BFM TV se sépare de son consultant Romain Caillet « djihadisme », un repenti fiché « S »

romain cailletLe communiqué est tombé vendredi matin : BFM TV annonce qu’elle « ne fera plus intervenir Romain Caillet comme consultant de la chaîne ». « À l’occasion de ses discussions avec BFM TV, Romain Caillet n’a pas jugé utile de préciser à la chaîne un certain nombre d’éléments importants de son passé, liés directement aux questions qu’il devait évoquer à l’antenne. BFM TV le regrette. Dans ces conditions, Romain Caillet ne peut pas poursuivre son travail de consultant extérieur sur BFM TV », explique la chaîne. Le spécialiste français des questions relatives au djihad et aux mouvances islamistes Romain Caillet est fiché « S » depuis plusieurs années par les services antiterroristes français, avait révélé le site de L’Obs. Devenu incontournable dans les médias ou sur les réseaux sociaux avec plus de 33 500 abonnés sur Twitter depuis les terribles événements du 13 novembre à Paris, Romain Caillet est prisé pour son expertise sur les questions à l’islam radical. Ses analyses concernant les vidéos de propagande du groupe État islamique sont très suivies et celles sur l’internationalisation du terrorisme trouvent un véritable écho dans les médias et sur le Web. Recruté en mars dernier par BFM TV, rien ne le destinait au départ à une carrière médiatique, un parcours scolaire mouvementé en BEP vente, Romain Caillet parvient à mener des études supérieures à l’université en obtenant, en 2005, un DEA en histoire médiévale, équivalent d’un master 2 actuel. L’universitaire va ensuite se passionner pour l’étude du djihad une fois son diplôme en poche en voyageant tour à tour en Egypte, en Jordanie puis au Liban. Il en sera expulsé en mars 2015. C’est à partir de ce tournant des années 2000 que les autorités vont commencer à s’intéresser à son profil.

Des liens avec Fabien Clain

Romain Caillet, qui vit à l’époque en Égypte, tient des propos plutôt bienveillants sur le djihad et suit des cours au sein du sulfureux institut Qortoba situé au Caire. L’école, soupçonnée d’abriter un foyer de recrutement, est fermée à la demande des services de renseignements occidentaux, comme le rappelle L’Obs. Le jeune homme y fréquentait les frères Clain, dont l’aîné, Fabien, réputé être aujourd’hui un cadre important de Daech, a revendiqué les attentats de novembre dernier pour le compte de l’organisation terroriste. Interrogé sur ce passé en 2008 par la sous-direction antiterroriste, Romain Caillet ne nie pas ces liens, mais se défend d’avoir partagé la doctrine des futurs terroristes présumés, en affirmant : « Je ne suis pas d’accord avec les Clain. Depuis mars 2007, je ne suis plus pour le djihad parce que je m’oppose au fait d’entraîner des jeunes pour se sacrifier à mourir sans avoir acquis au préalable les bases de l’islam », rapporte L’Obs. Peu enclin à soutenir les dirigeants d’Al-Qaïda, il lâche aux enquêteurs : « Ce sont des ignorants. » Visiblement totalement repenti, il a affirmé regretter son passif propagandiste : « J’espère ne pas avoir été la cause d’enrôlement de jeunes au djihad. J’ai essayé de réparer mes erreurs en postant (sur Internet, NDLR) des repentirs publics. Quand j’étais djihadiste, je dormais mal la nuit en pensant aux attentats. » Mais, malgré ce mea culpa, le consultant de BFM TV a toujours une fiche « S » active.  Il a récemment été rattrapé par ses attaches passées lors de l’affaire Sid Ahmed Ghlam, cet étudiant algérien qui est soupçonné d’avoir préparé un attentat contre une église de Villejuif et d’avoir tué Aurélie Châtelain. Romain Caillet aurait eu une connaissance en commun avec le terroriste présumé. Mais, sur cette affaire, la justice ne retiendra aucune charge contre le chercheur et consultant.

LEPOINT.FR

 

Commentaires

commentaires