More

    Borom Diamal, un Erudit, un Maître, un Model

    Serigne Abdoulaye Cissé dit Borom Diamal, toute sa vie durant, a enseigné le saint Coran et les Sciences Islamiques. Il a débuté véritablement ses études islamiques dans le daara de Mame Mor Anta Saly Mbacké, père du vénéré Serigne Touba (1868) et a partagé avec Mame Malick Sy le même daara à Saint Louis (1872). Borom Diamal a formé plusieurs hommes exégètes en sciences islamiques dans le Cayor et dans le Saloum mais il demeure insuffisamment connu des sénégalais et à l’étranger. Pourtant, son cursus d’Enseignant et de savant en sciences islamiques, de régulateur social et de fondateur de la prestigieuse Ecole de Diamal font de cet homme de Dieu exceptionnel un model que les sénégalais et le monde entier notamment musulman gagneraient à connaitre davantage.

    Borom Diamal est né à Wanar vers 1840 de Serigne Ousmane Cissé et de Sokhna Awa Khady Dramé. Son village natal Wanar est très connu dans la région de Kaffrine. C’est un des plus anciens villages du Saloum, sis dans l’Arrondissement et la commune de Mabo, département de Birkelane. Ce village historique, connu pour ses grands érudits, joua et joue encore un éminent rôle dans la propagation de l’Islam au Saloum. La majestueuse mosquée de Wanar est une des plus anciennes mosquées du Sénégal.

    Comme tous les enfants de Wanar de son époque, Abdoulaye Cissé commença très tôt à mémoriser le saint Coran. Il se distingua dans son daara par la rapidité avec laquelle il mémorisait le saint Coran et impressionna le village et les populations de la zone. C’est pourquoi, pour terminer la mémorisation du Coran, Serigne Abdoulaye Cissé se rendit à Bambaly, un village situé à quelques encablures de Wanar.

    Borom Diamal perdit assez tôt son père Serigne Ousmane Cissé. Pour la poursuite de sa formation islamique, son ongle El Hadj Malick Dramé, en accord avec sa mère et le frère de son père, décida d’envoyer Serigne Abdoulaye Cissé continuer ses études islamiques hors de Wanar. El Hadj Malick Dramé lui proposa le daara de Serigne Boussobé à Nawel et celui de Mame Mor Anta Saly Mbacké à Mbacké Cadior. Même si El Hadji Malick Dramé et Mame Mor Anta Saly Mbacké furent des disciples de Serigne Bamba Sall de Bamba Modou, c’est pour des raisons d’insécurité au Saloum dues aux rivalités entre rois de la localité et les prédictions et conseils d’un sage Peulh rencontré sous un tamarinier à coté du village de Nawel qu’il était sur le point de rejoindre que Serigne Abdoulaye Cissé choisit le Daara de Mame Mor Anta Saly Mbacké, le père du vénéré Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, Khadimou Rassoul. C’est en 1868 que Serigne Abdoulaye Cissé quitta Wanar pour Mbacké Cadior. Le futur Borom Diamal intégra le Daara du père de Serigne Touba à Mbacké Cadior et y reçut un enseignement de qualité. Son Maître Mame Mor Anta Saly Mbacké apprécia lui aussi son élève au point qu’il lui confia son fils Cheikh Anta Mbacké Borom Gawan pour qu’il lui enseigne les premiers rudiments du Coran.

    Après 4 années de formation à Mbacké Cadior, Mame Mor Anta Saly Mbacké, satisfait, bénit son élève Abdoulaye Cissé et l’autorisa à quitter le daara pour poursuivre sa quête de connaissances islamiques. C’est ainsi que Borom Diamal quitta Mbacké Cadior accompagné de Cheikh Anta Mbacké que lui confia encore son maitre de Mbacké Cadior et de beaucoup d’autres disciples venus du Saloum parmi lesquels Tafsir Abdou Cissé de Pire pour se rendre à Saint Louis dans le seul but de parfaire sa formation en sciences islamiques.

    A Saint Louis (1872), Abdoulaye Cissé trouva dans son daara d’accueil un certain Seydi Malick Sy, le vénéré futur Maodo Malick Sy dont la descendance continue à propager et à diriger le Khalifa de la Tidjanya au Sénégal. Borom Diamal lia de solides amitiés avec Mame Malick Sy. Rapidement, Serigne Abdou Cissé comprit qu’il avait le privilège de fréquenter la plus grande école coranique de l’époque détenue par Serigne Birahim Diop. Après quelques années passées dans ce prestigieux daara, Borom Diamal, toujours assoiffé de connaissances islamiques, prit la décision de se rendre en Mauritanie, un vieux rêve, pour y affiner et renforcer ses connaissances en sciences islamiques. Souhaitant cette fois y aller seul, il confia ses disciples dont Elimane Sakho et Tafsir Abdou Cissé de pire à Mame Malick Sy son ami. Quant à Cheikh Anta Mbacké, il retourna à Mbacké Cadior au Daara de son père Mame Mor Anta Saly Mbacké.

    En Mauritanie, Borom Diamal fut très satisfait de fréquenter les daaras des plus grands érudits du pays comme Cheikh Sidya Baba. Il y séjourna plusieurs années puis retourna au Saloum voir sa mère et son frère à Ndimbéré. Après cette brève et discrète visite à sa famille, le marabout retourna encore en Mauritanie pour un autre séjour de plusieurs années mais aux termes de ce deuxième voyage, il décida cette fois ci de rentrer définitivement au Sénégal. Il transita encore par Saint Louis où pendant quelques années il s’adonna à son activité préférée, l’enseignement du Coran. C’est pendant ce second séjour à Saint Louis qu’un bienfaiteur anonyme lui fit un don en argent contenu dans un sac bien fermé.

    A son retour au Cayor, Khali Madiakhaté Khala lui confia un daara à Chérif Lô, village situé à peu kilomètres de Tivaouone. Ce fut le premier véritable daara de Borom Diamal et c’est dans ce village qu’il commença sa carrière d’enseignant du Coran et de formateur d’hommes. Ce nouveau statut de Serigne Abdou Cissé ne tarda pas à se répandre dans les villages du Saloum comme trainée de poudre. Ainsi, plusieurs enfants du Saloum dont Serigne Ahmadou Cissé dit Baye Dame le trouvèrent pour apprendre le Coran ou pour approfondir leurs connaissances islamiques. C’est à Chérif Lô que Borom Diamal ouvrit le sac offert par le bienfaiteur de Saint Louis et y trouva une forte somme d’argent. C’est avec cet argent que le vénéré Serigne Abdoulaye Cissé effectua le pèlerinage à la Mecque en 1888, par coïncidence en compagnie de Serigne Abdoulaye Niass, père de Baye Niass de Médina Baye de Kaolack, 1888 est aussi l’année de naissance du premier Khalif de Serigne Touba.

    Après Chérif Lô, Serigne Abdoulaye Cissé s’installa à Ndiéry (1992) puis à Kakoun (1896). C’est dans ce village que Serigne Abdoulaye Cissé prit son autonomie en tant que Borom Daara et fonda sa propre école coranique. C’est cette école qui a été réinstallée à Diamal en 1910 et qu’on appelle aujourd’hui encore l’Ecole de Diamal. En plus de l’enseignement des sciences islamiques, Borom Diamal se mit à l’agriculture et à l’élevage. Il défricha plusieurs hectares de terres arables à Kakoun. C’est de ce village qu’il envoyait régulièrement des cadeaux et autres à sa mère Mame Awa Khady Dramé, installée à Ndimberé avec Mapenda Cissé, son frère.

    Serigne Abdou Cissé était dans les meilleures conditions à Kakoun pour exercer le métier qu’il s’est choisi. Son daara recevait de plus en plus d’élevés venant du Saloum et d’ailleurs. Mame Malick Sy, son ami installé à Tivaouone, lui envoyait souvent des apprenants qui le sollicitaient. Borom Diamal, avec ses champs à perte de vue, n’avait aucun soucis pour nourrir sa famille et ses talibés et même aidait ses voisins et ses parents restés au Saloum.

    Un jour, Borom Diamal reçut une lettre de sa mère Mame Awa Khady Dramé. Elle lui dit dans sa missive, en termes très clairs ceci « Tes cadeaux ne m’intéressent plus et je n’en veux plus. Je veux que tu rentres au Saloum pour former tes parents Saloum Saloum. En plus, on se moque de moi à cause de tes longues absences et je veux que tu rentres au Saloum au plus vite ».

    Après la lecture de cette lettre, Borom Diamal décida de rentrer à Ndimbéré auprès de sa mère malgré la dimension exceptionnelle de son daara et ses nombreux champs à Kakoun. Il informa alors ses disciples, leur demanda de le suivre ou de rester au Cayor. C’est ainsi qu’il prit le chemin de Ndimbéré en 1900 accompagné des disciples qui voulaient et pouvaient le suivre et confia les autres à Mame Malick Sy, établi à Tivaouone depuis peu de temps. Les champs de Borom Diamal à Kakoun sont toujours à la disposition de ses descendants.

    Sur le chemin du retour au Saloum, Borom Diamal fit une escale dans un petit village de pasteurs dénommé Diamal, à 2 km de Birkelane, sur la route nationale numéro 1. Il fut reçu chaleureusement par les Peulhs de ce petit village qui lui offrirent de l’eau et du lait. Serigne Abdoulaye Cissé apprécia et aima la zone qui présentait beaucoup de potentialités à l’image de Kakoun qu’il venait de quitter définitivement. C’est peut être ce jour là que Mame Borom Diamal décida de s’installer un jour dans ce village qui lui rappelait Kakoun.

    Borom Diamal prit congé de ses hôtes et poursuivit son chemin. Il arriva à destination dans la soirée. En quittant Kakoum où tout lui souriait (daara et champs) Borom Diamal administra à ses disciples que la parole et les recommandations des parents sont à suivre, à respecter et à exécuter. Serigne Abdoulaye Cissé vécut avec les siens à Ndimbéré et c’est en 1905 que sa maman quitta ce bas monde. Mame Awa Khady Dramé repose à Ndimbéré depuis 110 ans dans un terrain vague à 500 m du village habité à plus de 90% par des Bambaras. En 2004, un bienfaiteur anonyme, aidé par les habitants du village édifia un modeste bâtiment pour protéger la tombe de Sokhna Awa Khady Dramé. Depuis quelques années, à la veille de la Ziarra annuelle de Diamal, un récital de Coran est organisé par les petits fils, les talibés de Borom Diamal et les habitants de Ndimbéré à la place où repose Sokhna Awa Khady Dramé.

    A lire également  Affaire Khalifa Sall: Ses avocats déposent une demande de liberté provisoire

    En 1910, Borom Diamal décida de quitter Ndimbéré pour s’installer avec les siens à Diamal, le village des pasteurs qui l’avaient si bien reçu lors de son retour chez sa mère. Diamal, avec ses terres vierges avait tout pour devenir Kakoum au Saloum. Ndimbéré n’offrait peut être pas à Borom Diamal le cadre, la sérénité et l’espace dont il avait besoin pour l’enseignement du Coran et des Sciences Islamiques et la pratique de l’agriculture et de l’élevage.

    Un mardi, Borom Diamal s’installa à Diamal, à 0,5 km des pasteurs Peulhs. Grands connaisseurs des hommes et de la nature, le chef du village des pasteurs donna la chefferie de Diamal à Serigne Abdoulaye Cissé qui devin ainsi Borom Diamal.

    A lire également  EN IMAGES : Accroché par une passerelle sur la VDN, un apprenti tombe et meurt sur le coup

    Chef de tout Diamal, Serigne Abdoulaye Cissé réinstalla l’école de Diamal fondée à Kakoun, avec ses disciples défricha des hectares et des hectares de terres pour s’adonner à l’agriculture et à l’élevage afin de nourrir sa famille et le village. Rapidement, Diamal obtint son autosuffisance alimentaire et des apprenants venaient de partout. Depuis cette époque tous les foyers de Diamal sont des daara et les habitants du village des agriculteurs et éleveurs qui vivent de leur métier.

    En 1925, 15 ans après Kakoum, Borom Diamal fut rappelé à Dieu et repose à Diamal depuis 90 ans, à environ 10 km de sa mère et 20 km de son père (Wanar). Sa vaillante descendance, gardienne vigilante de l’héritage du vénéré homme de Dieu, poursuit l’œuvre du Cheikh. L’Ecole de Diamal demeure une Université où viennent se former, se perfectionner des musulmans de toutes confréries des 14 régions du Sénégal et de la Gambie.

    Le Khalifa de Borom Diamal est actuellement tenu par les petits fils qui suivent les recommandations du Grand père avec une rigueur qui rassure Diamal et les autres écoles de Diamal disséminées à travers le Sénégal.

    Borom Diamal tissa des relations de confiance, de bon voisinage avec les agropasteurs originels de Diamal jusqu’à son rappel à Dieu. C’est pourquoi les habitants de Diamal Peulh sont toujours associés à tout à Diamal mais ils se croient oubliés pour l’électrification et les infrastructures routières mais c’est sûrement un problème de programmation. Les petits fils de Borom Diamal ne sauraient oublier les descendants de ceux qui avaient, en 1900, réservé un accueil particulièrement chaleureux à leur grand père vénéré.

    Après le départ de Borom Diamal et les siens de Ndimbéré, le village devint un village fantôme avec seulement 2 foyers (Cissé et Diagne). C’est en 1924 que le Khalif de Ndiassane de l’époque, Sidy Lamine Kounta, ordonna à Bakary Marigo de Korki Mbambara, à 2 km de Birkelane, côté opposé à Diamal, de venir s’installer à Ndimbéré, car y ayant aperçu une étroite qui brille. C’est ainsi que le village de Ndimbéré a été et est toujours habité par des Bambara à plus de 90%. Les habitants du village, à leur tête El Ousmane Diarra, se sont érigés en gardiens dévoués de la place de Mame Awa Khady Dramé. Ndimbéré n’est plus un village fantôme, c’est le plus gros village de la Commune de Ségré Gatta. Ce n’est pas surprenant, Mame Awa Khady Dramé repose dans ce village qui entretient les meilleures relations avec Diamal, le village du vénéré Mame Abdoulaye Cissé.

    Borom Diamal vécut 15 ans à Diamal et laissa un héritage inestimable qui est le terreau sur lequel vit et prospère le village de Diamal. Toute la vie de cet érudit a été une école fondée sur l’apprentissage du coran, l’étude des sciences islamiques, le travail de la terre, la promotion de la famille et la protection des enfants. Le Prophète Mohamad (PSL) a dit que le meilleur métier sur terre est d’apprendre aux autres le Coran. Borom Diamal, durant son long périple à Mbacké Cadior, à Saint Louis, à Chérif Lo, à Kakoun et à Diamal s’est acquitté de cette recommandation du notre Prophète (PSL). Il a enseigné et fait enseigner le saint Coran jusqu’à son rappel à Dieu le 15 février 1925, année de naissance de feu Serigne Mouhammadou Lamine Bara Mbacké, sixième Khalif de Serigne Touba. L’Ecole de Diamal, probablement créée à Kakoum est une université islamique de référence au Sénégal. On y enseigne les sciences islamiques les plus pointues. Un séjour à Diamal est un plus pour les spécialistes des sciences islamiques. C’est le lieu de dire wiri wiri diare Diamal en matière de sciences islamiques. L’Ecole de Diamal a donné naissance à plusieurs autres foyers d’enseignements islamiques dans le Saloum. Il s’agit notamment de l’Ecole de El Hadj Omar Ndao à darou Salam Nioro, l’Ecole Makhtar Ouly Touré à Thioyène Niombato, l’Ecole Babacar Koba Ndaoà Kaffrine, l’Ecole Tafsir Abou Marame Cissé de Pire, l’Ecole de Soucouta, l’Ecole Abou Kandji.

    Après le décès du fondateur de Diamal, c’est Baye Dame Cissé, son ancien disciple au Cayor qui prit en charge l’éducation et la famille jusqu’en 1945. Concernant le daara, il fut confié à El Hadj Aliou Fatou Cissé et la mosquée à Abdou Karim Diouf dont le fils El Hadji Alioune DIOUF dirige actuellement la grande et majestueuse Mosquée du village. Le fondateur du village de Keur Ismaela, Ismaela Ndiama Ka a été aussi enseignant au daara de Diamal. A cette liste d’enseignants à ce daara s’ajoute Serigne Abdou Kandji, fondateur de Ségré Secco.

    Le Khalifat de Borom Diamal a été assuré par ses fils et aujourd’hui par ses petits fils après le rappel à Dieu de son dernier fils sur terre, El Hadj Aliou Assé Cissé. Les Khalifs de Borom Diamal sont par ordre :

    – El hadji Babou Mariétou Cissé, Khalif jusqu’à son décès le 15 Janvier 1981

    – EL Hadji Abdourahmane Cissé (1981-1989)

    – EL Hadji Youssou Ngary Cissé (1989-1999)

    – ELHadji Aliou Assé Cissé (1999-2005

    Depuis 2005, le Khalifa est assuré par El Hadj Mame Abdou Cissé, petit fils et homonyme de Borom Diamal.

    Borom Diamal était un visionnaire, un travailleur infatigable. Il avait inculqué à ses disciples le goût du travail de la terre, la discipline, la solidarité et la pratique de la sunna du Prophète de l’Islam (PSL).Avec sa foi à la terre, il fut un père de famille et un Borom daara prospère et bienfaiteur pour plusieurs autres familles dans le besoin. Cette leçon de Serigne Abdoulaye Cissé est bien assimilée à Diamal où les habitants du village sont des champions dans la culture de l’arachide et du mil. A Diamal, on se nourrit de son travail et les nombreux talibé ne mendient ni dans le village ni dans les villages voisins. Les anciens de Diamal sont reconnaissables par leur courage au travail, par leur bonne éducation et par leur culture islamique. Borom Diamal était un acteur de développement.

    Après l’apprentissage du coran, Borom Diamal systématisa le mariage des jeunes à la fin de leur formation islamique, conformément aux recommandations du Prophète Mohammad (PSL). Notre prophète (PSL) veut le jour J qu’Il soit entouré de plus de monde que les autres prophètes. Sa vie durant, Borom Diamal a œuvré pour que les jeunes hommes et femmes se marient dès qu’ils atteignent l’âge requis. Le respect de ce pilier de l’enseignement de Borom Diamal est un moyen de garantir aux populations une vie sans débauche. Borom Diamal était un promoteur de la famille.

    Borom Diamal protégeait les plus vulnérables du village. Il avait interdit le châtiment corporel infligé aux talibés et cette interdiction est toujours en vigueur à Diamal. Les talibés apprennent le coran, travaillent aux champs quand ils ont âge et on ne leur demande rien de plus. C’est important cet aspect de l’enseignement de Borom Diamal surtout dans le contexte actuel d’exploitation des enfants par certains marabouts. Borom Diamal était un protecteur des enfants.

    Borom Diamal était un protecteur des femmes. Il ne tolérait pas qu’on les maltraite et en cas de divorce, il déconseillait le remboursement de la dote. Serigne Abdoulaye Cissé recommandait le divorce à l’amiable. Borom Diamal était un régulateur social et un protecteur de la famille.

    Borom Diamal était un adepte intransigeant de la Sunna du Prophète (PSL). Il était contre les bidas (superstitions) et c’est pourquoi il s’installa à Diamal un mardi, jour déconseillé pour bien des choses jusqu’à aujourd’hui : mariage, voyage, circoncision,…..Borom Diamal n’était pas superstitieux.

    Borom Diamal est un homme de Dieu multidimensionnel qui, durant sa vie, a indiqué la voie, a enseigné le Coran et les sciences islamiques. C’est un modèle pour nous musulmans de toutes obédiences ou confréries. Son Ecole ou Université est un abreuvoir bien tenu par ses héritiers et ouvert à tous ceux qui sont en quête de savoirs islamiques. L’Ecole de Diamal est un cadre quasi unique d’apprentissage du Coran et des sciences islamiques que Borom Diamal nous léguée. J’ai eu le privilège et le bonheur d’avoir fréquenté tous les Khalifs de Borom Diamal et d’habiter dans un village à mi chemin entre Diamal et Ndimbéré. Les pasteurs qui avaient reçu et transmis la chefferie de Diamal à Serigne Abdoulaye Cissé étaient mes grands parents de qui je tiens certaines de mes informations.

    Pr Demba Sow

    Ecole Supérieure Polytechnique de l’UCAD

    Articles récents

    FORMES SÉVÈRES DU CORONAVIRUS : UN NOUVEAU MÉDICAMENT À L’ÉTUDE AU SÉNÉGAL

    Aucun remède n’a, jusque-là, été trouvé contre le virus de la Covid-19. Pour autant, les scientifiques du monde entier se tuent à...

    Urgent-Touba : Serigne Mountakha donne le Ndiguel pour la célébration du Grand magal…

    La décision a été confirmée par le Khalife général des Mourides, Serigne Mountakha Mbacké. Regardez...

    Limogeage de Me Moussa Diop: 3e mandat, l’arbre qui cache la forêt

    Me Moussa Diop a été limogé ce mercredi 02 septembre 2020 de la direction générale de Dakar Dem Dikk (DDD). Un limogeage...

    LE CÉLÈBRE GENTLE MARA CONDAMNÉ À 3 MOIS DE PRISON ET 4 MILLIONS FCFA

    Diab Seck alias Gentle Mara est envoyé à l’hôtel zéro étoile, loin des strass et des paillettes, pour un séjour de 3...

    SUSPECTÉE D’AVOIR TUÉE SA FILLE ENCEINTE DE 6 MOIS : AWA DIOUF ARRÊTÉE À SALY

    Rebondissement dans l’affaire de la fille qui a été retrouvée morte dans les toilettes de son domicile sis au village de Mbafaye,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles