ua et l’Union européenne mettent leur veto

    Les Républicains ont été les premiers à dégainer en déposant une motion de censure ce jeudi 26 juillet au soir. A gauche, la France insoumise et le Parti socialiste se sont ensuite entendus pour en déposer une aussi.

    L’une des conséquences politiques de l’affaire Benalla c’est d’avoir provoqué cette coalition de fait, de partis d’opposition que tout éloignait jusque-là, du Rassemblement national de Marine Le Pen qui s’est dite prête à voter la motion des Républicains, à la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon. Tous unis par un même désir de saisir l’opportunité de l’affaire Benalla pour se requinquer avec un mot d’ordre : Haro sur le gouvernement.

    A lire également  Viol présumé: la Suède demande l'extradition de Julian Assange

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles