More

    Ambassadeur russe assassiné à Ankara: la politique russe en Syrie mise en cause

    Les images ont fait le tour des réseaux sociaux. On y voit l’ambassadeur russe en Turquie s’effondrer, abattu de plusieurs balles dans le dos par un homme qui dit vouloir venger les morts d’Alep. Andreï Karlov a été assassiné alors qu’il inaugurait une galerie d’art à Ankara. Son assassin, un policier en civil, a ensuite été tué par les forces spéciales. Le président turc a rapidement appelé son homologue russe et les deux dirigeants ont montré un front uni face à cette attaque. Une réunion tripartite sur la Syrie, avec l’Iran, doit se tenir ce mardi à Moscou.

    Un assassinat en direct avec les images d’un homme qui tire sur l’ambassadeur alors que celui-ci prononçait un discours et qui explique qu’il s’agit de venger les morts d’Alep. Les coupables vont rendre des comptes un à un, ajoute t-il ensuite.

    Les réserves de l’opinion publique turque sur la Russie

    Très rapidement les autorités turques ont annoncé la mise en place d’une commission
    d’enquête conjointe russo-turque sur cet attentat, rapporte notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a parlé avec Vladimir Poutine hier dans la soirée et assuré que l’attaque n’aura pas de conséquences sur les relations avec Moscou.

    Mais l’attentat intervient dans un contexte de tension, avec une multiplication des manifestations anti-russes en Turquie. Une situation très paradoxale pour le pouvoir de Recep Tayyip Erdogan, partagé entre ses liens avec Moscou et sa base pour qui la politique russe en Syrie est inacceptable. Les prochains jours seront très délicats pour le pouvoir turc qui va certainement devoir multiplier les gestes de bonne volonté face à Moscou, malgré une opinion publique de plus en plus réservée sur les bons rapports entretenus avec la Russie de Vladimir Poutine.

    « Le crime qui a été commis est sans aucun doute une provocation destinée à perturber les relations entre la Turquie et la Syrie ainsi que le processus de paix en Syrie auquel contribuent activement la Russie, la Turquie et l’Iran. Il ne peut y avoir qu’une seule réponse à cela : intensifier la lutte contre le terrorisme…», a expliqué de son côté Vladimir Poutine à la télévision russe, lundi 19 décembre.

    A lire également  Syrie: cinq soldats turcs tués et neuf autres blessés dans un attentat à la voiture piégée près d'Al Bab

    A Moscou, depuis hier soir, la tonalité du côté des officiels et de la presse exprime une volonté de ne pas exacerber les tensions, rapporte notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne. Pour le ministère des Affaires étrangères, ce « crime inhumain » vise à faire échouer le règlement politique en Syrie et le processus de normalisation entre la Russie et la Turquie. Mais cette provocation ne réussira pas selon Sergueï Lavrov qui a insisté sur le fait que le président Erdogan avait présenté ses condoléances, que les enquêteurs russes sont partis pour la Turquie, et qu’il y aura une enquête conjointe, afin de comprendre qui est derrière ce crime.

    La presse n’exclut toutefois pas l’acte isolé d’une personne radicalisée hostile à la politique russe en Syrie. Mais pour les analystes, le plus important est le développement des relations entre Ankara et Moscou, qui va dépendre des réactions turques. Pour l’instant, la Turquie a une réaction très différente de celle qu’elle avait eue lorsqu’un avion russe avait été abattu par un chasseur turc il y a un an. Les deux pays avaient mis neuf mois à se réconcilier et ce processus est toujours en cours.

    A lire également  Yémen : un raid aérien à Sanaa vise un bâtiment officiel occupé par les Houthis

    La Syrie au menu d’une réunion tripartite

    Les ministres de la Défense et des Affaires étrangères turc, iranien et russe doivent se réunir ce mardi sur la Syrie. Cette réunion a été décidée quand la Russie a accepté le texte de la résolution des Nations unies sur l’envoi d’observateurs à Alep pour superviser l’évacuation des civils. Car la réunion de Moscou devait essentiellement être consacrée à cette question. La présence de l’Iran montre à quel point ce pays est essentiel dans la crise syrienne alors que jusqu’à récemment Téhéran préférait agir dans l’ombre. Avec cette rencontre, la Russie peut s’enorgueillir de réunir les principaux acteurs du conflit, dont elle a exclu, en tout cas pour l’instant, les Occidentaux et notamment les Américains.

    Pour Télécharger l’application Dakar7 Cliquer sur ce lien: https://play.google.com/store/apps/details?id=com.blappsta.dakar7comDakar7.com

    Rfi

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020  Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles