More

    Bouaké : Quelle procédure judiciaire pour la suite de l’affaire ?

    Neuf soldats français de l’opération Licorne en Côte d’Ivoire avait péri dans le bombardement du camp de Bouaké, en novembre 2004. Michèle Alliot-Marie, Michel Barnier et Dominique de Villepin : trois ministres en exercice, en 2004, respectivement à la Défense, à l’Intérieur et aux Affaires étrangères lorsque survient le bombardement de Bouaké en Côte d’Ivoire. Neuf soldats français y avaient trouvé la mort. Aujourd’hui, la justice enquête et s’intéresse de près au rôle qu’ont joué alors les trois anciens ministres. Ils sont suspectés d’avoir couvert une bavure en entravant sciemment l’enquête. La juge d’instruction en charge de l’affaire réclame leur renvoi devant la Cour de justice de la République. Et après?

    Dans son ordonnance de renvoi que RFI a pu consulter, la juge Sabine Kheris est affirmative : les plus hautes autorités des ministères de l’Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères connaissaient l’implication de certains Biélorusses dans l’assassinat de militaires français à Bouaké, en 2004. Ces autorités savaient que ces personnes avaient été arrêtées au Togo, et en donnant l’ordre de ne rien faire, elles savaient également que ces Biélorusses échapperaient à la justice. Pourquoi ? C’est pour le savoir que Sabine Kheris a demandé le renvoi des trois anciens ministres devant la Cour de justice de la République, seule instance à même de juger des membres du gouvernement pour des infractions commises pendant l’exercice de leurs fonctions.

    A lire également  Birmanie: des journalistes de Reuters inculpés pour atteinte au secret d'Etat

    Mais cette demande de renvoi n’est qu’une étape. Elle est adressée à la commission des requêtes qui peut classer l’affaire sans suite ou la transmettre au procureur général près la Cour de cassation. C’est lui qui décidera si la Cour de justice de la République doit être saisie. Il s’agit cependant d’une étape importante dans cette affaire : elle confirme les doutes qu’a la justice sur le rôle qu’ont pu jouer Michelle Alliot-Marie, Michel Barnier, et Dominique de Villepin, en fonction à l’époque. Mais aussi importante soit-elle, cette étape ne préjuge en rien de l’éventuelle tenue d’un procès contre les trois anciens ministres.

    Rfi.fr

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020 
    A lire également  "L'EI a été vaincu" : Trump lance le retrait des troupes américaines de Syrie
    Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles