Bois De vène:Malédiction casamançaise(Enquête)


La chute du régime de l’ex président gambien Yaya Jammeh, longtemps accusé d’être impliqué dans le trafic de rose, n’a pas arrêté la coupe illégale. Le bois de vène, également appelé bois de rose, est trop lucratif pour arrêter les ardeurs des coupeurs, des propriétaires des scieries et des exportateurs.
Le bois de vène est précieux, il est utilisé pour le mobilier de luxe, mais aussi dans l’industrie de la parfumerie et de l’aromathérapie. Selon GreenPeace, Interpol estime que les importations et les exportations de bois représentent un marché de 46 à 137 milliards d’euros au détriment de 15 à 30% des ressources extraites illégalement dans le monde.
Bois rose : une affaire de gros sous au détriment des casamançais
L’ancien chef d’Etat gambien, Yahya Jammeh, par le biais de Westwood Gambia Limited, a été pointé du doigt dans plusieurs rapports. Jammeh et l’homme d’affaires suisse Nicolae Bogdan Buzaianu étaient propriétaires de cette entreprise. Une enquête gambienne sur les finances de l’ancien dirigeant et de ses associés a révélé que Westwood a exporté 15’106 conteneurs de 2014 à 2017, gagnant illégalement 45 millions de dollars. Un rapport de Trial International va plus loin, sur la même période, le trafic de bois de vène serait à l’origine d’un gain de 163 millions de dollars entre 2014 et 2017 pour la Gambie. Cela représente 21 fois le budget 2022 du Sénégal destiné notamment à résorber le déficit de 1528 salles de classe.


Le trafic a évolué, se développant avec la complicité des autorités gambiennes qui laissent faire. En son cœur, on trouve une bande déterminée de contrebandiers, un gouvernement prêt à fermer les yeux et des fonctionnaires qui légitiment les pots-de-vin. La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) n’a pas engagé une volonté forte contre ce commerce illégal.
Un haut gradé de l’armée sénégalaise nous confie : “Vous entendez dans la nuit une tronçonneuse, vous savez que quelque part, quelqu’un coupe quelque chose”. Pour les autorités sénégalaises, le déboisement est une affaire sérieuse. “Nous avons immobilisé des camions de bois, 77 lors des cinq derniers mois, ça veut dire que c’est leur [celle des rebelles du MFDC] économie de guerre. Vous n’êtes pas sans savoir qu’il y a même des parties prenantes dans le trafic qui ne sont pas forcément des rebelles”.
Les coupeurs de bois aujourd’hui sont souvent gambiens, guinéens et sénégalais. Ils déboisent pour nourrir leurs familles. L’un d’eux reconnaît que son travail est du vol. Et accuse l’Etat, “parce qu’il interdit la coupe du bois aux menuisiers-artisans ; alors certains le coupent pour l’amener ailleurs, personne ne peut le leur interdire. Nous vendons le tronc entre 15 et 20’000 francs CFA (25 dollars). Du côté de la Gambie, le tronc est vendu à environ 200’000 francs CFA (335 dollars).”
« Avec le bruit des tronçonneuses, les méthodes de coupe évoluent. Les coupeurs utilisent désormais des grandes scies maniées par deux personnes. Avant, ils découpaient les troncs sur place; mais actuellement, ils sortent les troncs entiers et les amoncellent de l’autre côté de la frontière [en Gambie], dans leurs ateliers. C’est là-bas qu’ils font la découpe avant de les vendre » explique Ibrahima Ba de l’association des volontaires pour la protection de l’environnement (AVPE).
Dans la région de Sédhiou, chefs de villages et militants écologistes pointent la responsabilité gambienne: “Ce sont [eux] qui leur ont donné cette autorisation parce que tout le bois qu’ils utilisent vient du Sénégal et je n’ai jamais encore vu les autorités gambiennes ramener le bois pris dans nos forêts”. L’autre responsabilité est celle sénégalaise, expliquent les autorités coutumières et locales de Sédhiou notamment le chef du village de Médina France, Mamadou Diop : “L’Etat est au courant de la situation, les agents des eaux et forêts sont aussi au courant. C’est tout ce que je peux faire, voilà mes limites : dire aux autorités mes préoccupations, c’est tout ce que je peux faire”.
C’est pourtant le Sénégal qui a obtenu en 2016 avec le soutien d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, l’inscription du bois de vène dans l’annexe III de la liste couverte par la CITES. Cette avancée a permis au Sénégal d’exiger la preuve de l’origine légale des chargements vers la Chine et d’autres pays consommateurs du bois pillé. Les ports de la Gambie sont utilisés comme passerelle pour expédier du bois coupé illégalement.
Entre janvier et février 2022, notre enquête a permis la découverte, en Gambie, de huit entrepôts de bois fraîchement coupé dans la forêt. Ces emplacements se trouvent derrière de hautes clôtures, des portes fermées et des gardes surveillent afin de prévenir toute activité suspecte. Après le 24 janvier, après que les rebelles ont affronté les soldats sénégalais à la frontière, deux entrepôts dans la zone industrielle de Kanifing, où se trouve un site de transformation de bois appartenant à la compagnie Cosmos Industrial Limited, ont commencé à déplacer le bois qui y était stocké.
Muhammed Jaiteh, directeur du département gambien des forêts, a affirmé ne pas connaître ces lieux. Pourtant, les enquêtes menées par le pays en 2019 sur le commerce illégal du bois – dont le rapport est sur son bureau – ont cartographié tous ces endroits. “L’équipe a visité la zone industrielle de Kanifing où sont établies plusieurs scieries de bois”, a déclaré le groupe de travail dans son rapport. “Le récent incident entre les soldats sénégalais et les rebelles a provoqué une panique dans le commerce. Ils se déplacent tous pour cacher leurs bois”, relève une source gambienne haut placée, faisant référence à l’attaque suivie d’une prise d’otage de militaires sénégalais, le 24 janvier dernier, en territoire gambien.
La coupe du bois : une mort programmée de la Casamance

Dans la région de Sédhiou, le village de Médina France, frontalier à la Gambie est frappé de plein fouet par le trafic du bois de vène. La déforestation est une réalité et la raréfaction du bois de rose pousse les coupeurs à s’attaquer à d’autres espèces. Par ailleurs, les feux de forêt sont une menace supplémentaire. « C’est comme cela que les gambiens règlent leur problème, ils mettent le feu dans la forêt pour se frayer un passage pour entrer facilement dans la forêt » explique Ibrahima Ba, membre d’une brigade de lutte contre le trafic de bois à Médina France.
« Je peux déjà vous dire que maintenant les gens en ont ras-le-bol parce qu’il y a eu plusieurs départ de feu, on l’a dit et redit, on s’est battu tout seul au point que certains commencent à se décourager. Nous avons vu nos pères et nos grands-pères se battre pour préserver la forêt. Maintenant, ceux qui entrent dans la forêt pour couper les arbres sont actuellement armés. Certains membres de notre brigade ont même été blessés ».
Les conséquences du trafic de bois ne s’arrêtent pas là. Les jeunes, les chefs de village et autres autorités coutumières des villages de la région de Sédhiou, frontaliers à la Gambie, dénoncent tous la disparition progressive de certains arbres fruitiers sauvages ainsi que la baisse de la pluviométrie.
L’effet boule de neige touche également la faune. L’imam du village de Diallo Kounda, Mamadou Sédiou Diallo, explique qu’« il y a 50 ans, il y avait des lions dans la forêt, des léopards, des éléphants, des antilopes, il y avait environ 100 espèces d’animaux. Maintenant, on n’en est même pas à 10 espèces, tout à disparu. La coupe des arbres, les feux de brousse détruisent tout». En plus de perdre la végétation jadis luxuriante, les populations des villages concernés à Sédhiou voient leurs revenus diminués.
Le 4 avril 2022, à la cérémonie de prise d’armes marquant la célébration du 62e anniversaire d’indépendance du Sénégal, le président Macky Sall a rappelé sa désapprobation face à l’abattement d’arbres en Casamance.  » Mes instructions ont été très claires : nous ne pouvons plus accepter qu’un seul arbre soit abattu en Casamance pour être exporté hors de nos frontières », prévient-il. Mais sur le terrain, à Sédhiou notamment, il est rare de voir des contrôles des agents des eaux et forêts. Leurs moyens sont limités et, à certains endroits, comme dans le village de Diallo Kounda, les bureaux des agents des eaux et forêts ont été construits par l’association des volontaires pour la protection de l’environnement (AVPE). Seuls 3 agents ont été affectés dans la localité sans aucun moyen logistique pour leurs déplacements et les contrôles. La conclusion de l’imam de Diallo Kounda est claire : « le Sénégal parle d’interdiction ; mais n’agit pas en conséquence ». Si aucun moyen dissuasif n’est mis en place, la déforestation de la Casamance, due à la coupe illégale du bois de vène, va se poursuivre.


Mustapha K. Darboe, Mariama Thiam avec la collaboration de Dimitri Zufferey
Cette enquête a été réalisée avec le soutien de CiFAR

Comments are closed.