More

    Campagne de commercialisation arachidière : Huiliers et paysans dans la paille, les intermédiaires se frottent les mains

    arachideWWW.DAKAR7.COM : « La campagne de commercialisation des graines d’arachides 2015/2016 est en train de rater son envol à cause d’un manque d’organisation de tout bord». Le constat est du Syndicat national des travailleurs des industries des corps gras et autres activités similaires du Sénégal. Pour cause : le manque de financements des vrais opérateurs, l’incursion dans la collecte des commerçants revendeurs et autres intermédiaires et rabatteurs qui dérèglent les opérations de commercialisation, mais surtout le manque de fonds de Suneor qui est leader du marché local. C’est avec moins de trois cents (300) millions de F Cfa dans ses caisses que Suneor a démarré la campagne de commercialisation arachidière. Tout en espérant obtenir le financement promis par le gouvernement du Sénégal, un crédit relais de 15 milliards de F Cfa qui devait être disponible avant le 5 décembre 2015. Mais, il n’en est rien à ce jour. Déjà à la fin du mois de décembre 2015, Suneor devait plus de 500 millions de F Cfa aux opérateurs. D’où le risque de voir surgir à nouveau pour cette présente campagne le phénomène des bons impayés. En attendant, rares sont le camions qui viennent décharger dans les usines de l’ex Sonacos.

    Suneor a démarré la campagne avec moins de 300 millions F Cfa

    Outre Suneor, un autre huilier est aussi présent sur le terrain. Il s’agit de Copéol qui a même reçu le financement nécessaire pour sa campagne de commercialisation. Seulement, sa capacité de réception journalière semble faible au vu des apports de ses opérateurs, ce qui détourne souvent ses camions vers d’autres centres. Elle a aussi un problème de main-d’œuvre car, ses manœuvres expérimentés lui tournent le dos dès que les étrangers à coté ont des camions à décharger à cause du prix de la manutention qu’ils augmentent. S’agissant de la campagne de commercialisation qui a débuté le 16 novembre 2015, elle devrait se matérialiser par la collecte au niveau des points désignés au prix officiel de 200 F Cfa le kilogramme.

    «Tous les points de collecte ont été attribués aux différents opérateurs des huiliers et autres collecteurs pour une bonne organisation de la collecte mais sans succès», indique le syndicat des travailleurs de Suneor. Non sans préciser : «Au début du mois de novembre, avec les premières récoltes, en zone Nord, les commerçants détenant des fonds circulaient en brousse pour acheter à un prix tournant entre 175 et 190 F Cfa et stockaient ou revendaient directement à Touba, à un prix se situant entre 210 et 220 F Cfa. Cette même pratique se voyait en zone centre vers la fin du mois de novembre quant le prix en zone Nord commençait à grimper (variété 55 437). Les représentants des étrangers et les rabatteurs commençaient aussi à entrer dans la collecte en donnant les financements et en proposant devant leurs concurrents un prix plus attractif pour rafler les graines».

    A lire également  Corruption dans les Brigades de gendarmerie: Le général Moussa Fall tance ses hommes

    Les vrais paysans vendent leurs graines à moins de 200 F Cfa/Kg

    Ainsi, poursuit le syndicat, «à cause du non fonctionnement des points de collecte, les vrais paysans vendent leurs graines la plupart à moins de 200 F Cfa le kilogramme, faute de répondant direct et ce sont les intermédiaires qui profitent réellement des prix rémunérateurs des étrangers». Avant d’ajouter : «La spéculation, c’est entre les commerçants, les rabatteurs, les intermédiaires et les étrangers que nous nommons tous ‘’les Chinois’’ bien qu’il y en ait plus de cinq nationalités dans la collecte. La plupart des intermédiaires, réunis dans le Copega, ont des clients exportateurs, donnant les financements nécessaires et à temps pour se faire le maximum de tonnage dans le plus bref délai. Les pratiques ne sont pas les mêmes d’une zone à une autre et chacun s’adapte selon ses intérêts du moment, au vu de l’offre présente».

    A lire également  Référendum : Les responsables de l’Apr s’approprient la victoire au détriment de leurs alliés

    La Cncas tarde à débloquer les fonds

    Face à la situation, les opérateurs indexent la Caisse nationale de crédit agricole du Sénégal (Cncas) qui tarde à débloquer les prêts leur permettant d’acheter au comptant et aux points de collecte les graines des mains des paysans. Ce qui ouvre la voie aux intermédiaires qui agissent pour le compte d’opérateurs étrangers qui se concurrencent entre eux, grâce à la pratique du plus offrant. Pour le moment, dans cette campagne de commercialisation arachidière, ce sont les intermédiaires qui se frottent les mains, au détriment des paysans et des huiliers, incapables de faire face aux opérateurs étrangers. La situation demeure lourde de conséquences et c’est l’Etat qui est ici interpellé. C’est lui qui doit arrêter les exportations et surtout faire le point avec les industriels. Faute de quoi, on court vers un manque de semences pour la prochaine campagne agricole.

    www.dakar7.com

    Articles récents

    PSG : Très bonne nouvelle pour Idrissa Gana Gueye

    Lors de la victoire du Paris Saint Germain (PSG) face à Nice 3-0, Idrissa Gana Gueye a été contraint de céder sa place à...

    LES NOMINATIONS DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    Monsieur Pierre FAYE, Conseiller des Affaires étrangères, matricule de solde n° 624.511/C, précédemment Ministre-Conseiller, Conseiller technique au Cabinet du Ministre des Affaires...

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020

    COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 23 SEPTEMBRE 2020 Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Macky SALL,...

    FORMES SÉVÈRES DU CORONAVIRUS : UN NOUVEAU MÉDICAMENT À L’ÉTUDE AU SÉNÉGAL

    Aucun remède n’a, jusque-là, été trouvé contre le virus de la Covid-19. Pour autant, les scientifiques du monde entier se tuent à...

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles