BFEM 2017 :  Les fuites au Bac installent la psychose

Les examens du BFEM ont débuté aujourd’hui dans un contexte marqué par les fuites répétées au Bac de 2017. Même si aucune fuite n’a encore été signalée, la vigilance reste de mise chez les autorités scolaires. A cet effet, Dakar7 s’est rendu au Collège Sacré cœur pour constater dans quel état d’esprit les candidats ont entamé les épreuves. Reportage.

Il est 12 heures au Collège privé Sacré-cœur. C’est la fin des épreuves de Français pour les centaines de candidats au BFEM 2017 qui y sont orientés. L’ambiance semble paisible. Le vigile contrôle les entrées et sorties. Au niveau de la surveillance de l’établissement, un agent de la police veille sur la sécurité aux alentours des salles. Des élèves regroupés en petit groupe essayent de corriger l’épreuve de français. A l’entrée du Collège, Babacar Top, un candidat, habillé en chemise blanche et caquette noir sur la tête, est en compagnie de ses amis. Il juge les épreuves abordables. Interrogé sur une probable fuite sur les épreuves, le potache n’y pense même. «Il n y a aucune possibilité de fuite, ici.  La surveillance bonne et rigoureuse. La manière dont les examens se déroulent n’offre aucune possibilité de perturbation», explique Babacar. Dans la cour de l’école, certains élèves vaquent à leurs occupations à l’image de Moustapha Barro concentré sur son smartphone. Vêtu d’un T-shirt noir et d’un short, ce candidat au BFEM juge les épreuves plus ou moins difficiles. Toutefois, il indique que la surveillance a été rigoureuse avec deux surveillants par salle. Au bâtiment situé à gauche se trouve une fille du nom de Sokhna Diarra Barry. Elle est vêtue d’un « body »  et d’un pantalon bleu. Elle prétend attendre une amie. Malgré son visage pale, elle juge les épreuves abordables et la surveillance un peu stricte. Du côté de l’administration, c’est plutôt l’omerta. Le sujet sur les fuites semble tabou. Un surveillant, en chemise marron, croisé dans la cour refuse de se prononcer sur une quelconque question.

Tenace,  Dakar7 s’est rendu au bureau de la présidente du jury A où se sont réunis des membres de l’administration. Là aussi, c’est la même réticence. Car, aucun d’entre eux n’a voulu s’exprimer sur les mesures prises pour un bon déroulement des examens. Cette attitude de l’administration en dit long sur la psychose créée par les fuites au Bac de cette année et ses dommages collatéraux.

Biram Diouf(stagiaire) http://Dakar7.com

 

 

Comments are closed.