Brésil : atmosphère survoltée pendant le vote sur la destitution de Dilma Rousseff

BrésilLes députés brésiliens ont ouvert, dimanche 17 avril, à Brasilia une session historique au cours de laquelle ils doivent se prononcer sur la destitution de la présidente de gauche Dilma Rousseff, dans une atmosphère survoltée et confuse. « Il n’y aura pas de coup d’Etat! Il n’y aura pas de coup d’Etat ! », criaient les députés de la gauche au pouvoir à l’ouverture de la session, à 14 heures (19 heures en France). « Je suis Brésilien, avec orgueil, et je joue sans peur », chantaient en retour les députés de l’opposition ceints d’écharpes jaunes et vertes, reprenant l’hymne des supporteurs brésiliens pendant la coupe du monde de football. A Brasilia, jusqu’à 300 000 brésiliens étaient attendus devant le Congrès des députés pour suivre le vote en direct sur des écrans géants. Symbole d’un pays coupé en deux, une imposante barrière d’un kilomètre de long et deux mètres de hauteur a été plantée devant l’assemblée pour séparer les opposants en vert et jaune des partisans en rouge de la présidente. Les dernières estimations des quotidiens Folha de Sao Paulo et Estado de Sao Paulo donnaient dimanche une courte victoire des pro-destitution.

Quel est l’objet du vote de dimanche ?

La présidente en exercice est visée depuis le 2 décembre 2015 par une procédure de destitution (« impeachement »), visant à la contraindre de quitter le pouvoir avant le terme de son second mandat. La procédure a été lancée formellement par deux juristes : Miguel Reale et Helio Bicudo, ce dernier étant l’un des fondateurs du Parti des travailleurs, le parti de gauche auquel appartient Dilma Rousseff. Mais elle a surtout bénéficié de l’appui politique (indispensable) d’Eduardo Cunha, président de la Chambre des députés, ancien allié et aujourd’hui ennemi juré de Dilma Rousseff. La procédure arrive dimanche 17 avril à sa phase cruciale, avec le vote solennel des députés. En cas de majorité des deux tiers en faveur de la destitution, la décision finale sera entre les mains du Sénat.

WWW.DAKAR7.COM

Comments are closed.