Chambre criminelle : Thierno Wade Faye tente de tuer son fils à coups de couteaux

Thierno Wade Faye a été condamné, hier, par la Chambre criminelle, à 2 ans ferme, pour avoir tenté de tuer son fils.

 

En détention préventive depuis le 26 mars 2012, Thierno Wade Faye vient  d’être  condamné à 2 ans ferme, par la Chambre criminelle du Tribunal de Grande Instance de Thiès. Il est poursuivi pour tentative d’assassinat, après avoir porté des coups de couteau à son fils Khadim, mal entendant et qui l’accompagnait dans ses travaux. Un imbroglio qui laisse planer beaucoup d’ombre. Les faits se sont déroulés au village de Benténier, non loin de la communauté rurale de Sindia (Mbour). Des éléments de la brigade de gendarmerie de Popenguine ont, à l’époque, accueilli un jeune homme criant de douleur, la tête ensanglantée et couvert de blessures. A la barre, l’accusé, la cinquantaine sonnée, les cheveux blanchis, geignait et sanglotait, devant la gravité de son acte. En répondaagression_couteau-600x330nt au juge, il pressait tendrement l’épaule de son fils qu’il chérissait le plus parmi ses enfants. Il ne saura jamais ce qui lui était passé par la tête cette terrible matinée. Tout a commencé, quand il lui a ordonné de creuser une fosse pour l’emplacement d’une pompe hydraulique. Quelques minutes plus tard, il surprend son fils par derrière et lui donne de violents coups de couteau au dos, à la tempe, au bras et à la jambe, lui causant des blessures qui ont nécessité beaucoup de points de suture et lui ont valu une incapacité temporaire de 21 jours.

 

L’excuse d’esprits malveillants

Au cours de l’interrogatoire, le père fouettard dit n’avoir aucune idée de son geste et qu’il n’en a eu conscience qu’à la vue du sang sur ses habits. Et, il invoquera des « ràb » et autres esprits malfaisants. Poursuivant, il dira sa lignée maternelle possédée de ces démons et que lors de sa préventive, il a eu, en prison, la vision d’un gros serpent menaçant et qui le mit dans un état nécessitant son hospitalisation. Dans l’acte d’accusation, il était mentionné qu’il avait prémédité son acte. Selon les enquêteurs, il a isolé son fils, lui a ordonné de creuser, avant de lui porter au dos un premier coup de couteau et même tenter de l’asphyxier lors de la confrontation. Entendant les cris de la victime, Alioune Tine et Sellé Ndao furent les premiers sur les lieux. Le premier a affirmé avoir repris le couteau à Thierno. Une version contraire aux déclarations de Khadim qui disait avoir arraché, de haute lutte, le couteau, des mains de son père, avant de le jeter. Pour le Procureur général, il y a trop de détails discordants dans les déclarations, aussi bien de la victime que du père. A la barre, la victime a évoqué, avant les travaux de cette fameuse matinée, l’apparition d’un serpent, par la suite, tué. Sratagème, pour protéger son père ? L’attitude du père était compromettante, d’autant que les gendarmes avaient découvert un couteau qu’il avait emprunté au gardien pour se tailler un cure-dents, enveloppé dans ses habits tâchés de sang. Le Procureur a expliqué le geste du père par sa colère, devant la nonchalance de son fils. Aussi avait-il demandé au tribunal de disqualifier la tentative d’assassinat, en coups et blessures volontaires, sans intention de donner la mort et de condamner l’accusé à 2 ans ferme.

OUSSEYNOU MASSERIGNE GUEYE

Comments are closed.