More

    Aly Koto Ndiaye, Pdt du FDSUT: «S’il n’y a pas une harmonisation des responsables à la base, ce semblant de structuration transversale n’aiderait pas le président… Nous avons une opposition de salon »

     

    L’homme parle rarement à la presse. Presque jamais. Depuis son départ du gouvernement de Abdoul Mbaye, en 2012, Aly Koto Ndiaye, ancien ministre de la Jeunesse, se fait discret. Mais Dakar7.com aura réussi à le «dénicher » .

    Dans cette interview qu’il nous a accordée, le président du Fonds de développement du service universel des télécommunications(FDSUT) se prononce sur l’actualité nationale. De l’affaire Petrotim aux élections législatives, en passant par le processus électoral, Aly Koto Ndiaye s’est montré très critique vis-à-vis de Wattu Senegal qu’il qualifie d’ «opposition de salon». Appréciant le fonctionnement de son parti, ce responsable de l’APR a Fatick invite ses camarades de parti à harmoniser leurs actions s’ils veulent aider le président.

     

     

    Dakar7 :On  vous a peu entendu depuis votre départ du ministère de la Jeunesse en 2012. Qu’est-ce qui explique ce mutisme ?

    Aly Koto Ndiaye : Même du temps où j’étais au ministère, je n’ai jamais été bavard. J’évite toujours de confondre communication et bavardage. Or, au Sénégal, il y a beaucoup plus de bavardage que de communication. Tous les acteurs estiment qu’ils doivent parler au point de dire n’importe quoi. Je pense que cela n’instaure pas une sérénité dans le landernau politique. Ceci étant, j’ai quitté le ministère pour le retrouver dans un secteur qui n’est pas très bien connu du public. Ce qui fait que ce qui se fait dans le secteur des télécommunications, seuls les initiés peuvent s’y intéresser. Sur le plan politique, je pense que le parti dans lequel je milite est organisé. Il y’a une cellule de communication et j’évite de tirer dans tous les sens.

    Dakar7 :La politique a horreur du vide. La rivalité qui existe, à Fatick, entre vous, les ministres Mactar Ba, Magnick Ndiaye, vous devrait vous pousser à parler. 

    A.K. N : Rivalité, ce n’est pas le mot approprié. Ce qu’il faut dire, c’est qu’à Fatick, on a beaucoup d’acteurs hauts placés. Il faut revenir en arrière pour dire que c’est dans cette région que le président a connu ses premiers, j’allais dire, ‘’fédayines’’(les boucliers). Dans tous les coins et recoins de Fatick, des personnes se sont levées pour dire Non à l’arbitraire. Ce qui fait que vous avez a Fatick plusieurs personnes ressources au-delà de la scène. Mais rivalité, il y ‘en a pas. Avant que nous soyons en politique, Matar Ba était un frère. Le ministre Magnick Ndiaye, j’étais gamin, quand je l’ai connu. C’est un grand frère. Le Dr. Cheikh Kanté est un cousin. Il n’y a pas une rivalité en tant que telle.  Il y’a un champ politique dans lequel se meuvent plusieurs acteurs qui, parfois, n’harmonisent pas leurs actions. Ce qui transparait comme un semblant de rivalité. La rivalité en politique n’est pas négative. C’est une soupape qui permet de respirer. Ça donne des vagues. Elle n’est pas négatives si tant qu’elle soit circonscrite dans les lois et règlements qui régissent le parti.

    Dakar7 :Au-delà de Fatick, on constate des rivalités à Dakar entre Yaxam Mbaye, à Ziguinchor entre Benoit Sambou et Doudou Ka, à la COJER…Est-ce que cela ne risque-t-il pas de compromettre la réélection du président Macky Sall ?

    AKN : La rivalité n’est pas totalement négative. Il y a une once de négativité s’il elle n’est pas circonscrite dans le règlement intérieur du parti. Par rapport à la jeunesse, elle a ceci particulier. Quand on est contre son vis-à-vis, on le lui démontre. On ne se cache pas à la différence des adultes. Elle exprime parfois ses sentiments de manière violente. Ce qui s’est passé dernièrement et qui a été publié dans les réseaux sociaux(bataille rangée entre jeunes de la COJER), je m’en désole. Je les appelle à la sérénité. Il n’y a pas d’enjeu dans ce qu’ils sont entrain de faire. Le poste du coordinateur des jeunes n’a jamais été mis en compétition. C’est le président de la République qui choisit la personne pour diriger les jeunes.

    Dakar7 :Est-ce que la non-structuration de votre parti ne favorise pas cette rivalité ?

    AKN : J’évite toujours de me propulser loin devant les intentions. Entre les intentions et la réalité, il y a à boire et à manger. Il est vrai que le parti n’a pas eu le temps réellement de se structurer. Entre la naissance du parti et son extension, aux locales de 2019, à la présidentielle de 2012, aux législatives de 2014, les choses sont allées de manière exponentielle. Mais ce qui fait la particularité du contexte actuel, c’est que tout est médiatisé. Parfois dans le bon sens, mais souvent dans le mauvais sens.

    Pour revenir à la structuration, on dit qu’on a une structuration transversale. L’idéal, c’est d’arriver à une structuration verticale. Nous n’en sommes pas encore là. Et ce qui aiderait à calmer les ardeurs relève de la responsabilité des responsables politiques- pour ne pas me répéter- à la base. S’il n’y a pas une harmonisation, une complicité des responsables à la base, ce semblant de structuration transversale n’aiderait pas le parti, ni le président.

    Dakar7 :L’actualité c’est aussi l’affaire Pétrotim dans laquelle le nom du frère du président de la République, Aliou Sall est cité. Quel commentaire vous en faites.

    AKN : En réalité, c’est le frère d’Aliou Sall qui est devenu président. Ce n’est pas Aliou Sall qui est devenu le frère du président. Autrement dit, Macky Sall a eu un vécu, Aliou Sall aussi. Nous avons tous un vécu. Vouloir reprocher à Aliou Sall ses relations nouées depuis 2009, c’est lui faire un mauvais procès. Tout cela est amplifié par l’opposition. Comme le dit l’adage, on est à l’aise que dans l’opposition. On sait peu de chose,  et on se permet de tout dire. Alors que quand on est au pouvoir, on sait beaucoup de choses, mais on ne peut pas tout dire.

    Dakar7 :Mais est-ce qu’il n y a un syndrome Karim Wade qui est entrain de se dessiner avec Aliou Sall ?

    AKN : Ce qu’on reprochait à Abdoulaye Wade est une réalité. Ce n’était pas des suppositions, ni des élucubrations. Karim Wade est sorti de l’anonymat. La seule force de Karim Wade, c’était d’être le fils d’Abdoulaye Wade. Personnellement, ce que je reprochais à Karim Wade, ce n’était pas le fait d’avoir bénéficié de prébende, de donations, mais d’avoir puisé au-delà de ce qui lui donnait son père

    Dakar7 :C’est-à-dire ?

    AKN : Karim Wade a essayé de gagner l’estime des Sénégalais par le biais des élections de 2009. On connait le résultat. Nonobstant cela, son père l’a imposé comme ministre du «ciel et de la terre». Personne n’a rien dit. Abdoulaye a tenté, au détour de tout ce cheminement, de mettre en place un ticket. Conséquence : les sénégalais s’y sont opposé.  La vérité, c’est qu’Abdoulaye Wade voulait mettre en place un système de dévolution monarchique. A preuve : Même après qu’il a quitté le pouvoir, il a imposé Karim Wade à tête du Parti démocratique sénégalais et candidat du parti.

    Dakar7 :Revenons au cas de Aliou Sall

    AKN : D’abord le bruit s’estompe. Parce que les Sénégalais, vous comme moi, avions aucune idée de l’articulation des contrats. Les contrats ont été publiés. On dit qu’Aliou Sall est actionnaire. On prouve qu’il n’est pas actionnaire. On dit qu’Aliou Sall pilote cette chose(Pétrotim) au Sénégal. Il démissionne de la chose.

    Dakar7 :Mais il reste toujours employé du groupe Petrotim.

    AKN : Ça reste une supposition. A la place  d’Aliou Sall, si c’était un Malick Tall ou Daouda Guissé, personne n’en parlerait.

    Dakar7 :C’est parce qu’Aliou Sall est le frère du président que cela suscite de l’intérêt

    AKN : Cela m’amène à dire qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat. L’opposition n’arrive pas à attaquer le président Macky Sall sur ses réalisations, elle s’est fourvoyée. Elle a essayé d’attaquer le président Macky Sall en parlant de dynastie Faye-Sall. Cela n’a rien avoir. Le seul Faye qui est dans le régime, c’est le ministre Mansour Faye. Est-ce qu’il y a un seul régime au Sénégal et ailleurs, où on ne compte pas un parent dans le gouvernement ? Senghor avait son neveu dans le gouvernement, Abdou Diouf a eu son frère, Abdoulaye Wade, son fils. Cela n’a gêné personne.

    A lire également  UIP: la députée Adji Mergane nommée membre du comité exécutif
    A lire également  Critique de Idy sur l'absence de gynéco à Gossas: Macky "venge" son Premier ministre

    Dakar7 :Si ! le régime actuel avait toujours dénoncé, l’implication de la famille Wade dans les affaires de l’Etat.

    AKN : Encore une fois, moi et beaucoup de mes semblables, ne reprochent pas a Karim d’être dans le gouvernement. Ce que je  reproche à Karim, c’est d’avoir puisé plus que ce qu’il devait gagner en tant que ministre. C’est ça la réalité.

    Dakar7 :Le processus électoral divise la classe politique. L’opposition a adressé une demande d’audience au président de la République pour discuter de cela….

    AKN :(Il coupe). Elle sera reçue. Elle sera reçue quand le président aura le temps. Le président n’est pas réfractaire à l’opposition

    Dakar7 :Les citoyens éprouvent d’énormes difficultés pour disposer d’une carte d’identité biométrique. A ce rythme, est ce qu’on atteindra le nombre d’électeurs visé ?

    AKN : Si la chose se poursuit à ce rythme, non. On est bien d’accord.

    Dakar7 :L’opposition soupçonne l’Etat de vouloir reculer la date des élections législatives.

    AKN :On est devant une situation pour laquelle il faut faire un choix. Les cartes d’identité numérisées sont arrivées à expiration. Ou bien on reconduit les mêmes cartes. Ce qui nous mettrait en retard par rapport à l’ambition de la Cedeao de mettre en place les cartes biométriques. Ou bien on enclenche la procédure des cartes biométriques. Ce qui est le cas. Nous sommes bien d’accord. Le rythme est lent. Mais on vient de commencer. Si les inscriptions continuent à ce rythme, il va sans dire qu’on n’atteindra pas l’ensemble des requérants. C’est une évidence.

    Dakar7 :Qu’est ce que vous préconisez concrètement ?

    AKN : Après deux, trois, quatre mois d’exécution, il faut faire une évaluation en rapport avec les autorités administratives déconcentrées pour recueillir leurs avis sur le déploiement des dispositifs. Un seul dispositif ne suffit pas. Il faut augmenter le dispositif de sorte à atteindre le maximum des sénégalais.

    Dakar7 :Est-ce que les élections législatives vont se tenir à date échue ?

    AKN : D’après les éléments que j’ai par devers moi, les élections vont se tenir à date échue. L’autorité au Sénégal, c’est le président de la République. Depuis qu’il est en place, il n’a jamais été question de repousser une élection. Toutes les élections se sont tenues à date échue.

    Comment vous appréhendez les élections de 2017 ?

    De la même manière que toutes les élections ont été gagnées, celles de 2017 seront largement gagnées par la coalition Benno Bok Yakaar.

    Dakar7 :Sur  quoi vous vous fondez ?

    AKN : Parce que l’essentiel des engagements pris par le chef de l’Etat sont entrain d’être respectés au vu et au su de tous les sénégalais de bonne foi.

    L’autre argument tient au fait qu’on a une opposition de salon. Elle se retrouve dans des réceptifs de la place pour raconter leurs rêves. Quand je regarde l’opposition, je me pose des questions

    Dakar7 :Quelles questions ?

    AKN : Est-ce que Monsieur Idrissa Seck est à l’aise dans ce conglomérat  qu’on appelle Wattu Sénégal.

    Dakar7 :Pourquoi ?

    AKN : Parce quand on était très jeune, Idrissa Seck était l’homme fort de l’opposition. Après Abdoulaye Wade, c’était Idrissa Seck. On était à l’UJTL quand il était un porteur de voix, très puissant. Se retrouver maintenant dans Wattu Senegal derrière un Malick Gackou ou un Sonko, franchement, il n’est pas à l’aise.

    Dakar7 :Pourquoi vous minimisez ces opposants ?

    AKN : Parce qu’ils ont des novices, qu’ils n’ont rien proposé, qu’ils sont dans l’invective. Ce n’est pas de l’opposition.

    Abdoul Mbaye, c’est quelqu’un que je respecte. Mais je me demande si les choses qu’il dénonce aujourd’hui, est ce qu’il les aurait dénoncé s’il était encore Premier ministre. C’est ma seule question.

    Dakar7 : Vous êtes le président du Fonds de développement du service universel des télécommunications. Quelles est votre mission ?

    AKN :Sa mission, c’st de prendre le relai du service public que l’Etat du Sénégal devait assurer dans le domaine des télécommunications suite à la libération du secteur.

    Dakar7 : Quels sont vos rapports avec l’Agence de régulation des télécommunications et des postes(ARTP) ?  Etes-vous sous sa tutelle ?

    AKN : Tutelle, c’est trop dire. C’est un service qui est crée auprès de l’’ARTP, qui travaille en intelligence avec l’ARTP dans la mesure où le comité de gestion est composé de deux organes en réalité : l’Administrateur qui est assuré par le Directeur général de l’ARTP ès qualité et le Comité de direction qui est logé ici(FDSUT).

    Le comité de direction a pour mission d’examiner et de valider toutes les décisions ayant trait au service universel. C’est en fait l’organe d’orientation. Pour la mise en œuvre, c’est le Directeur général de l’ARTP qui s’en charge.

    Dakar7 : Quelle sont vos réalisations ?

    AKN : Notre ambition depuis qu’on est à la tête du FDSUT, c’est de parfaire l’écosystème dans le domaine des télécommunications et de l’internet. C’est dans ce cadre que nous avons eu à intervenir en input  dans le cahier des charges des nouvelles licences pour que obligation soit faite aux opérateurs de couvrir  l’ensemble du territoire national.

    Dakar7 : On évoque de plus en plus de l’arrivée d’un 4e opérateur de téléphonie. Est-ce que vous pensez que c’est opportun dans un pays où le marché est relativement restreint ?

    AKN : Je ne peux pas donner une réponse définitive. Cela relève du régulateur qui apprécie avec ses services. Mais ce que je peux dire, c’est qu’au Sénégal, il ne faut pas sous estimer le marché. Il y’a qu’au Sénégal où on a beaucoup plus de ménages où on a un service télécom(téléphone, télévision, radio) que de ménage où il y a de l’électricité. Bien que le périmètre des télécommunications étant circonscrit, le marché est quand même important et en expansion. Donc, l’opportunité de mettre en place un 4e opérateur ne relève pas de nous.

    Dakar7 : Récemment, la Sonatel était condamnée par l’ARTP à payer 12 milliards pour les dysfonctionnements notés dans son réseau. Au finish, elle n’a payé que 2 milliards. Le FDSUT est-il concerné par cette décision ?

    AKN : Non, nous ne sommes pas concernés. Mais ce que je peux dire par rapport à cela, c’est qu’il faut éviter de considérer la Sonatel comme le diable. Il faut savoir que rien ne se fait ex-nihilo. Tout ce qui se fait, se fait en respectant les lois et règlement. S’il y a un recours de demande de tel ou tel acteur dans un contentieux qui le lie à l’Etat, si l’Etat estime que les arguments qui sont avancés peuvent aider amoindrir la sanction, libre à lui de décider.

    Dakar7 : Mais l’écart du montant(10 milliards) est quand même grand.

    AKN : Je n’ai pas des éléments pour donner une réponse, parce que ce n’est pas dans mes prérogatives. Mais toujours est-il qu’au niveau de l’ARTP, c’est également des ressources humaines qualifiées. Et que la décision qu’ils ont prise est une décision et qu’elle est en parfaite cohérence avec le souci de ne pas léser l’Etat mais aussi de ne pas anéantir la Sonatel.

    Propos recueillis par Daouda Gbaya(Dakar7.com)

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles