More

    Cimentiers, phosphatiers contre Necotrans : la Tension monte

    WWW.DAKAR7.COM La situation s’envenime au Port autonome de Dakar avec le conflit qui oppose la société française Necotrans à un groupement de cimentiers, phosphatiers et miniers. Depuis 2013, la concession du terminal vraquier du Port de Dakar est confiée à Necotrans pour une durée de 25 ans, ce qui avait soulevé un tollé. Depuis le 1er janvier de cette année, Necotrans a procédé à une hausse du tarif de manutention au terminal vraquier du Port de Dakar. Le tarif de manutention passe ainsi de 2.000 F Cfa à 3.645 F Cfa la tonne.

    Une hausse qui soulève l’ire des cimentiers Sococim, Ciments du Sahel, Dangote Cement Sénégal ainsi que des phosphatiers et miniers tels que Somiva et Sephos. Ces derniers dénoncent une décision unilatérale ainsi que le blocage de leurs navires par Necotrans. Les cimentiers, qui ont signé un communiqué, la semaine dernière, en veulent pour preuve le navire Sahel M/v Harrier qui transporterait une cargaison pour Ciments du Sahel et qui serait interdit d’accès au Port depuis le 3 janvier. Ce qui occasionne pour cette entreprise des pertes estimées à 7.500 000 Fcfa par jour. Conscient des conséquences désastreuses que la décision de Necotrans a sur eux, les cimentiers et phosphatiers ont décidé, depuis le 17 janvier 2016, «d’arrêter techniquement leurs usines pour éviter la situation d’un arrêt total de toutes leurs lignes de production entraînant aussi une pénurie dans la production de ciment et autres dérivés».

    A lire également  Guediawaye: Près 14 millions de faux billets saisis

    Pourtant, si l’on se fonde à Grégory Quérel, Président directeur général de Necotrans qui a été interrogé par nos confrères de Jeune Afrique, cette hausse «est le fruit d’une médiation conduite en juillet 2015 avec les autorités sénégalaises : le Premier ministre et les ministres des Mines, de la Pêche et de l’Économie maritime, et du Commerce». «Cette hausse participe au financement de l’amélioration de la sécurité et des capacités de traitement du terminal (qui peut aujourd’hui traiter 24 000 tonnes par jour contre une semaine auparavant). Les gains de productivité du terminal ainsi que la hausse des volumes et de la cadence bénéficient à nos clients», conclut-il.

    www.dakar7.com

    Articles récents

    Vous serez peut etre intéressé par ces articles