More

    Bocar Samba Dieye, opérateur économique: « Comment la CBAO a fait pour me laisser sortir de la banque plus de 11 milliards si… »

    L’homme d’affaires Bocar Samba Dièye réagi à la décision CBAO qui lui réclame la somme de 7 milliards de nos francs sous peine de vendre ses 3 villas.
    Face à la presse, ce jeudi, l’importateur de riz est revenu sur le différent qui l’oppose à la banque marocaine. « La banque m’a prêté pour la première fois, 3 millions de nos francs en 1975. Quelques années plus tard, ils m’ont encore prêté 10 millions. Ils sont revenus encore me donner 30 millions. Quand je leur ai dit que j’avais besoin de 100 millions, ils m’ont demandé les papiers de ma maison. On a tenu une réunion à la Croix du Sud, ils m’ont demandé combien d’actions je voulais pour qu’ils me les offrent dans la banque. Mais en ce moment-là, je voulais pas de banque. « , raconte l’opérateur économique.

    « La CBAO me doit de l’argent »

    Selon Bocar Samba Dieye, ses déboires avec la CBAO ont débuté en 2008 lorsqu’il a acheté des actions dans cette banque. « Ils ne pouvaient pas aller en Justice parce qu’il savaient qu’ils me devaient de l’argent. Quand ils se sont rapprochés du Gouvernement, ils ont commencé à dire que c’est moi qui leur devais de l’argent. J’ai pris mes documents que j’ai remis à des experts. Après étude, ils m’ont affirmé que la banque me réclamait 5,6 milliards que je ne lui devais pas. », déclare l’homme d’affaires.  Qui poursuit: « Quand je suis venu avec mon rapport pour dire que la banque me devait 3,9 milliards, ils ont dit que c’est moi qui avais confectionné mon propre rapport que c’était pas valable. Je suis alors allé au tribunal et là, le juge a commis un expert neutre pour étudier le cas. Ils n’étaient pas d’accord pour qu’il y ait un expert, mais il le fallait pour que ça soit clair.  »
    Selon lui, la CBEAO ne lui a prêté aucun franc depuis 2009. « Pourtant, j’ai pris plus de 11 milliards dans le compte que j’ai remis à la BICIS. Comment ils ont fait pour me laisser sortir de la banque plus de 11 milliards si je leur devais de l’argent. Pourquoi ils n’ont pas bloqué mon compte? Il faut que ça soit clair, j’ai tous les bordereaux de versement avec moi…. Il faut que cela soit clair, c’est eux qui me doivent de l’argent pas le contraire! », révèle Bocar Samba Dieye.

    A lire également  Covid-19 au Sénégal : 14 nouveaux cas positifs

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles