More

    Campagne pour le référendum : Le Président Macky Sall utilise éhontément les moyens de l’État pour faire triompher le Oui

    «(…) Le Premier des Sénégalais, en l’occurrence le Président Macky Sall, n’est pas interdit de campagne, encore moins de mobilité sur l’ensemble du territoire. Toutefois, l’idéal est que le Général apparaisse mais ne patrouille pas sur la ligne de front et de feu. Un tel crapahutage est l’apanage des lieutenants. Le chef de l’Etat n’étant pas un député de province, son implication dans la campagne référendaire devrait être restreinte dans la durée et ciblée sur le terrain», écrit le politologue Babacar Justin Ndiaye dans un excellent texte, intitulé : «Quelle campagne référendaire pour le Président Macky Sall» ?, paru dans dakaractu.com. Un sage conseil qui contraste d’avec la démarche du Chef de l’Etat qui sillonne le pays pour, dit-il, convaincre les Sénégalais à voter son projet de réformes constitutionnelles et rassurer les chefs religieux. En usant et abusant des moyens de l’Etat et en mobilisant les forces de sécurité.

    Sans gêne, le premier des Sénégalais, un terme que nous empruntons au brillant analyste cité plus haut, se pavane avec de grosses 8X8 dans les coins et recoins du pays. Renvoyant aux calendes grecques son «wax waxeet» (reniement) portant sur la réduction de son mandat en cours de sept à cinq ans, il donne ainsi l’impression que son état-major politique n’est pas assez outillé pour porter son projet de réformes soumis à l’appréciation du peuple. Sans oublier que les Sénégalais sont allergiques, voire réfractaire, au reniement, surtout quand cela vient de quelqu’un qu’ils ont élu à plus de 65% des suffrages. Et qui, depuis qu’il a prêté serment, le 03 avril 2012, peine à apporter des solutions aux problèmes auxquels ils sont confrontés. Et nombre d’entre eux sont convaincus qu’il pouvait nous épargner ce référendum après qu’il a décidé e marché sur les sillons tracés par son prédécesseur et ancien mentor, Me Abdoulaye Wade. Que le Oui ou le Non l’emporte au soir du 20 mars prochain, les Sénégalais auront fait un constat : beaucoup d’argent dilapidé pour rien. Alors que les urgences sont ailleurs : chômage endémique des jeunes, économie en agonie, syndicats en grève, industrie quasi-inexistantes etc.

    A lire également  Agression d'un Sénégalais par des militaires français: Le cri de cœur de sa sœur, Alima Watt

    WWW.DAKAR7.COM

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles