Affaire Rapport OFNAC: Nafy Ngom Keita descend Oumar Youm et Cheikh Oumar Hann

nafy-ngom-keitaNafy Ngom Keïta a apporté, aujourd’hui sur les antennes de Walf, des réponses par rapport à la publication du rapport de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac). Elle s’est offusquée du comportement de Me Oumar Youm, mais elle s’est également expliquée sur le dossier de Cheikh Oumar Hanne, Directeur du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud). La présidente de l’Ofnac a aussi révélé que sa structure a transmis huit (8) dossiers au procureur de la République de Dakar et un (1) au procureur de la République de Louga.

Invitée de l’émission «Opinion» aujourd’hui, Nafy Ngom Keïta a mis les points sur les «i». N’en déplaise à certaines autorités. Par rapport aux critiques apportées par Me Oumar Youm, la directrice de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac), qui «ne souhaite polémiquer», a été étonnée de l’attitude du ministre-Directeur de cabinet du président la République. «Monsieur Youm aurait dû m’appeler. A un certain niveau de responsabilité, on ne peut pas dire ce que l’on veut», a pesté la présidente de l’Ofnac. Sur la question de la déclaration de patrimoine, elle rectifie Me Oumar Youm, « il ne faut pas qu’on me fasse dire ce que je n’ai pas dit. Tous les ministres qui ont des portefeuilles ont fait leur déclaration».

Selon elle, le problème rencontré par ses hommes c’est par rapport à la 2ième catégorie. A ce niveau, il y a, à l’en croire des gens qui ne savent pas qu’ils sont assujettis à la déclaration de leur patrimoine. Pire, il y en a qui comprennent mais qui ne veulent pas se soumettre. Cette deuxième catégorie concerne les administrateurs, les ordonnateurs de dépenses de plus d’un milliard. Par rapport à l’obligation de réserve, la patronne de l’Ofnac précise qu’elle n’a rien à se reprocher. A l’en croire,  elle a déposé le rapport sur la table du président de la République et les textes lui permettent de procéder à la publication du rapport et même de diffuser. Cette page tournée, la directrice de l’Ofnac entame le volet concernant Cheikh Oumar Hanne. «J’ai recommandé au Président de le limoger parce que je ne peux pas admettre une autorité administrative qui refuse le contrôle et qui a des comportements tendant à remettre en cause notre tradition de contrôle.

«Cheikh Oumar Hanne peut dire ce qu’il veut, mais nous avons des preuves»

A en croire Nafy Ngom Keïta, le directeur du Coud a été entendu une première fois dans les locaux de l’Ofnac. Mais lorsque ses hommes ont voulu l’entendre une deuxième fois, Cheikh Oumar Hanne a refusé catégoriquement. Il a fallu qu’elle s’en ouvre au président de la République pour qu’il change d’attitude, tout en essayant d’expliquer son refus de déférer à la convocation, par le comportement du chef de mission. «C’est une entrave à l’action de l’Ofnac et une violation du principe de la reddition des comptes», peste-t-elle.

Ceux qui ont été épinglés peuvent trembler. En effet, la patronne de l’Ofnac a déposé son rapport sur la table du Procureur. «Si l’autorité judiciaire poursuit ou s’il ne poursuit pas, ce n’est pas notre problème», précise-t-elle. L’ancienne Vérificatrice générale de l’Inspection Générale d’Etat de révéler qu’elle a déposé neuf (9) rapports auprès des Procureurs : 8 auprès du Procureur de Dakar et un (1) auprès du Procureur de Louga. Toutefois, n’en déplaise au patron du Coud, les agents de l’Ofnac vont revenir au Coud «pour y vérifier autre chose», précise Nafy Ngom Keïta. «Il peut dire ce qu’il veut, mais nous avons des preuves», a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, l’affaire Lamine Diack et Pétro Tim sont en cours et Nafy Ngom Keîta et ses hommes comptent aller jusqu’au bout. «Nous sommes dans le même esprit et nous travaillons en toute indépendance», ajoute la patronne de l’Ofnac.

L’affaire Bictogo dans la ligne de mire de l’Ofnac

L’affaire Adama Bictogo n’est pas en reste. Nafy Ngom Keita a révélé que son institution a été saisie et que le nécessaire sera fait.

WWW.DAKAR7.COM

 

Comments are closed.