Burkina: 10.000 tonnes d’huile invendues

Plus de 10.000 tonnes d’huile invendues au Burkina à cause de la concurrence déloyale.

Au Burkina-Faso, l’huile est produite à base de graines de coton. Son prix reste plus élevé que celui de l’huile de palme.

Une différence de prix qui selon les producteurs est occasionnée par les importateurs qui bénéficient d’une baisse des prix de l’huile de palme à l’étranger pour pratiquer des prix plus bas sur les marchés.

Au-delà, plusieurs opérateurs économiques importent frauduleusement de l’huile pour le revendre à des prix défiant toute concurrence.

Le gouvernement tente la médiation et prévoit des mesures pour éviter la fermeture des usines.

A lire aussi : L’huile de palme une menace pour les singes d’Afrique ?

A lire aussi : Le Sénégal fait la promotion de l’huile locale

Chaque groupe défend ses intérêts et le ministre du commerce doit trouver l’équation pour rapprocher les positions des producteurs d’huile et des importateurs.

Depuis 2018 les producteurs d’huile n’arrivent plus à écouler leurs produits. Alexandre Sana de la société CICTEC indique que 6.500 tonnes d’huile restent dans les magasins de la plus grande société de production d’huile du pays basée à Bobo Dioulasso.

« C’est un niveau qui devient critique puisque si on ne vend pas l’huile l’argent ne rentre pas. On doit rembourser le crédit de la campagne d’ici la fin de l’année voire même d’ici deux mois puisque dans deux mois il y a la nouvelle campagne cotonnière qui commence ».

Les producteurs pointent du doigt les importateurs qui bénéficient d’une baisse des prix de l’huile de palme à l’étranger pour pratiquer des prix de plus en plus bas.

Ils parlent également de fraude car selon eux, les différentes simulations ne permettent pas d’avoir les prix pratiqués par les importateurs.

Commentaires

commentaires