More

    Après avoir affaibli le Pds, démantelé l’Afp et Rewmi, et crée la suspicion à la Ld, Macky Sall met le Ps sens dessus, sens dessous

    S’il y a bien un ogre politique qui n’en donne pas l’air, c’est bien le président de l’Alliance pour la République (Apr). Macky Sall, qui a fait ses premiers pas au sein de la gauche, a acquis une forte expérience en côtoyant le monstre politique, Me Abdoulaye Wade, qui lui a dessiné, sans le vouloir un destin de Président de la République. Elu avec 65% des suffrages au second tour de l’élection présidentielle de 2012, il s’est lancé dans une vaste entreprise de démantèlement du Parti démocratique sénégalais (Pds) en usant et abusant de la traque des biens supposés mal acquis. Annoncée en grande pompe avec une longue liste de dignitaires de l’ancien régime libéral, cette reddition des comptes a connu, pour le moment, son épilogue avec l’emprisonnement de Karim Wade, fils de l’ancien Président Wade. S’agissant des autres personnalités à traquer, si d’aucuns comme Awa Ndiaye et Ousmane Ngom l’ont rejoint, les autres ont cessé de mouiller le maillot à cause de l’épée de Damoclès qui plane sur leur tête.

    Le Pds en perte de vitesse, Macky Sall a fait éclater l’Alliance des forces de progrès (Afp) en mille morceaux après que son Secrétaire général lui a fait acte d’allégeance. Déçus du soutien aveugle et sans faille de son mentor, le N 2 de l’Afp, Malick Gackou claque la porte avant de porter sur les fonts baptismaux le Grand parti avec ses anciens camarades qui lui sont restés fidèles. Conséquence, l’Afp se voit ainsi démantelé sans que Niasse s’en rende compte. S’agissant du Parti de l’indépendance et du travail (Pit), Macky Sall a réussi a créé la suspicion auprès de ses membres allant même jusqu’à demander au ministre Khoudia Mbaye de virer son Directeur de Cabinet, Moussa Sarr, ou de dégager. Accrochée aux privilèges liés à sa fonction, Khoudia Mbaye n’a pas hésité à s’exécuter. Reste le Parti socialiste (Ps), le seul parti de la coalition Benno Bokk Yaakaar (Bby) qui a un ancrage dans toutes les localités du pays. Ici, Macky n’entre pas action mais crée les conditions d’un profond malaise avec les différents responsables, principalement le Secrétaire général, Ousmane Tanor Dieng, et le Secrétaire Chargé de la Vie Politique, Khalifa Sall. Les deux hommes, qui donnent l’impression d’être en phase, ont de profondes dissensions. En atteste la sortie du second qui prend le contrepied du premier sur le référendum du 20 mars. Pis, figure de proue du Ps, le député-maire de Podor, demande à voter Non au référendum du 20 mars pour, dit-elle, des convictions profondes. Des cassures au sein du parti de Senghor qui ne profitent qu’au Président Macky Sall dont le viatique semble être : «divise and rule» (Ndlr : Diviser pour mieux régner).

    A lire également  Le Premier Président De La Cour Suprême Et Un Très Haut Gradé De L’armée Refusent de se Soumettre à la déclaration de patrimoine

    WWW.DAKAR7.COM

     

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles