More

    Après les attentats à Paris, le secteur de l’hôtellerie est inquiet

    Spectacles et manifestations sportives et culturelles annulés, musées fermés, certaines des mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence après les attentats peuvent poser problèmes aux touristes. Une situation qui inquiète notamment les professionnels de l’hôtellerie. Deux jours après les attentats à Paris, le terminal 2E à l’aéroport Charles-de-Gaulle n’est pas très encombré. Parmi les touristes arrivant de l’étranger, certains ont l’air déçu. « Les musées, les restaurants, les salles de spectacle ne tournent pas, regrette ainsi une dame. C’est pour ça qu’on vient à Paris, non ?»

    Venue de Bulgarie, une autre a l’air désemparée : « Je pense que ce sera un peu bizarre. Je venais pour une conférence et elle a été annulée. Maintenant, je me demande ce que je vais pouvoir faire. Les magasins sont fermés, les musées aussi…» Un Hispano-Américain se veut pragmatique. Les désistements après les attentats lui ont facilité le voyage, dit-il. «J’étais à Atlanta et le vol n’était pas complet. Beaucoup de gens ont le sentiment du danger et ils annulent leur vol. J’étais persuadé qu’il y aurait beaucoup de monde, mais non. Il est très facile de se rendre en France, il n’y a pas beaucoup de voyageurs », confie-t-il. Ce sentiment de danger est perceptible aussi dans les transports en commun. « Nous avons remarqué qu’il n’y a pas de postes de contrôle. N’importe qui peut se faufiler dans le bus. La tension est là, elle est remarquable. Ce matin, j’ai pris le métro, il était presque vide », rapporte ainsi Stanislas, un touriste burkinabè qui s’apprête à quitter la capitale.

    A lire également  Ag de la BAD en Corée du Sud: La bonne moisson du Sénégal

    Pour le secteur de l’hôtellerie, de la restauration et des loisirs, les attentats de vendredi sont un coup dur. Outre les fermetures liées aux recommandations de prudence des autorités, les professionnels s’inquiètent de la baisse de fréquentation, se préoccupent de sécurité et envisagent avec inquiétude la période des fêtes de fin d’année. « L’idée d’avoir du personnel supplémentaire de sécurité ne changera rien à la situation. Par contre, éviter les mouvements de foule à la sortie des établissements, c’est extrêmement important, admet Rebecca Le Chuinton, déléguée générale de la Chambre syndicale des cabarets artistiques et discothèques. Les fêtes de fin d’année, c’est demain. Donc ça se prépare des mois à l’avance. » « Effectivement, il va y avoir quelques problèmes. Ca, tout le monde le sait », prédit-elle déjà.

    A lire également  Bignona : La douane fait une importante saisie et dévoile le record de 2019.

    Didier Chenet, président du syndicat national des hôteliers restaurateurs cafetiers et traiteurs, prévoit des difficultés financières pour certaines entreprises. « Face aux difficultés que nous allons rencontrer, nous allons voir comment, avec les pouvoirs publics, nous pourrons mettre en place un plan de sauvegarde d’un certain nombre de nos entreprises, parce qu’il est évident que certaines vont être confrontées à des difficultés, dans la mesure où le mois de décembre est un mois extrêmement important. Cela représente pour certaines entreprises près de 20 % de leur chiffre d’affaires. Il est donc extrêmement important de faire en sorte que la situation économique ne soit pas fragilisée», explique-t-il. Mais pour l’instant, nous sommes dans le brouillard, avouent les responsables d’un secteur qui emploie près de 200 000 personnes à Paris.

    Rfi.fr

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles