Brésil : Dilma Rousseff cernée de toutes parts

Le week-end s’annonce particulièrement tendu pour Dilma Rousseff, la présidente brésilienne. Des manifestations sont annoncées pour demain par l’opposition pour réclamer son départ. La cheffe de l’Etat est embourbée dans une crise politique entre la récession économique et le scandale de corruption Petrobras. La mise en cause de son mentor, l’ex-président Lula, ne fait qu’enfoncer le clou. Première étape importante aujourd’hui : le parti du mouvement démocratique, grand allié du parti de Dilma Rousseff, se réunit en congrès national. Ce grand parti centriste, le PMDB, est divisé entre ceux qui prônent la rupture définitive avec Dilma Rousseff et ceux qui veulent maintenir l’alliance avec la présidente. Or sans l’appui des députés de ce parti, le Parti des travailleurs de Dilma Rousseff se retrouverait en minorité au Parlement dans l’impossibilité de gouverner.

Aujourd’hui, lors de ce congrès, les délégués devraient aussi reconduire à leur tête Michel Temer, le vice-président du Brésil. C’est lui qui prendrait les rênes du pays si Dilma Rousseff devait quitter le pouvoir, elle qui est toujours menacée par une procédure de destitution. La situation ne cesse donc d’empirer pour la présidente brésilienne de plus en plus acculée. Elle a pris des devants hier en affirmant qu’elle n’allait pas démissionner, tout en appelant publiquement l’ancien président Lula à venir rejoindre son gouvernement. Le charismatique Luiz Inácio Lula da Silva est mis en cause dans deux enquêtes judiciaires, liées au scandale de corruption Petrobras. La présidente brésilienne est désormais embourbée dans une crise politique majeure. L’opposition de droite a lancé des appels à la manifestation pour dimanche pour demander la démission de la présidente. Ses partisans vont eux aussi défiler pour la soutenir. Les prochains jours vont donc être décisifs pour Dilma Rousseff.

Rfi.fr

Comments are closed.