Agro-Industrie : Socfin, une épine dans le pied de Vincent Bolloré

vincentDéforestation, spoliation des terres, conditions de travail… Le groupe belgo-luxembourgeois, dont l’homme d’affaires français est actionnaire, concentre les critiques sur la gestion de ses plantations. Ces derniers temps, Vincent Bolloré a des rapports tendus avec les médias. Quand il n’est pas accusé de chercher à museler ceux qu’il possède en France, il attaque les autres en diffamation. Dernier épisode en date, le 14 avril : la relaxe des journalistes de Bastamag, poursuivis par le groupe Bolloré pour un article publié en 2012 sur le rôle des grandes entreprises dans l’accaparement des terres agricoles. Sur ce sujet, le patron français semble particulièrement susceptible. S’il laisse le plus souvent filer les attaques dont il fait l’objet à chaque nouvelle attribution de concession portuaire, il brandit en revanche la menace judiciaire dès qu’un journaliste fouille d’un peu trop près du côté de ses plantations. Déforestation, spoliation des terres, mauvais traitement des populations riveraines… Autant de crimes dont se rendraient coupables les multiples filiales en Afrique et en Asie de la Société financière des caoutchoucs (Socfin), un groupe belgo-luxembourgeois dont Bolloré détient 38,7 % des parts. Peu savent que le groupe Bolloré possède des participations agricoles sur le continent, entre ses kilomètres de voies ferrées et ses dizaines de terminaux portuaires. Vincent Bolloré a hérité, lors de son raid sur le groupe Rivaud, en 1997, de centaines de milliers d’hectares d’hévéas et de palmiers à huile. Officiellement, c’est le Belge Hubert Fabri (lire encadré), patron de Socfin et actionnaire principal (50,2 %), qui a « toutes compétences sur ces activités », affirme Michel Calzaroni, le responsable de la communication de Vincent Bolloré.

Une activité marginale, selon le directeur opérationnel de Socfin

D’ailleurs, il n’existe aucune branche agricole dans l’organigramme du groupe Bolloré ; et Bertrand Chavanes, le dernier responsable du secteur au sein du siège, à Puteaux (près de Paris), est parti à la retraite il y a plusieurs années, sans voir été remplacé. « C’est de toute manière une activité marginale à l’échelle du groupe », estime Luc Boedt, directeur opérationnel de Socfin. Selon les derniers rapports d’activité, les plantations ont représenté en 2014 moins de 5 % du résultat net du groupe Bolloré. Un chiffre presque anecdotique au regard des polémiques qui se succèdent depuis dix ans et qui nuisent à l’image globale de la multinationale. Les plantations ? « Un véritable foyer à emmerdements », pour reprendre l’expression d’un ancien du groupe.

Vincent Bolloré au cœur du renouveau de Socfin

Vincent Bolloré a même été pris à partie, en 2013, par des paysans africains venus à Puteaux pour lui présenter leurs doléances. Grand seigneur et beau parleur, il promet de se saisir personnellement du problème et de faire pression sur ses amis belges pour qu’ils revoient leurs pratiques. Sans qu’aucune amélioration notable ait pu être constatée jusqu’à présent sur le terrain par les ONG.

JEUNEAFRIQUE.COM

Comments are closed.