More

    Après 97 ans d’absence, les douaniers font leur grand retour au défilé du 14 Juillet. sur les Champs-Élysées

    XVM68a8e63e-4911-11e6-81d1-f31ec869f30a

    Après 97 ans d’absence, les douaniers font leur grand retour au défilé du 14 Juillet. Un symbole pour ces hommes et ces femmes, qui ont vu leurs missions et leurs moyens augmenter depuis les attentats du 13 novembre.

    «Portez armes!», ordonne Bruno, le chef de bataillon. Face à lui, près d’une cinquantaine de douaniers se met au garde-à-vous, l’arme contre la poitrine. La marche commence, sur l’air de «Sambre et Meuse» et au rythme que, désormais, chacun connaît par cœur: 110 pas par minute.

    Avec leur pantalon bleu marine à bordereau rouge, leur chemisette à col ouvert et leur képi ou tricorne, ils se mêleront aux autres corps armés avec facilité. Et pourtant, cela fait presque cent ans qu’ils n’ont pas participé au célèbre défilé du 14 Juillet.

    Cette mise en lumière s’explique par la forte présence sur le terrain des douaniers l’an dernier. Ces forces ont en effet été mobilisées dès le 13 novembre 2015 pour rétablir les contrôles aux frontières, les renforcer dans les échanges de marchandises et le trafic d’armes mais aussi participer à la collecte de renseignements liés au terrorisme et à son financement.

    «Nos agents sont des capteurs. Ils sont formés pour constater et glaner des informations», évoque Serge Puccetti, chef du bureau de l’information et de la communication. La dernière fois que cette administration civile avait participé à l’événement, c’était en 1919, juste après la fin de la Grande guerre. Les troupes avaient été saluées pour leur défense de la forteresse de Longwy (Meurthe-et-Moselle).

    La dernière fois que les douanes avaient participé au défilé du 14 Juillet, c'était en 1919, juste après la fin de la Grande guerre.

    «On a parcouru jusqu’à 14 kilomètres pendant la journée»

    C’est sur la base militaire de Satory, à Versailles que les dernières répétitions ont eu lieu, «Ce n’est plus de l’entraînement, on recherche l’excellence», affirme l’officier des douanes, chargé de l’organisation. Quarante-neuf hommes et femmes, âgés de 18 à 61 ans, représenteront les 47.000 inspecteurs français des douanes lors du défilé de la fête nationale. Dans les rangs, les profils sont variés: 19 femmes pour 30 hommes, originaires de toute la France, marins ou formateurs et même… jeunes recrues, puisque la moitié des participants fait partie de la nouvelle promotion. Le 13 novembre 2015, le chef de l’État a en effet annoncé, outre 45 millions d’euros alloués à l’équipement, la création de 1.000 nouveaux postes. Isabelle, 23 ans, en fait partie. «Je suis la plus petite, donc je ferme le rang. La dernière ligne de la dernière colonne», sourit la jeune femme, agent de constatation des douanes. Elle en est fière: sur les 237 personnes de sa promotion, elle fait partie des sélectionnés.

    A lire également  VIDEO - Russie : la drôle de campagne de Vladimir Poutine
    A lire également  CORONAVIRUS : Le Japon a développé « un médicament antigrippal efficace contre le Covid19

    La première répétition a eu lieu le 27 juin, à l’école de formation de la Rochelle. «Nous y avons fait un appel à candidatures auquel nous avons reçu plus de cent réponses», explique Bruno, le chef du bataillon. «Il a fallu faire un tri. Comme nous ne sommes pas des militaires, il n’y a pas de culture de l’ordre serré». Plusieurs exercices de situation sont effectués pour désigner les participants. «On a parfois parcouru jusqu’à quatorze kilomètres pendant la journée», sourit l’officier des douanes. Les plus dégourdis ont formé la sélection et ont suivi un entraînement chaque jour jusqu’au défilé.

    «L'alignement doit être parfait. Nous devons être au diapason des militaires, tout de même», souligne le chef de bataillon.

    Zéro bavure autorisée

    Ultime répétition. «L’alignement doit être parfait. Nous devons être au diapason des militaires, tout de même», souligne le chef de bataillon. Bras tendus, de l’épaule aux bouts des doigts, articulation avec les blocs défilant avant et après, virage pris avec l’angle adéquat. Zéro bavure autorisée. Jean-Yves, responsable d’une brigade, y veille. Le Nantais de 61 ans, doyen du défilé, est le remplaçant du chef de bataillon. Comme six autres douaniers, il participe à toutes les répétitions et défilera le jour J, avant de se rabattre sur le côté, pour les 300 derniers mètres de spectacle. «C’est frustrant, c’est sûr. Mais le principal pour moi, est de fouler les pavés des Champs-Élysées». Tout comme son père, avant lui, qui était parachutiste. «Et puis, je prends ma retraite juste après», ajoute-t-il. Aux abords des Champs-Élysées ou devant leur télévision, ses sept petits enfants regarderont le défilé, comme plus de 6 millions de téléspectateurs, l’an dernier.

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles