Après Pyongyang, Trump recourt à sa dangereuse stratégie d’intimidation avec Téhéran

President Donald Trump talks with reporters during a meeting with Irish Prime Minister Leo Varadkar in the Oval Office of the White House, Thursday, March 15, 2018, in Washington. (AP Photo/Evan Vucci)

Donald Trump joue la carte de la pression maximale pour gagner son bras de fer avec l’Iran et forcer Téhéran à revenir à la table des négociations. Une stratégie non sans risque qui menace d’embraser le Moyen-Orient.

Souffler le chaud et le froid, se dire prêt à négocier avec les Iraniens tout en multipliant les déclarations incendiaires contre le régime : le président des États-Unis a opté, face à Téhéran, pour une stratégie diplomatique agressive. Donald Trump espère ainsi faire plier le régime. Mais l’escalade des tensions et la multiplication des incidents dans le Golfe font craindre un embrasement au Moyen-Orient.

En dépit des affirmations répétées des États-Unis et de la République islamique selon lesquelles ils ne cherchent pas la guerre, l’inquiétude est montée d’un cran après que Donald Trump a confirmé, vendredi, avoir annulé à la dernière minute des frappes en représailles contre Téhéran qui avait abattu la veille un drone américain.

Commentaires

commentaires