More

    Arsène Wenger, l’humaniste

    WengerÉduquer, entraîner, convaincre, vaincre. Voyage dans les méandres de l’âme du manager d’Arsenal. Ce jour-là, Arsène Wenger, qui fait la Une du nouveau Sport & Style, a envie d’entrouvrir pour nous la porte de son boudoir à angoisses et bonheurs. Trêve internationale. Quelques jours d’évasion pour Arsène Wenger. Loin de London Colney, le camp d’entraînement d’Arsenal. Arsène en liberté. Quelque part entre Nice et Cannes. Quiétude. Un déjeuner entre amis à la Petite Maison, son repaire niçois. Un soupçon de football aussi. France-Arménie à l’Allianz Riviera. Arsène Wenger donne rendez-vous à l’hôtel Belles Rives, l’ancienne Villa Saint-Louis de Scott Fitzgerald. Écrivain et dandy. 10 heures du matin. Arsène est ponctuel. Shooting photo. Le ciel est clément. Une chambre, la 70, sert de dressing room. Wenger s’amuse à suivre les conseils de Cindy Sanchez, notre styliste.

    Arsène Wenger joue au mannequin. Long manteau de flanelle gris, jean étroit, ourlet, revers, un cartable de cuir et le voilà revenu en enfance. « Ça me rappelle quand j’allais à l’école à Duttlenheim » sourit-il. Plus de deux heures de shooting. Et de bonne grâce. Des photos souvenirs avec les employés de l’hôtel et, pour finir, un long moment d’intimité. De confidence. De confiance. Si près, si loin du foot. Sans jamais regarder sa montre – une Portofino. Parce qu’Arsène, ce matin-là, avait décidé de donner du temps au temps.

    Arsène, si je vous dit 6945 et ce en date du 9 octobre, ça vous évoque quoi?

    Rien.

    Ça fait 6945 jours que vous êtes l’entraîneur d’Arsenal. Soit autant que le cumul des jours de présence des dix-neuf autres managers de Premier League.

    Ah bon ? Et ça fait combien de secondes, vous qui êtes bon en maths (il rit) ?

    Facile: 6945 x 24 x 3600!

    Pour moi, ça ne représente rien d’autre que le fait de pratiquer un métier exclusivement tourné vers l’avant. Vers le jour prochain. Je vis toujours dans le futur. Il est planifié. Serré. J’ai une relation au temps assez angoissante d’ailleurs. Je suis toujours en train de me battre avec. De ce fait, j’ignore totalement ce qui appartient au passé.

    A lire également  Amical : Ronaldo renverse l’Egypte et Salah

    En quoi la minute qui arrive est-elle source d’angoisse?

    J’ai toujours peur d’être en retard. De ne pas être prêt. De ne pas pouvoir accomplir tout ce que j’ai planifié. Ma relation au temps est angoissante à tous les titres. Remonter le temps, se pencher en arrière est tout aussi vertigineux. Tout d’abord ça fait peur, parce qu’il n’y en a pas autant à venir que de vécu… La seule manière de lutter contre le temps c’est de ne pas trop regarder derrière soi. Si l’on s’y complait, c’est angoissant et parfois culpabilisant.

    Vous utilisez le mot angoissant aussi bien pour évoquer demain qu’hier…

    Le seul moment de bonheur possible, c’est le présent. Le passé donne des regrets. Et le futur des incertitudes. L’homme a très vite compris cela et a créé la religion. Elle lui pardonne ce qu’il a accompli de mal dans le passé et lui dit pour le futur de ne pas s’inquiéter, puisqu’il ira au Paradis. Ça veut dire profite bien du présent. L’homme s’est très tôt « auto-psychanalysé » via la foi.

    A lire également  MONDIAL 2018 : LES POPULATIONS DE SÉDHIOU INVITÉES À SOUTENIR L’ÉQUIPE NATIONALE

    Votre lucidité sur la relation de l’homme à la religion est très éloignée de votre regard adolescent sur la question. À l’époque, vous lisiez le missel pour aider votre équipe à gagner…

    Malheureusement, aujourd’hui, ça marche moins ! En même temps, heureusement, ça veut dire que mon équipe n’a pas forcément besoin de Dieu pour gagner.

    Dans votre relation au présent, au match, le manager se sent-il investi d’un pouvoir presque mystique? Vous êtes le créateur de votre équipe, de son style de jeu, de sa stratégie.

    Religieusement, on dit que Dieu a créé l’homme. Moi, je ne suis qu’un accompagnateur. Je permets aux autres d’exprimer ce qu’ils ont en eux. Je n’ai rien créé. Je suis un facilitateur de ce qu’il y a de beau en l’homme. Je me définis comme un optimiste. Mon combat perpétuel dans ce métier, c’est de sortir ce qu’il y a de beau en l’homme. On peut à ce niveau-là me dépeindre comme un naïf. En même temps, ça me permet d’y croire et ça me donne souvent raison.

    Lequipe.fr

    Articles récents

    LES NOMINATIONS DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    Monsieur Pierre FAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n° 624.511/C, précédemment Ministre-Conseiller, Conseiller technique au Cabinet du Ministre des Affaires...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020 Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL,...

    FORMES SÉVÈRES DU CORONAVIRUS : UN NOUVEAU MÉDICAMENT À L’ÉTUDE AU SÉNÉGAL

    Aucun remède n’a, jusque-là, été trouvé contre le virus de la Covid-19. Pour autant, les scientifiques du monde entier se tuent à...

    Urgent-Touba : Serigne Mountakha donne le Ndiguel pour la célébration du Grand magal…

    La décision a été confirmée par le Khalife général des Mourides, Serigne Mountakha Mbacké. Regardez...

    Limogeage de Me Moussa Diop: 3e mandat, l’arbre qui cache la forêt

    Me Moussa Diop a été limogé ce mercredi 02 septembre 2020 de la direction générale de Dakar Dem Dikk (DDD). Un limogeage...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles