ATTRIBUTION DU MARCHE DES VEHICULES DU MINISTERE DE L’EDUCATION A CFAO: Une préférence étrangère qui coûte 550 millions au trésor public!

Au moment où les autorités étatiques rechignent à appliquer les points des accords à incidences financières avec les deux « Grand cadre » des syndicats d’enseignants coachés par Mamadou Lamine Dianté et Abdou Faty, sous prétexte que les ressources financières du Sénégal doivent être bien rationnalisées, il est aujourd’hui paradoxale de voir, le Ministère de l’Education Nationale passer un marché qui fait perdre des centaines de millions au trésor public. Ce département ministériel se permet de payer de nouvelles voitures plus chères, plus coûteuses et plus polluantes au détriment de l’offre d’une entreprise nationale qui aurait pu être une belle occasion pour le trésor public d’économiser quelques 550 millions environs.

 C’est la lecture qu’il convient de faire quant au choix, encore porté, par certaines administrations, pour reprendre l’expression bizarre du Chef de la Division Régionale des Transports Terrestres de Dakar, sur la préférence étrangère au détriment des sociétés Sénégalaise. Pour l’acquisition des véhicules destinés au Ministère de l’Education National, le DAGE (Directeur de l’administration générale et de l’équipement), vient de signer la forfaiture qui pourrait faire perdre à des centaines de Sénégalais leur emploi. C’est l’alerte lancée par le top management de CCBM Groupe, face à la presse.

Perte de 550 millions pour le Sénégal

 Sans aucune surprise, c’est par un courrier que le DAGE du Ministère de Education, en date du 7 septembre 2015 que la notification de l’attribution provisoire des trois lots soit 92 véhicules pour un montant total d’un milliard huit cent cinquante neuf mille huit trente trois 1 859 833 000 F CFA à CFAO, multinationale française, a été faite hier. Après avoir donc mis à l’écart CCBM, la voie de la forfaiture était dégagée.

 Lors de leur point de presse, les cadres de CCBM avaient dénoncé cette tentative de certains agents de l’Administration en complicité avec des groupes tapis dans l’ombre, de les écarter de ce marché. Aujourd’hui les faits semblent leur donner raison. En effet, d’après le rapport de dépouillement, si l’offre de TATA ou de CCBM était retenue, cette commande de l’Etat aurait pu faire économiser au trésor public 550 173 000 F CFA avec des véhicules de faible consommation et qui préservent mieux l’environnement.

La sonde a été lancée depuis Samedi 

 Suite aux articles parus dans la presse du samedi 5 septembre 2015, accusant CCBM et TATA d’avoir falsifié des documents, les craintes de ces deux concessionnaires de voir le marché du Ministère de l’Education Nationale servi comme sur un plateau d’argent à cette multinationale étrangère présente au Sénégal depuis l’époque coloniale, semblent se justifier.

Pour rappel, CCBM avait déclaré dans son point de presse qu’il était le seul concessionnaire à disposer d’une usine d’assemblage de véhicule qui lui permet d’adapter les types de montage selon les besoins du marché. Si de telles pratiques ne cessent pas, l’usine risque de fermer avec comme conséquence la perte de plusieurs emplois.

Dans cette affaire on a semblé préparer l’opinion à une forfaiture en divulguant de fausses informations. Mais CCBM compte bien déposer un recours gracieux pour réclamer ce qui lui revient de droit. Le combat contre la tortuosité imposant la préférence nationale va continuer, selon les cadres du Groupe CCBM qui interpellent l’opinion publique.

Commentaires

commentaires