More

    Burkina : Macky Sall, Boni Yayi, Faure Gnassingbé et Muhammadu Buhari retournent ce soir à Ouagadougou

    Réunie en sommet extraordinaire à Abuja, au Nigeria, ce mardi 22 septembre, la Cedeao a réitéré son appel au désarmement des putschistes à Ouagadougou. Quatre chefs d’État de la sous-région sont attendus dès ce soir dans la capitale burkinabè pour faire avancer la médiation.

    Macky Sall (Sénégal), Boni Yayi (Bénin), Faure Gnassingbé (Togo) et Muhammadu Buhari (Nigeria) ont prévu d’atterrir à Ouagadougou, la capitale burkinabè, vers 19 heures (locales), a annoncé l’agence Reuters. Ils tenteront de relancer la médiation régionale, qui n’a pour le moment pas donné de résultats probants.

    La situation est en effet figée, mardi 22 septembre à Ouagadougou, alors que l’armée loyaliste a pris position en périphérie et à l’intérieur de la capitale et que le RSP contrôle toujours la radio-télévision nationale, la palais présidentiel et quelques axes stratégiques. Le général Diendéré a affirmé s’en remettre à la décision de la Cedeao mais a assuré qu’il était prêt à se défendre en cas d’attaque.

    A lire également  Temps d’antenne jugé trop court pour La République en marche, le Conseil constitutionnel saisi

    L’armée campe quant à elle sur ses positions, évitant pour le moment de provoquer l’affrontement, tout en bouclant notamment la place de la Révolution afin, dit-elle, de protéger la population. Dans la soirée, l’Union africaine a réaffirmé qu’il n’y avait d’autre issue que le désarmement des putschistes du RSP, dont la dissolution a été prononcée, au moins symboliquement, par le président du Conseil national de transition, Chériff Sy.

    A lire également  Révélations: Pour une cigarette, Lamine Senghor sera tué!

    Jeune Afrique

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles