More

    Burkina :Inculpation de Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé pour « attentat à la sûreté de l’État »

    Le général Gilbert Diendéré et l’ancien ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré Djibrill Bassolé ont été inculpés mardi soir d' »attentat à la sûreté de l’État ».

    Selon des sources proches du dossier citées par l’AFP, le général Gilbert Diendéréet Djibrill Bassolé ont été placés sous mandat de dépôt mardi 6 octobre. Onze chefs d’inculpation dont celui d’ »attentat à la sûreté de l’État », « collusion avec des forces étrangères pour déstabiliser la sécurité intérieure », « meurtre », « coups et blessures volontaires », « destruction volontaire de biens » ont été retenus contre les deux hommes.

    Le général Diendéré, ancien bras droit de Blaise Compaoré, s’était rendu de lui-même à la justice le 1er octobre, après s’être réfugié pendant deux jours chez le Nonce apostolique à Ouagadougou. Chef des putschistes, il avait à plusieurs reprises promis de se mettre à la disposition de la justice.

    Djibrill Bassolé, figure de proue du régime Compaoré dont il a dirigé la diplomatie, a été arrêté le 29 septembre et nie pour sa part toute implication dans le putsch, comme l’avait signalé mercredi dernier son avocat parisien Me Alexandre Varaut.

    Le Conseil constitutionnel avait rejeté début septembre sa candidature à la présidentielle, en application d’une loi électorale très controversée, votée en avril, rendant « inéligibles » tous ceux qui ont soutenu un « changement inconstitutionnel » (référence au projet de loi de révision de la Constitution qui devait permettre à Blaise Compaoré de se maintenir au pouvoir, projet qui avait finalement été fatal au régime).

    Lundi 5 octobre au soir, Léonce Koné, deuxième vice-président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti de Blaise Compaoré, et Hermann Yaméogo, président de l’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD), ont été interpellés.

    Un peu plus tôt dans la journée, une cérémonie symbolique de « désarmement » du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) avait marqué la fin de l’unité putschiste, ancienne garde prétorienne de l’ex-président Blaise Compaoré. Au cours de la cérémonie de désarmement sur l’emblématique place de la Nation, surnommée place de la Révolution par les Burkinabè, le Premier ministre, le lieutenant-colonel Isaac Zida, a déclaré : « Ceux qui ont planifié et exécuté ce coup d’État répondront de leurs actes devant la justice ».

    A lire également  Yahya Jammeh «nous ne permettrons jamais l'homosexualité Walahi, Bilahi, Talahi, Al-Azim ! »

    « Diendéré à la CPI »

    Armes lourdes, canons antichars, canon de 106 mm, fusils d’assaut, grenades ont été présentés sur la place à l’épicentre de l’insurrection d’octobre 2014 qui avait chassé le président Blaise Compaoré après 27 ans au pouvoir, et dont le RSP était le bras armé. Plusieurs centaines de personnes venues assister à la cérémonie ont scandé des slogans contre le chef des putschistes : « Diendéré, assassin » ou « Diendéré à la CPI », (Cour pénale internationale), a-t-on pu entendre.

    « Ce coup de force, dont les conséquences ont été tragiques, aurait pu entraîner notre pays dans une crise bien plus grave », a estimé Yacouba Isaac Zida, ex-numéro 2 du RSP dont il était devenu la bête noire depuis son arrivée au poste de chef du gouvernement. « Depuis sa création (en 1995), le RSP a été utilisé par le régime du président Compaoré pour freiner les aspirations légitimes du peuple burkinabè à une vie démocratique réelle », a-t-il ajouté en présence d’une demi-douzaine de chefs d’état-major des armées de pays de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao).

    A lire également  Le message du Président au Symposium sur le Radicalisme et la réponse de l’école de Maodo

    « Au lieu de contribuer à la protection des populations, ce corps était devenu une menace permanente contre la marche radieuse du peuple burkinabè et un instrument pour imposer la volonté d’un groupuscule », a accusé Zida.

    Jeune Afrique

    Articles récents

    Mansour Faye : « Si l’Ofnac me convoque je n’irai pas repondre »

    Mansour Faye, était l’invité de grand jury de la Rfm, ce dimanche. A propos de la plainte déposée contre lui à l’Ofnac...

    Rififi aux GMD: La Direction appelle à la réconciliation, lundi

    Malgré les grèves répétées de certains travailleurs des Grands Moulins de Dakar depuis près de trois mois, la direction générale de l'entreprise...

    Magal à Ngabou : Sokhna Aïda rompt le silence

    Sokhna Aïda Diallo a réagi aux mesures annoncées par la police religieuse de Touba, Safinatoul Amane, dans le cadre de la célébration...

    Mali : La mère de Sidiki Diabaté arrêtée pour complicité d’avortement .

    C’est une étape de plus dans la tentaculaire affaire  de violence conjugale contre l'ex-compagne de Sidiki Diabaté.   La mère...

    Voici Les Bouffons De La République…Les 6 Fous Au Pouvoir

    Les bouffons de la République. Ils sont au nombre de 6. Deux au Palais, deux dans le gouvernement et deux dans la...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles