COLLECTIVITÉ LEBOU: La guerre des  »Grands » Serigne de Dakar

grand serigneLe Conseil supérieur de la collectivité lébou proche du grand Serigne de Dakar Pape Ibrahima Diagne a réagi à la sortie de certains dignitaires de ladite communauté qui soutiennent que le titre doit revenir à un individu de la lignée des Diop. Il parle d’une tentative de division de leur communauté.

‘’A Touba, ce sont les Mbacké-Mbacké qui assument la fonction de khalife. A Tivaouane, les Sy, chez les Layènes ce sont les Thiaw. Donc à Dakar Le Grand Serigne doit être un Diop’’. Ces propos tenus la semaine dernière par des dignitaires lébous proches du camp du Grand Serigne Abdoulaye Makhtar Diop ont du mal à passer chez les partisans de son ‘’rival’’ le Grand Serigne Pape Ibrahima Diagne. Dans un communiqué, le Conseil supérieur des grands dignitaires de la collectivité Lébou de cette tendance qualifie ces propos d’amalgame. ‘’Ce discours est un amalgame indigeste entre confréries religieuses et communautés coutumières’’, selon les partisans de Pape Ibrahima Diagne. Qui dénoncent des ‘’manœuvres malsaines’’. De tels discours, poursuit le Conseil supérieur, risquent de saper l’unité  entre les Lébous. ‘’Cette thèse exclusiviste est dangereuse pour la stabilité et la cohésion de la Collectivité lébou, où certains discours irresponsables rappellent – qu’à Dieu ne plaise – le douloureux syndrome rwandais, entre Hutus et Tutsis. Il n’y a en effet rien de plus périlleux que de vouloir transposer une mentalité seigneuriale d’un âge éculé, à celle du 21e siècle, marquée par le modernisme, la lutte contre les inégalités sociales, les préjugés sociaux et les castes’’.  Pour eux, la transmission héréditaire du pouvoir est révolue ! Se référant à l’histoire, il poursuit qu’il n’est écrit nulle part que pour diriger la Collectivité, il faut impérativement  être ‘’un Diakhoumpa ou un Diop’’. ‘’Les Lébous ont signé beaucoup de protocoles avec la puissance coloniale ; conclu pas mal de pactes et d’accords avec les différents Damels qui se sont succédé sur le trône cayorien. Mais où ont-ils consigné que pour diriger la Collectivité, il fallait impérativement être un « Diakhoumpa » ou un « Diop » ? Ce n’est écrit nulle part – qu’on en produise les preuves !’’. C’est pourquoi, ce Haut Conseil parle d’une ‘’mystification de l’histoire, sciemment entretenue, qui a dû faire prospérer un tel postulat’’. Selon le Conseil supérieur, ‘’le plus inculte des Lébous sait que la fonction coutumière de Grand Serigne de Dakar, «ap ndénkaane la», (le titre Grand Serigne n’est pas héréditaire) comme aiment dire les anciens. C’est une charge traditionnelle que les Lébous, réputés démocrates et contestataires dans l’âme, confient à qui ils veulent, par consensus’’. Ils concluent pour dire que ‘’la Collectivité lébou n’est dotée ni de Constitution ou de Règlement intérieur, à l’instar de la plupart des communautés traditionnelles qui privilégient la tradition orale’’.

L’autre Serigne de Dakar récuse 

Le Grand Serigne Abdoulaye Makhtar Diop ne s’est pas fait prier pour apporter sa réplique pour lui les choses sont claires:  »En milieu lébou authentique, digne et atavique, la démocratie, consubstantielle a nos valeurs sociétales, est sélective et censitaire. Elle est sélective, parce que fondée sur la légitimité liée a la naissance et au pédigrée ; Dans les cas du Grand Serigne de Dakar, du Diaraf, du Ndeye Diambours, du Ndeye Dji Rew, du Saltigué, la Patronymie reste le référentiel génétique », dit-il dans un communiqué envoyé par son chargé de communication. Toujours dans sa dynamique de démonter l’argumentaire de son autre  »prétendant », veut préciser les choses avec un ton acerbe  »Notre démocratie est censitaire, car elle met en avant, des critères moraux diffus, mais prégnantes. Elle n’exige pas des casiers judiciaires, des certificats de bonne vie et mœurs, des reconnaissances en paternité, mais elle en tient compte avec « SOUTOUREU ». C’est bien le sens de l’adage lébou « QUAND ON N’A PAS d’ONCLE DANS UN PENC, ON SE TAIT ». Il n’est pas question, pour nous, que demain un, SAWADOGO, un BONFI, un NGUEMA porte ces Titres, dans la syndérèse, c’est-à-dire dans la quiétude. Tant qu’il y a des voleurs, on criera « AU VOLEURS ». Plus dur encore dans son texte, le Grand Serigne Abdoulaye Makhtar Diop va même jusqu’à remettre en cause a reconnaissance du Grand Serigne Pape Ibrahima Diagne:  »Nous le répétons, les DIAGNE légataires d’une charge dans Dakar sont ceux de SANTHIABA, et de NGARAF », accuse-t-il.

WWW.DAKAR7.COM

Comments are closed.