More

    Campagne de commercialisation arachidière : Suneor étouffée par les promesses non tenues de l’Etat

    YesWWW.DAKAR7.COM Annoncée à grandes pompes du fait de la saison pluvieuse enregistrée et de la bonne récolte – le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Pape Abdoulaye Seck annonçait récemment une production record de l’ordre 1.121.400 tonnes d’arachides environ – qui s’en est suivie, la campagne commerciale arachidière s’annonce sous de mauvais auspices. Au début, tout indiquait que ça allait marcher comme sur des roulettes malgré l’annonce de la rupture du contrat de la privatisation de Suneor entre l’Etat du Sénégal et le repreneur Abbas Jaber. D’autant plus que l’Etat annonçait une batterie de mesures allant dans le sens d’apaiser les craintes des paysans qui ont vécu ces dernières années des campagnes on ne peut plus désastreuses.

    Seules 5000 tonnes collectées, à ce jour, par les usines de Kaolack, Diourbel, Ziguinchor et Louga

    C’est ainsi que l’Etat du Sénégal, après l’annonce de la rupture du contrat qui le liait avec Abbas Jaber pour la reprise de Suneor, s’engageait dans la foulée qu’il à prendre des mesures transitoires, afin que la campagne de commercialisation ne subisse les contrecoups d’une telle décision. Ainsi, 15 milliards de F Cfa devaient être injectés dans les comptes de Suneor, dès fin novembre, afin de permettre à la société oléagineuse de pouvoir honorer ces engagements par rapport à la collecte des 300 mille tonnes d’arachides qui lui sont assignées pour cette saison. Un objectif loin d’être atteint et irréalisable, au vu des résultats enregistrés, à ce jour. En effet, les rares camions qui défilaient, jusqu’à ces derniers jours, dans les hangars de Suneor, jusqu’à ce que les Opérateurs privés stockeurs décident de boycotter cette société, faute d’être payés, n’arrivent plus.

    Aujourd’hui, renseigne Samuel Ndour, le Secrétaire général du Syndicat des travailleurs de la société oléagineuse, seules 5000 tonnes ont pu être collectées sur l’ensemble des quatre usines de Suneor que sont celles de Kaolack, Diourbel, Ziguinchor et Louga. Seule l’usine de Ziguinchor, qui a collecté 1000 tonnes, continuait à fonctionner à ce jour. Les promesses de l’Etat tardent et du côté des autorités, révèle Samuel Ndour, on entretient le flou total, soutenant qu’elles attendent que la rupture avec Abbas Jaber dans la reprise de Suneor ne soit définitive avant que la manne financière promise ne soit injectée. Autrement dit, Abbas Jaber continue toujours à entretenir les manuelles à Suneor.

    A lire également  La mère de feu Ablaye Mbaye, en larmes, raconte : « quand mon fils était vivant… »
    A lire également  (Vidéo) - La première déclaration officielle de Serigne Mountakha Mbacké

    L’Etat entretient toujours le flou malgré ses engagements

    Du côté des travailleurs de Suneor, c’est l’incertitude la plus totale quant au devenir de l’entreprise, si les objectifs assignés ne sont pas atteints. Pour cause, les arachides, dont les huiliers sénégalais ont tant besoin afin de faire face aux besoins du marché, prennent des destinations extérieurs. Les paysans las d’attendre, sont obligés de se tourner dans les marchés hebdomadaires, afin de brader leurs récoltes arachidières auprès de courtiers, c’est-à-dire d’intermédiaires, qui, à leur tour, les cèdent à des acheteurs venus de la Chine, de l’Inde, de la Russie, de la Tunisie… et, dans cette opération, ce sont eux qui se frottent le plus les mains là où les paysans sont obligés de leur brader l’arachide, dont le kilogramme leur est cédé entre 180 et 190 F Cfa, contrairement au tarif officiel qui est de 200 F Cfa. Quant aux intermédiaires, ils écoulent leurs arachides auprès de ces acheteurs étrangers à des prix variant entre 230, 240 et 250 F Cfa le kilogramme. Ainsi, au môle 8 du Port de Dakar, ce sont des centaines de containers d’arachides qui sont stockées en attendant de prendre des destinations étrangères. De quoi ne pas rassurer les travailleurs des sociétés comme Suneor qui craignent, qu’à ce rythme, leurs entreprises, qui agonisent, ne rendent définitivement l’âme.

    www.dakar7.com

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles