More

    Baciro Djá, Premier ministre de la Guinée-Bissau : « Je m’engage à m’impliquer dans la résolution de la crise en Casamance »

    e984ec4b85b1a2b8705e8db172223736a48c987cVice-Président du Parti africain pour l’Indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), Baciro Djá a été nommé Premier ministre de la Guinée-Bissau le 26 mai 2016. Né le 1er janvier 1973 à Ziguinchor, ancien ministre de la Défense de Carlos Gomes Junior, il a successivement occupé les postes de ministre de la Présidence du Conseil des ministres et ministre des Affaires parlementaires, porte-parole du gouvernement de Domingos Simoes Pereira.

    Un leader politique qu’il a d’ailleurs remplacé à la tête de la Primature le 20 août 2015. Mais cette nomination avait été dénoncée par le PAIGC qui avait dénoncé un « coup d’État constitutionnel » avant de saisir la Cour suprême. Investi le 7 septembre 2015 par l’Assemblée nationale populaire, il a été obligé de démissionner 2 jours plus tard, à la suite de l’invalidation par la Cour suprême de sa nomination. Quelques jours plus tard, il a été exclu du PAIGC avec 15 députés du même parti qui avaient pris fait et cause pour lui.

    Une décision invalidée ensuite par la Cour suprême. Soutenu par ces 15 députés-rebelles du PAIGC et les parlementaires du Parti de la rénovation sociale (PRS) et du PND (Parti de la nouvelle démocratie), il obtient une nouvelle majorité à l’Assemblée nationale, obligeant le Président de la République José Mário Vaz, à le nommer à nouveau Premier ministre.

    Depuis le 3 juin 2016, il a formé son gouvernement dans un contexte politico-économique difficile. Dans cette interview accordée à Seneweb, Rfi et Tfm au siège du gouvernement à Bissau, il se dit optimiste quant à l’avenir de son pays. Entretien…

    Vous venez de prendre la tête du gouvernement de la Guinée Bissau dans un contexte politico-économique difficile. Pensez-vous pouvoir redresser le pays ?

    Je suis optimiste pour l’avenir de la Guinée-Bissau. Notre priorité est de trouver les moyens de stabiliser le pays à travers le dialogue. Nous voulons rassembler tous les Bissau-Guinéens. Nous sommes surtout optimistes parce que nous avons l’appui de plusieurs partis politiques de l’opposition. Nous devons remercier le PRS (le Parti de la rénovation sociale, 2e force politique de la Guinée Bissau après le PAIGC : NDLR), le PND (Parti de la nouvelle démocratie : NDLR) ainsi que les 15 députés du PAIGC (Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert, le principal parti politique de la Guinée-Bissau : NDLR) qui ont fait qu’il y a une nouvelle configuration au Parlement et par conséquent une nouvelle majorité. Nous pensons avoir une base politique solide pour faire passer notre programme au Parlement.

    On pense qu’avec un consensus autour de l’essentiel et un dialogue constant, nous pouvons installer les bases d’un développement de la Guinée-Bissau.

    Qu’attendez-vous du Sénégal ?

    Le Sénégal est un pays frère. Nous sommes liés au Sénégal par le sang. Nous sommes un même peuple. Nos frontières sont artificielles. Nous avons besoin du Sénégal, un pays qui a beaucoup d’expérience. Nous pensons que nous devons rehausser notre coopération qui est déjà sur le bon chemin.

    Le Sénégal est un pays très important et très puissant au niveau de la Cedeao et de l’Uemoa. On compte sur le Sénégal pour qu’il nous fasse profiter de son expérience. Nous sommes une même famille. Le Sénégal et nous avons le devoir de maintenir nos relations historiques.

    Le sud du Sénégal est miné par une crise depuis 30 ans. La Guinée-Bissau étant un pays frontalier à cette partie sud, est-ce que vous allez vous engager pour la résolution définitive de cette crise ?

    Je disais tantôt que les frontières entre le Sénégal et la Guinée-Bissau sont artificielles. Nous avons la même famille installée de part et d’autre des frontières des deux pays. Moi même, Premier ministre de la Guinée-Bissau, je suis né à Ziguinchor. Donc en tant que Sénégalo-Bissau Guinéen, mon devoir est de m’engager pour favoriser les conditions de la résolution de ce conflit qui n’a que trop duré. C’est dans l’intérêt du Sénégal, comme de la Guinée-Bissau. Nous allons nous battre pour cela. La paix en Casamance m’intéresse non seulement en tant que chef du gouvernement de la Guinée-Bissau, mais aussi en tant que natif de la Casamance.

    A lire également  Affaire de divorce: l'Ambassadeur de la Palestine au Sénégal condamné
    A lire également  Affaire de divorce: l'Ambassadeur de la Palestine au Sénégal condamné

    Vous avez tenu votre premier conseil des ministres ce jeudi. Quelles sont les principales décisions qui ont été prises ?

    Nous avons pris des décisions très importantes. Nous avons décidé de faire un audit biométrique pour recenser tous les fonctionnaires de l’État. C’est une décision qui avait été prise par le conseil de la transition. Le Conseil des ministres a encouragé cette décision et le gouvernement va procéder à ce recensement. Nous allons créer une commission et cet audit va nous permettre d’avoir une maitrise du salaire des fonctionnaires et cela va améliorer les finances du pays.

    La décision a également été prise de procéder à des changements au niveau de l’armée. Comment cela s’explique-t-il ?

    C’est un processus normal. Les militaires ont leur conseil. Ils ont pris leur décision au niveau du Conseil militaire, car le ministre de la Défense de mon gouvernement, qui se trouve être l’ancien Président du tribunal militaire supérieur, devait être remplacé. C’est dans ce sens que nous avons nommé un général, un jeune cadre des forces armées bissau-guinéennes, pour le remplacer.

    La Guinée-Bissau est un peu isolée sur le plan diplomatique. Qu’est-ce que vous comptez faire pour que votre pays revienne dans le concert des nations.

    C’est l’un de nos objectifs. Nous voulons promouvoir la bonne gouvernance et la coopération internationale et sous-régionale. On va beaucoup investir dans la diplomatie économique et politique. Il y a de mauvaises informations distillées sur la Guinée-Bissau. Notre devoir est de montrer une image positive de la Guinée-Bissau, un grand pays, un pays de paix et de stabilité, qui compte des gens bien et très hospitaliers. Les étrangers sont très bien accueillis ici. La meilleure richesse de la Guinée-Bissau, c’est la tolérance. Il est l’un des pays les plus petits du monde avec beaucoup d’ethnies. Nous allons toujours promouvoir et défendre la tolérance multiculturelle, multiethnique et surtout multireligieuse. La communauté internationale doit savoir que nous avons juste un problème politique qui n’est pas très grave, car il n’existe pas un pays au monde qui n’a pas de problème politique. Malheureusement, la Guinée-Bissau souffre d’un manque de communication. Nous croyons en notre pays et nous allons tout faire pour montrer un meilleur visage de la Guinée-Bissau, une image positive qui reflète la réalité.

    Le FMI a suspendu son aide budgétaire à la Guinée-Bissau. Qu’est-ce que vous comptez faire pour régler ce problème ?

    Le FMI nous a mis dans une situation d’alerte pour dire que nous devons résoudre certaines situations. Ils vont faire une visite d’évaluation au mois de septembre. Nos discussions ont tourné autour des contrats signés par l’État avec certaines banques privées du pays. Des contrats sont, en réalité, sont fictifs puisqu’il manque une garantie juridique. Nous pensons que dans les prochains jours, nous allons régler à l’amiable le problème avec les banques concernées.

     

    Auteur: Daouda Mine-Guinée Bissau – Seneweb.com

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles