Alexandre Deniot(MIDEM). »L’Afrique est en première ligne sur ce marché de demain’’

Toutes les conditions sont réunies afin de faire du continent africain un grand marché de la musique en dépit de la ’’faiblesse’’ des statistiques affichées, a soutenu mardi à Dakar, Alexandre Deniot, directeur du Marché international du disque et de l’édition (MIDEM).

Il y a beaucoup de travail à faire ensemble, mais ‘’le potentiel est vraiment énorme. L’Afrique est en première ligne sur ce marché de demain’’, a-t-il dit à l’ouverture à Dakar du ’’MIDEM african forum’’.

’’Le marché de la musique en Afrique est de moins de 2 % du revenu mondial de la musique enregistrée et 0,7% des redevances récoltés au niveau mondial, c’est très faible, et cela ne représente pas la créativité et le talent constaté sur le continent’’, a t-il relevé.

Le directeur du MIDEM a souligné qu’en 2020, il y aura à peu près cinq cent millions de personnes connectées sur les smartphones en Afrique.

’’Aujourd’hui, c’est 1, 2 milliards d’individus sur toute l’Afrique et sur la partie subsaharienne, on a 1 milliard de personnes. Et d’ici à 2060, la population africaine sera de 2,6 milliards d’individus et ils ont moins de 30 ans avec un fort besoin pour la musique’’, fait-il valoir.

Toutefois, poursuit Alexandre Deniot, ’’il y a des challenges à relever et c’est pour cela que le MIDEM est là pour réfléchir et voir comment faire’’.

Le directeur du MIDEM dit croire au marché africain de la musique et notamment à celui du Sénégal, justifiant, selon lui, l’organisation de la deuxième édition du ‘’MIDEM african forum’’ à Dakar.

Commentaires

commentaires