Air France mise en cause dans un crash en 2009

Les nouvelles conclusions des experts juridiques suscitent l’indignation de familles des victimes qui craignent de voir le constructeur aéronautique Airbus échapper aux poursuites.

L’accident du vol AF447 survenu le 1er juin 2009 au large du Brésil avait tué les 228 passagers et membres de l’équipage.

Air France et Airbus avaient été inculpés en 2011 pour « homicides involontaires » dans le cadre d’une information judiciaire ouverte à Paris.

Des batailles judiciaires avaient été menées entre la compagnie et le constructeur, qui tentaient d’éviter un procès.

L’enquête close en 2014 avait ensuite été relancée après l’annulation de la première contre-expertise.

Des proches des victimes et Air France l’avaient attaquée devant la cour d’appel, la jugeant biaisée en faveur du constructeur aéronautique.

Une « insuffisance d’entraînement »

Le 20 décembre, les auteurs de la nouvelle expertise ont remis leur rapport provisoire aux juges d’instruction du pôle accidents collectifs à Paris.

Ils établissent comme « cause directe » de l’accident la « perte de contrôle » de l’appareil, qui « résulte des actions inadaptées en pilotage manuel » de l’équipage.

Dans les « causes indirectes », ils listent notamment une « insuffisance d’entraînement de l’équipage au pilotage à haute altitude », un manque de formation et « l’absence initiale » du commandant de bord.

Dans les conclusions, la seule mise en cause d’Airbus est « l’ambiguïté du classement de la procédure Stall », relative à l’alarme de décrochage.

La première expertise pointait à la fois des défaillances de l’équipage et des problèmes techniques.

Les parties disposent désormais d’un délai de deux mois pour faire des observations et être éventuellement entendues par les experts, avant la remise du rapport définitif.

Source: BBC

Commentaires

commentaires