More

    Burundi : Le Conseil national de sécurité refuse l’envoi de troupes sur son sol

    Le Conseil national de sécurité réfute la décision prise par l’Union africaine d’envoyer une force de 5000 hommes dans le pays. Cette structure, composée du président Nkurunziza lui-même et des responsables des différents organes liées au secteur de la sécurité, s’est réunie hier. Le Conseil refuse catégoriquement l’envoi de troupes sur son territoire en ce dernier jour d’ultimatum lancé vendredi par l’UA. Ce mardi matin, le ministre de la Sécurité publique a lu une déclaration qui dans son point 8 dit réfuter la décision du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA d’envoyer une force africaine au Burundi. « La menace de génocide qui justifierait ce déploiement n’est qu’une machination, selon le Conseil national de sécurité. Une machination visant à parachever le coup de force enclenché le 13 mai 2015 ».
    « Le Burundi, note le Conseil, est l’un des pays contributeurs de troupes en Afrique », sous-entendu participe aux opérations de maintien de la paix de l’Union africaine et des Nations unies. « Même des sollicitations d’autres contingents ne cessent d’être exprimées par l’Union africaine », précise ce communiqué qui conclut sur ce point en expliquant que c’est la raison pour laquelle le Burundi est capable d’assurer la sécurité de sa population. Cette prise de position est très proche de celle exprimée hier, lors du congrès rassemblant députés et sénateurs, ainsi que celle donnée sur RFI ce week-end par le porte-parole adjoint de la présidence.
    L’insécurité est criante au Burundi selon Frodebu Nyakuri
    «C’est un Parlement élu illégalement, tout ça, ça ne sont que des caisses de résonnance du gouvernement et du CNDD-FDD, le parti au pouvoir », rétorque Jean Minani, président du Frodebu Nyakuri, qui vit aujourd’hui en exil. Cet opposant ajoute que l’insécurité est criante, les exécutions sommaires et les massacres documentés. Un autre membre de l’opposition souligne que la remarque sur les opérations de maintien de la paix devrait faire réfléchir la communauté internationale. « Quand on massacre sa population, est-ce qu’on devrait encore pouvoir y participer ? », s’interroge cet autre opposant.
    rfi.fr

    Articles récents

    L’ÉTAT DU SÉNÉGAL ASSIGNÉ EN JUSTICE

    Le Sénégal encourt la condamnation aux Etats Unis. Selon l’Obs qui cite Inner City Press, un média spécialisé dans la couverture des...

    OFNAC : 20 RAPPORTS REMIS AU PROCUREUR DE LA RÉPUBLIQUE

    Invitée de l’émission Objection (Sud Fm), la présidente de l’Office national de lutte contre la corruption Seynabou Ndiaye Diakhaté a révélé que...

    URGENT : Décès de Idrissa Diallo maire de la commune de Dalifort.

    C'est une triste nouvelle qui vient de s'abattre sur la coalition Taxawu Sénégal de Khalifa Ababacar Sall. En effet l'un de ses...

    LA NOMINATION DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    Monsieur Abdoulaye DIASSE, titulaire d’un DESS en Finance et d’un Master en Banque, est nommé Secrétaire général du Fonds de Garantie des...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 02 Décembre 2020 
    A lire également  Nord Foire: Un nigérian et 2 sénégalais arrêtés avec 400g de cocaïne
    Le Président de la République, Son Excellence Macky SALL,...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles